Page images
PDF
EPUB

douloureuse à imaginer : il n'y a personne au monde si bien lié avec nous de société et de bienveillance , qui nous aime , qui nous goûte , qui nous fait mille offres de services , et qui nous sert quelquefois , qui n'ait en soi par l'attachement à son intérêt des dispositions très-proches à rompre avec nous, ct à devenir notre ennemi.

Pendant qu'Oronte (26) augmente avec ses années son fonds et ses revenus, une fille naît dans quelque famille , s'éleve, croît , s'embellit, et entre dans sa seizième année ; il se fait prier à cinquante ans pour l'épouser, jeune, belle , spirituelle : cet homine sans naissance , sans esprit, et sans le moindre mérite , est préféré à tous ses rivaux.

Le mariage, qui deyrait être à l'homme une source de tous les biens , lui est souvent, par la disposition de sa fortune , un lourd lardeau sous lequel il succombe : c'est alors qu'une femme et des enfans sont une violente tentation à la fraude , au men-.. songe , et aux gains illicites : il se trouve entre la friponnerie et l'indigence; éirange situation !

Epouser une veuve , en bon français , signifie faire sa fortune; il n'opère pas toujours ce qu'il signifie.

Celui qui n'a de partage avec ses frères que pour vivre à l'aise bon praticien, veut être officier ; le simple officier se fait magistrat ; et le magistrat vent présider : et ainsi de toutes les conditions, où les homines languissent serrés et indigens , après avoir tenté au-delà de leur fortune, et forcé, pour ainsi dire , leur destinée , incapables tout à la fois de ne pas vouloir être riches et de demeurer riches.

Dine bien, Cléarque, soupe le soir , mets du bois au feu , achète un manteau , tapissc ta chambre : tu n'aimes point ton héritier , tu ne le connais point, tu n'en as point.

Jeune , on conserve pour sa vieillesse : vieux, on épargne pour la mort. L'héritier prodigue paie de superbes funérailles , et dévore le reste.

L'avare (27) dépense plus mort en un seul jour , qu'il ne faisait vivant en dis années ; et son héritier plus en dix mois, qu'il n'a su faire lui-même en toute sa vie.

Ce que l'on prodigue, on l'ôte à son héritier : ce que l'on épargne sordidement, on se l'ôte à soi-même. Le milieu est justice pour soi et pour les autres.

Les enfans peut-être seraient plus chers à leurs pères , et réciproquement les pères à leurs enfans, sans le titre d'héritiers.

Triste condition de l'homme , et qui dégoûte de la vie : il faut suer, veiller , fléchir , dépendre , pour avoir un peu de fortune , ou la devoir à l'agonie de nos proches : celui qui s'empêche de

sorbaiter que son père y passe bientôt , est homme de bien.

Le caractère de celui qui veut hériter de quelqu'un rentre dans celui du complaisant : nous ne sommes point mieux flattés , mieux obéis , plus suivis , plus entourés, plus cultivés , plus ménagés, plus caressés de personne pendant notre vie , que de celui qui croit gagner à notre mort, et qui désire qu'elle arrive.

Tous les hommes par les postes différens , par les titres et par les successions, se regardent comme héritiers les uns des autres, et coltivent par cet intérêt, pendant tout le cours de leur vie, un désir secret et enveloppé de la mort d'autrui : le plus heureux dans chaque condition est celui qui a le plus de choses à perdre par sa mort et à laisser à son successeur.

L'on dit du jeu qu'il égale les conditions ; mais elles se trouvent quelquefois si étrangement disproportionnées , et il y a entre telle et telle condition un abime d'intervalle si immense et si profond , que les yeux souffrent de voir de telles extrémités se rapprocher : c'est comme une musique qui détonne , ce sont comme des couleurs mal assorties, comme des paroles qui jurent et qui offensent l'oreille , comme de ces bruits ou de ces sons qui font frémir : c'est , en n mot, un renversement de toutes les bienséances. Si l'on m'oppose que c'est la pratique de tout l'occident, je réponds que c'est peut-être aussi l'une de ces choses qui nous rendent barbares à l'autre partie du monde, et que les orientaux qui yiennent jusqu'à nous remportent sur leurs tablettes ; je ne doute pas même que cet excès de familiarité ne les rebute davantage que nous ne sommes blessés de leur zombaye * et de leurs autres prosternations.

