Page images
PDF
EPUB

COMPLETES

DE

VOLTAIR E.

TOME QUARANTE-DEUXIEME.

DE L'IMPRIMERIE DE LA SOCIÉTÉ LITTÉRAIRE-
TYPOGRAPHIQUE.

1785.

[ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small]

.41 X641

DICTIONNAIRE

PHILOSOPHIQUE.

Dictionn. philofoph. Tome VI.

7

[ocr errors]

PHILOSOPHIQUE.

M.

MAGI E.

La magie eft encore une fcience bien plus plausible

A

que l'aftrologie & que la doctrine des génies. Dès qu'on commença à penfer qu'il y a dans l'homme un être tout-à-fait diftinct de la machine, & que l'entendement fubfifte après la mort, on donna à cet entendement un corps délié, fubtil, aérien, reffemblant au corps dans lequel il était logé. Deux raifons toutes naturelles introduifirent cette opinion: la première, c'eft que dans toutes les langues l'ame s'appelait efprit, fouffle, vent: cet efprit, ce fouffle, ce vent était donc quelque chofe de fort mince & de fort délié. La feconde, c'eft que fi l'ame d'un homme n'avait pas retenu une forme femblable à celle qu'il poffédait pendant fa vie, on n'aurait pas pu diftinguer après la mort l'ame d'un homme d'avec celle d'un autre. Cette ame, cette ombre qui fubfiftait féparée de fon corps, pouvait très-bien fe montrer dans l'occafion, revoir les lieux qu'elle avait habitės, vifiter fes parens, fes amis leur parler, les inftruire; il n'y avait dans tout cela aucune incompatibilité. Ce qui eft peut paraître.

Les ames pouvaient très-bien enseigner à ceux qu'elles venaient voir, la manière de les évoquer : elles n'y manquaient pas ; & le mot Abraxa, prononcé

« PreviousContinue »