Page images
PDF
EPUB
[blocks in formation]
[blocks in formation]

PARIS
CHARLES DOUNIOL ET C", LIBRAIRES-ÉDITEURS

29, RUE DE TOURNON, 29

1874

lalil

Barvard College Library

Hopt. 6, 1912
Mipot fund

1

LE

CORRESPONDANT

M. DE CHATEAUBRIAND

ET LES MÉMOIRES D'OUTRE-TOMBE

I

SA VIE LITTÉRAIRE

Vingt-cinq ans se sont écoulés depuis la mort de M. de Chateaubriand, et le silence se fait autour de ce grand nom à mesure que s'éteint, sous le coup de nos malheurs, la brillante génération au sein de laquelle il occupa tant de place. L'auteur du Génie du Christianisme, qui révéla à la France appauvrie les seules sources d'inspiration où elle ait retrempé sa pensée, semble sur le point d'y perdre l'éclatante popularité que le patriotisme comme la justice ont assurée et maintenue à ses grands contemporains : Goëthe en Allemagne, Byron en Angleterre, Manzoni en ltalie. Ce n'est pas que le public se montre disposé à s'incliner devant un nouveau maitre, car il renverse aujourd'hui des statues sans éprouver aucun besoin d'en élever de nouvelles. Dans notre société de plus en plus anonyme, il n'est guère moins périlleux d'être qualifié d'illustre qu'il ne l'était à Athènes de s'entendre appeler le juste. , SÉR. T. L$1 (XCVII° DE LA COLLECT.). 11° liv. 10 OCTOBRE 1874.

1

Mais ce qu'il y a de particulièrement remarquable dans l'oubli où paraît rester en ce moment le souvenir de M. de Chateaubriand, c'est le motif qui a principalement provoqué la soudaine réaction de l'opinion publique contre la première renommée littéraire de ce temps. Personne n'ignore que ce mouvement fut déterminé par

la publication de l'écrit même dont l'auteur attendait la consécration la plus solide de sa gloire. L'ouvre à laquelle il travailla trente ans dans l'obslination d'une confiance si complélement déçue, celle qu'il saluait dans l'avenir comme le couronnement de tant de créations magnifiques, s'est changée en une sorte de pierre d'achoppement que peu de mains amies ont osé soulever, tant le fardeau a paru lourd et le succès incertain. Commencé en 1811, dans la retraile de la Vallée aux Loups, au radieux lendemain des Martyrs et de l'Itinéraire, continué de 1822 à 1829, dans la vie somptueuse des ambassades à Berlin, à Londres et à Rome, repris après 1830, au sein des plus sévères épreuves, ce manuscrit, demeuré, dans toutes les fortunes de l'écrivain, ou sa joie la plus vive ou sa plus fortifiante consolation, s'est trouvé transformé en un acte d'accusation dressé contre sa mémoire. La faveur qui ne manqua ni à l'homme de lettres ni même à l'homme d'État, aux phases principales de sa carrière, se retira brusquement à l'heure sinistre où, à travers les barricades de Juin, les restes de M. de Chateaubriand s'acheminèrent vers le rocher sur lequel ils reposent, battus par une mer orageuse comme sa vie et changeante comme sa destinée.

L'effet du naufrage dans lequel ont sombré les Mémoires d'outretombe a été assez complet pour avoir rendu jusqu'ici impossible la révision d'un arrêt qui, s'il était maintenu dans toute sa rigueur par la postérité, n'irait à rien moins qu'à la priver de l'un des monuments les plus originaux de la liltéralure française. Mais on peut aujourd'hui se rendre compte des rigueurs de l'opinion, on peut inême accepter dans son principe l'arrêt alors rendu par elle, sans se refuser à puiser des aspirations fortifiantes à une source échauffée par la flamme d'une passion inextinguible.

Celle revue de plus d'un demi-siècle, où se déroulent avec ampleur les pages d'une vie si pleine, place le lecteur, comme l'écrivain le dit lui-même, « sous les rayons divers du soleil se croisant et se confondant depuis son aurore jusqu'à son couchant; » et, comme il lui arrive d'y consigner et d'y juger les événements longtemps après qu'ils sont consommés, le présent s'y enchevêtre å chaque instant dans le passé, de telle sorte que la gravité des années d'expérience y vient projeter son ombre sur le bonheur des années légères. Cette composition singulière où les dates, les hommes et les choses se heurtent et se confondent, fait un peu l'effet d’un kaleidos

« PreviousContinue »