Une tenue d'États, ou les chambres assemblées pour une affaire très-capitale , n'offrent point aux yeux rien de si grave et de si sérieux , qu'une table de gens qui jouent un grand jeu : une triste sévérité règne sur leurs visages : implacables l'un pour l'autre et irréconciliables ennemis pendant que la séance dure, ils ne reconnaissent plus ni liaisons , ni alliance, ni naissance , ni distinctions. Le hasard seul, aveugle et farouche divinité, préside an cercle , et y décide souverainement : ils l'honorent tous par un silence profond , et par une attention dont ils sont partout ailleurs fort incapables : toutes les passions comme suspendues cedent à une seule : le courtisan alors n'est ni doux , ni flatteur , ni complaisant , ni même dévot.

L'on ne reconnaît plus (28) en ceux que le jeu et le gain ont illustrés, la moindre trace de leur première condition. Ils perdent de vue leurs égaux , et atteignent les plus grands sei

*Posez les relations du royaume de Siam.

La Bruyère.

gneurs. Il est vrai que la fortune du dé ou du lansquenet les remet souvent où elle les a pris.

Je ne m'étonne pas qu'il y ait des brelans publics, comme autant de piéges tendus à l'avarice des hommes , comme des gouffres où l'argent des particuliers tombe et se précipite sans retour, comme d'affreux écueils ou les joueurs viennent se briser et se perdre ; qu'il parte de ces lieux des émissaires pour sayoir å heure marquée qui a descendu à terre avec un argent frais d'une nouvelle prise , qui a gagné un procés d'où on lui a compté une grosse sonime, qui a reçu un don , qui a fait au jeu un gain considérable, quel fils de famille vient de recueillir une riche succession , ou quel commis imprudent veut hasarder sur une carte les deniers de sa caisse. C'est un sale et indigne métier, il est vrai , que de tromper ; mais c'est un métier , qui est ancien, connu , pratiqué de tout temps par ce genre d'hommes que j'appelle des brelandiers. L'enseigne est à leur porte , on y Jirait presque : « Ici l'on trompe de bonne foi; » car se voudraient-ils donner pour irréprochables? Qui ne sait pas qu'entrer et perdre dans ces maisons est une même chose ? Qu'ils trouvent donc sous leur main'autant de dupes qu'il en faut pour leur subsistance , c'est ce qui me passe.

Mille gens (29) se ruinent au jeu , et vous disent froidement qu'ils ne sauraient se passer de jouer : quelle excuse ! Y a-1-il une passion, quelque violente ou honteuse qu'elle soit, qui ne pût tenir ce même langage? serait-on reçu à dire qu'on ne peut se passer de voler , d'assassiner, de se précipiter? Un jeu effroyable, continuel , sans retenue , sans bornes , où l'on n'a en vue que la ruine totale de son adversaire , où l'on est transporté du désir du gain , désespéré sur la perte, consumé par l'avarice, où l'on expose sur une carte ou à la fortune du dé , la sienne propre, celle de sa femme et de ses enfans, est-ce une chose qui soit permise ou dont l'on doive se passer ? Ne faut-il pas quelquefois se faire une plus grande violence, lorsque , poussé par le jeu jusqu'à une déroute universelle , il faut même que l'on se passe d'habits et de nourriture, et de les fournir à sa famille?

Je ne permets à personne d'être fripon, mais je perinets à un fripon de jover un grand jeu : je le défends à un honnête homme. C'est une trop grande puérilité que de s'exposer à une grande perte.

Il n'y a qu'une amiction qui dure , qui est celle qui vient de la perte des biens : le temps', qui adoucit toutes les autres, aigrit celle-ci. Nous sentons à tous momens , pendant le cours de notre vie , ou le bien que nous avons perdu nous manque.

Il fait bon avec celui qui ne se sert pas de son bien à marier ses filles, à payer ses dettes , ou à faire des contrats, pourvu que l'on ne soit ni ses enfans, ni sa femme.

Ni les troubles, Zénobie , qui agitent votre empire, ni la guerre que vous soutenez virilement contre une nation puissante, depuis la mort du roi votre époux, ne diminuent rien de votre magnificence : vous avez préféré à toute autre contrée les rives de l'Euphrate , pour y élever un superbe édifice ; l'air y est sain et tempéré, la situation en est riante ; un bois sacré l'ombrage du côté de couchant ; les dieux de Syrie , qui habitent quelquefois la terre , n'y auraient pu choisir une plus belle demeure ; la campagne autour est couverte d'hommes qui taillent et qui coppent , qui vont et qui viennent , qui roulent ou qui charrient le bois da Liban, l'airain et le porphyre : les grues et les machines gémissent dans l'air , et font espérer à ceux qui voyagent vers l'Arabie, de revoir à leur retour en leurs foyers ce palais achevé, et dans cette splendeur où vous désirez de le porter, avant de l'habiter vous et les princes vos enfans. N'y épargnez rien, grande reine : employez-y l'or et tout l'art des plus excellens ouvriers ; que les Phidias et les Zeuxis de votre siècle déploient toute leur science sur vos plafonds et sur vos lambris : tracez-y de pastes et de délicieux jardins , dont l'enchantement soit tel qu'ils ne paraissent pas faits de la main des hommes : épuisez vos trésors et votre industrie sur cet ouvrage incomparable; et après que vous y aurez mis, Zénobie , la dernière main , quelqu'un de ces pâtres (30) qui habitent les sables voisins de Palmyre, devenu riche par les péages de vos rivières , achetera un jour à deniers complans cette royale maison , pour l'embellir, et la rendre plus digne de lui et de sa fortune.

