Page images
PDF
EPUB

3. Strabonen raporte deux exemples dans un mê. me passage : Les Auteurs modernes , dit-il, attestent que la ville de Troye a été entiérement truite, on voici, ajoute-t-il, de quelle maniére en parle POrateur 'Lycurgue: Qui n'a pas appris que la ville de Troye a été privée d'habitans depuis qu'elle a été renversée par les Grecs ? L'on dit que ceux, qui avoient voulu la rebâtir, avoient eu en détestation le lieu elle avoit été fituée, soit à cause des calamitez qu'ils y avoient souffertes: soit parce qu'A. gamemnon avoit prononcé des exécrations contre ceux qui oferoient la réparer. Et c'étoit , ajoûte Strabon, une ancienne coûtume, comme cela paroit par la conduite de Cræsus à Pégard de Sidene , car aiant détruit cette ville, qui avoit servi de fuge au Tyran Glaucias, il dévoua aux plus grands malheurs, celui qui feroit des murailles autour du lieu elle avoit été placée.

Zonare rapporte que les Romains firend des Decrets d'exécration contre ceux qui rebâtiroient Carthage. Nous alleguerons d'autres exemples de semblables dévouemens.

81

D I S

80 STRABO lib. XIII. pag. 898.
8. ZONARÆ Annal. lib. IX. pag. 409,

[merged small][ocr errors][merged small]

Achan prend de l'interdit, & eft con

damné au feu. JOSUE VII.

tre,

A prise de Jérico assuroit aux Ifraëlites la conquête de tout le païs de Canaan. Il n'y avoit

pas lieu de craindre que Dieu, qui commençoit à exécuter d'une

maniére li glorieuse les promesfes faites aux Patriarches, laissât son ouvrage imparfait. Aufli Jofué continua-t-il de combat

dans la ferme attente qu'il alloit continuer de vaincre.

Il y avoit à trois milles de Jérico (c'est l'esti. mation des Juifs) une ville , que le Texte He

: breu appelle Haï, & les Septante Gaï, ou Hage gai. Josué y envoye des hommes. 2 Ceux qui pensent que la Loi de ne donner Passaut à une Place qu'après lui avoir offert la paix, regardoit les Cananéens comme tous les autres peuples, contre lesquels les Itraëlites auroient à combattre, disent que ces hommes étoient des Hérauts de paix, qui alloient sommer les habitans de Hâi de se rendre, d'abjurer l'idolatrie, & d'entrer dans le Judaïsme. Nous avons déjà combattu le principe sur lequel cette pensée est fondée. D'ailleurs l'Histoire dit expressément que les personnes , qui furent envoyées vers Haï, avoient ordre de Pépier.

coma

i Dans le Schemoth Rabba ad c. 23. Voi. un calcul exact sur ce sujet dans MASIUS in Jof. VII. 2, dans

Ils s'aquitérent de leur commission. Les vic- Jofué toires, que le peuple de Dieu venoit de rem-VII. 2. porter , les avoient non seulement rendus intrepides dans le péril, elles leur avoient même ôté en quelque sorte la faculté de l'appercevoir. Quoique la ville de Haï eût une garnisont considérable , ils rapportérent à Josué que cette Place ne méritoit pas qu'on mît beaucoup de troupes en mouvement pour l'affiéger, & qu'un détachement pea considérable fuffiroit pour la réduire.

Sur ce rapport Jofué commanda trois mille hommes pour l'investir. Mais à peine fe furent-ils présentez devant cette ville que ses habitans firent'une vigoureuse sortie sur eux, qu'ils en tuérent trente- lix, qu'ils poursuivirent les autres, & qu'ils les menérent battant jusqu'à un lieu qui eft appellé Schebarim: ce mot vient d'un autre qui signifie rompre : soit que ce lieu eût été ainsi nommé à cause des trente-six Israëlites, qui étoient peris dans cette funefte occasion; soit par quelque autre raison qu'il n'est pas aisé de determiner, & qu'il importe peu de découvrir.

