Page images
PDF
EPUB
[ocr errors][merged small]
[ocr errors]
[ocr errors]

L

:!

::Troji

E point de vûë de cet ouvrage est la science de douter non pas en Pyrrhonien, mais

lorsqu'il est avantageux de suspendre son jugement . C'est un traité des opinions qui ont régné dans les eft

sciences prophanes ; ceft une toute nouvelle pour instruire l'espriç- par l'expérience & par sa propre histoires dont aucun auteur jusqu'ici n'a formé le projet. 2.5 id

birls 232 293 2:1 Mon premier dessein ayoit été de composer succelli, vement des traités séparés' st l'un de l'incertitude de l'histoire & de la chronologie i un autre sur la politique ; d'autres fur, la physique & sjaftronomie i & de partager ainsi les matiéres contenues dans tout l'ouvias ge: mais ce travail a fait naître des vûės, par lesquel, les je n'aurois pas eu la confiance de commencer . J'ai trouvé dans le concours de ces différents pbjets des mémoires pour servir à l'histoire de l'esprit humain.

Ce titre à une liaison nécessaire avec un traité de l'or pinion , puisque les sciences prophanes réunies & l'hiftoire de l'esprit humain, tendent naturellement à nous

1

[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

convaincre , i que l'opinion domine sur toutes les recherches de pure curiosité.

inlifte davantage sur les faits que für les réfcxions , & je traite mon sujet , bien plus en historien qu'en dogmatique . Je marque en général les fources des erreurs publiées par la renommée : mais je ne fais pas sur chaque exemple des dissertations particuliéres , qui m'auroient conduit trop loin , & dans lesquelles je n'aurois pu débiter que des conjeetures fort incertaines, oci in 0. Mon principal foin a été d'ôter aux sciences abftraites leur obscurité, de les rendre intelligiblés - aux personnes qui ne s'y sont pas appliquées , & de dévoiler ces mystéres ténébreux , à l'abri desquelsi on a vû si souvent les arts les plus trompeurs & les plus vains' féduire les esprits foibles & crédules.

Les opinions décriées depuis long-temps"; lcs erreurs mêmes qui paroisfent avec faifon les plus : oqcrées', 'ne doivent pas être proscrites de cet quyräge; clles fervent à imprimer fortement dans l'esprit : les excès auxquels il est capable de se porter. Les-fciences occultes peuvent y contribuer beaucoup ; elles sont aujourd'hui fort méprisées', mais faute d'être assez connuës il ne feroit pas impossible qu'elles redeyinssent à la mode dans d'autres

temps. Ce traité cft divisé en fix livres ; le prémier rou

و

[ocr errors]

le fur les belles lettres & l'histoire, sciencos moins épincuses , & par lesquelles on commence ordinairenient. Après des réflexions préliminaires sur le véricable ufage de la science , le lecteur trouvera des observations fur les auteurs & sur les révolutions des sciences , fort estimées dans des temps , négligées ou persecutées dans d'autres : J'entre dans un détail , qui se présente naturellement , des souverains & grands seigneurs qui ont composé des ouvrages. J'expose les contrariétés des critiques, l'incertitude de l'histoire sur les points les plus essentiels , & les embarras de la chronologie.

Je passe ensuite à la philosophie' , qui embrasse le plus grand nombre des sciences prophanes ; j'écris dans le second livre l'histoire de ses différentes secm

tes.

Lc troisiéme contiene les opinions des philosophes tant anciens que modernes fur la métaphysique , & sur les prédictions de l'avenir attribuées au commerce des esprits .

Lc quatriéme livre renferme une courte dissertation sur les mathématiques ; les contradictions des auteurs sur la physique , l'astronomie la médecis ne. Je rétablis dans le méchanisme général de la nature l'uniformité qui manque au systéme de Des& s'applique les effets do có méchanisme

s

cartes

*

neig

re

au systéme de Copernic ; A l'égard de la médeci

avant que de rappeller les opinions des auteurs qui ont témoigné une extrême défiance pour elle ; je ne puis me refuser la fatisfaâion' de déclarer ici mon sentiment particulier , fçavoir que fi la médeeine est un art en lui-même rempli d'incertitudes & de dangers , il n'y a point de fecours plus nécessai

un malade , que celui de la prudence d'un bon médecin ; & qu'il y auroit une grande témérité de prétendre le conduire par fon goût ou pár, feś lumiéres , dans l'état auquel on est réduit par la maladie. :: De la médecine je passe à la chimie , à l'astrologie judiciaire , & à quelques autres divinations prétenduës naturelles. Le quatriéme livre est terminé par nions exagérées des naturalistes , par plusicurs exemples de ce qu'on a publié de plus extraordinaire & même de fabuleux i touchant les arts" , & par les sentiments des philosophes sur l'imagination & les fens.

Le cinquiéme livre a un objet beaucoup plus noble dans des differtations politiques, qu'on peut appeller la portion de la philosophie la plus utile au genre humain, puisqu'elle est l'appui des sociétés.

Le sixiéme & dernier livre traite de la morale, sur laquelle j'expose le contraste des pensées les plus fubli

& des opinions les mains raisonnables : Ce livre

les opi

mes ,

finit par les loix & les coutumes de differents peuples , & par des réflexions sur la douleur & fur la mort. J'obs serverai à l'égard des loix & des coutumes étrangeres, qu'il me suffit pour en faire mention , qu'elles soient différentes de nos usages, mais que je m'attache princi, palement à celles qui ont le plus d'opposition à nos préjugés & à nos mours & même à l'humanité ,

Sur la route que je viens de décrire, il s'offre des digressions tirées du sujet , & je ne les ai pas évitées. Outre çelle des auteurs distingués par un 'rang élevé , & celle de l'histoire des sectes des Philosophes , dont j'ai déja parlé, je rappelle dans le chapitre des bêtes ce qui a été observé, ou du moins ce que les auteurs ont dit de leur industrie , de leur fidélité, de leurs autres bonnes qualités, & des honneurs qu'elles ont reçus . Pour prouver combien le peuple est susceptible des leurres qu'on lui jette , je rassemble dans le chapitre des maximes politiques les exemples des imposteurs, qui ont paru en différents temps & en differents païs. Dans le chapitre des biens, en parlant de l'inconstance de la fortune, je rapporte un grand nombre d'exemples des chutes de la grandeur, & des élévations de la bassesse.

Il paroît depuis le commencement de cette année une traduction du traité de Thomas Brown Anglois sur les erreurs populaires : cet auteur a travaillé sur un plan fort différent , & nos ouvrages n'ont aucune ressemblance.

« PreviousContinue »