Ce palais (31), ces meubles , ces jardins, ces belles eaux vous enchantent, et vous font récrier d'une première vue sur une maison si délicieuse , et sur l'extrême bonheur du maître qui la possède. Il n'est plus, il n'en a pas joui si agréablement ni si tranquillement que vous : il n'y a jamais eu un jour serein, ni une nuit tranquille : il s'est royé de dettes pour la porter à ce degré de beauté où elle vous ravit : ses créanciers l'en ont chassé : il a tourné la tête , et il l'a regardée de loin une dernière fois, et il est mort de saisissement.

L'on ne saurait s'empêcher de voir dans certaines familles ce qu'on appelle les caprices du hasard ou les jeux de la fortune : il y a cent ans qu'on ne parlait point de ces familles , qu'elles n'élaient point. Le ciel tout d'un coup s'ouvre en leur faveur : les biens, les honneurs , les dignités, fondent sur elles à plusieurs reprises, elles nagent dans la prospérité. Eumolpe (32) , l'un de ces hommes qui n'ont point de grands-pères , a eu un père du moins qui s'était élevé si haut, que tout ce qu'il a pu souhaiter pendant le cours d'une longue vie, ç'a été de l'atteindre, et il l'a atteint. Etait-ce dans ces deux personnages éminence d'esprit, profonde capacité ? était-ce les conjonctures ? La fortune enfin ne leur rit plus, elle se joue ailleurs, et traite leur postérité comme leurs ancêtres.

La cause la plus immédiate de la ruine et de la déroute des personnes des deux conditions, de la robe et de l'épée , est que l'état seul , et non le bien , règlela dépense.

Si vous n'avez rien oublié pour votre fortune , quel travail ! Si vous avez négligé la moindre chose, quel repentir! .

Giton (33) a le teint frais, le visage plein et les joues pendantes, l'ail fixe et assuré , les épaules larges , l'estomac haut, la démarche ferme et délibérée : il parle avec confiance, il fait répéter celui qui l'entretient , et il ne goûte que médiocrement tout ce qu'il lui dit : il déploie un ample mouchoir, et se mouche avec grand bruit : il crache fort loin , et il éternue fort haut : il dort le jour, il dort la nuit, et profondément ; il ronfle en compagnie. Il occupe à table et à la promenade plus de place qu'un autre ; il tient le milieu en se promenant avec ses égaux , il s'arrête et l'on s'arrête , il continue de marcher et l'on marche , tous se règlent sur lui : il interrompt , il redresse ceux qui ont la parole : on ne l'interrompt pas, on l'écoute aussi long-temps qu'il veut parler, on est de son avis , on croit les nouvelles qu'il débite. S'il s'assied , vous le voyez s'enfoncer dans un fauteuil, croiser les jambes l'une sur l'autre , froncer le sourcil , abaisser son chapeau sur ses yeux pour ne voir personne, ou le relever ensuite et découvrir son front par fierté et par audace. Il est enjoué, grand rieur, impatient, présomptueux, colère , libertin, politique , in ystérieux sur les affaires du temps : ii se croit des talens et de l'esprit. Il est riche.

Phédon a les yeux creux , le teint échauffé , le corps sec et le visage maigre : il dort peu et d'un sommeil fort léger : il est abstrait , rêveur, et il a avec de l'esprit l'air d'un stupide : il oublie de dire ce qu'il sait , ou de parler d'événemens qui lui sant connus ; et s'il le fait quelquefois , il s'en tire mal , il croit peser à ceux à qui il parle , il conte brièvement, mais froideinent, il ne se fait pas écouter , il ne fait point rire : il applaudit, il sourit à ce que les autres lui disent , il est de leur avis, il court, il vole pour leur rendre de petits services : il est coinplaisant, flatteur, empressé : il est mystérieux sur ses affaires, quelquefois menleur : il est superstitieux, scrupuleux , timide : il marche doucement et légèrement, il semble craindre de fouler la terre : il marche les yeux baissés, et il n'ose les lever sur

« PreviousContinue »