& Les Septante au lieu de traduire jusques à Schebarim, ont traduit , jusqu'à ce que les Ifraëlites fuffent cléfaits. Une petite varieté de leçon dans l'exemplaire Hébreu, sur lequel ils ont fait leur Version, a pû causer ce changement. Les Israëlites furent moins frapez de la gran

[ocr errors]

deur

le 2. vol. des gr. Critiques pag. 1587.

2 C'est le sentiment de PATRIC sur Jof. VII, 2. pag. 72.

deur que de la conséquence de cette défaite Le moindre mauvais succès dans un temps, où ils espéroient de voir tout plier devant eux , leur parût d'un funeste augure. Ils furent aussi effrayez de ce petit avantage remporté par les Cananéens, que les Cananéens l'avoient été euxmêmes de toutes les merveilles, que Dicu avoit faites pour les Ifraëlites, & de toutes celles qu'il leur préparoit encore. Du moins l'Ecriture exprime la frayeur des Ifraëlites par les mêmes images, qu'elle avoit employées pour marquer celle des Cananéens : elle dit

que

le caur du Peuple d'Israël se fondit comme de l'eau,

Josué sur-tout s'abandonna à la douleur. Il déchira ses vêtemens: il se jetta par terre devant l'Arche: il couvrit sa tête avec de la cendre: & il fut imité des principaux des Jsraëlites. Personne n'ignore que c'étoient là les mara ques d'affliction, qu'on fesoit anciennement paroitre dans les occasions les plus sinistres. Témoin 3 Achille sur la mort de Patrocle: témoin - OEneus sur celle de son fils: témoin s Hector fur celle de Priam. 6 C'est encore aujourd'hui une coûtume parmi les Juifs dans le jour des expiations, de se jetter par terre devant l'Armoire qui renferme le livre de la Loi. Mais Jolué en signalant la douleur de cette maniére, témoigna qu'elle étoit moins causée par l'idée du malheur des Ifraëlites, que par celle des blasfémes, que leur défaite donneroit occafion aux Cananéens de prononcer contre Dieu qui l'avoit permise, & qui alloit être taxé de n'avoir pû la prévenir. Il versa ses soucis dans

le

4

3 Tiad M. vers. 23. 2:4. 4 OVID. Metamorph. fab. 4. verf. 5294

de fein de Dicu : & il lui fit cette respectueuse Verl. 7 plainte : Helas. Seigneur Eternel pourquoi avez" &c vous fait passer li glorieusement le Jourdain d ce Peuple, pour le livrer entre les mains des Amorthéens, e pour le détruire! Que ne nous sommes, nous déterminez à refter du dela de ce fleuve! Que vous dirai-je belas Seigneur puis qu'Israël a tourné le dos devant PEinemi! Les Cananéens et tous les habitans du pais, que vous nous aviez promis, apprendront notre défaite : ils nous enveloperont : ils retrancheront notre nom de dessus la terre : que deviendra alors cette réputation de puissance , que Vous vous étiez aquise au milieu d'eux!

Dieu fut touché des plaintes de Josué, & il lui découvrit incontinent le mortifiant mysté, re de la fuite des Ifraëlites. Il lui apprit qu'il y avoit quelcun parmi le peuple , qui avoit violé l'ordre donné avant la prise de Jérico, de mettre à l'interdit tout ce qu'on y trouveroit, & de ne garder que les vases de métail, pour les consacrer au service diyin. Il lui ordonna de faire des perquisitions pour savoir qui étoit le coupable. Il voulut que le peuple se fanctifiât d'une façon toute particuliére, comme dans les Fêtes, les plus facrées ; qu'on examinat chaque Tribu & chaque Famille , jusqu'à ce qu'on eût reconnu celui , dont le crime avoit animé le courroux du Ciel, & qu'on le condamnât à être consumé avec tous les biens par les flammes. Les paroles de l’Original font remarquables , & elles ont quelque difficulté: Vous vous approcherez le marin selon vos Tribus: Josué, e la Tribu que l'Eternel aura failie s'approchers vil. 14

selon 5 Iliad. S. verf. 637. 6 BUXTOR F, Synagoga Jud. cap. 31. pag. 3773

. . Tom. III,

F

« PreviousContinue »