Page images
PDF
EPUB
[ocr errors]

rance d'une paix glorieuse, s'il fait tout-à-coup

U. disparoître la réputation des ministres et le faste des favoris , qui daignera encore jeter les

L'esprit de l'homme est plus pénétrant que yeux sur vos poëtes et vos philosophes ? Mes conséquent, et embrasse plus qu'il ne peut lier. amis, ce n'est point par des paroles qu'on peut

III. s'élever sur les ruines de l'orgueil des grands et forcer l'hommage du monde, c'est par la vertu Lorsqu'une pensée est trop foible pour poret l'audace, c'est par le sacrifice de la santé et ter une expression simple, c'est la marque pour des plaisirs , c'est par le mépris du danger. Ce- la rejeter. lui qui compte sa vie pour quelque chose, ne

IV. doit pas prétendre à la gloire. Ainsi parle un esprit chagrin que la réputation des lettres ne

La clarté orne les pensées profondes. peut satisfaire. Il parut quelquefois chercher à s'affermir lui-même contre les déplaisirs de son

V. état, et combattre avec violence. C'est peu, mes L'obscurité est le royaume de l'erreur. amis, reprend-il, de souffrir d'extrêmes besoins et d'être privé des plaisirs. Quel est celui qui a

VI. été pauvre et qui a évité le mépris? Qui n'a pas été opprimé par les puissants, moqué par les Il n'y auroit point d'erreurs qui ne périssent foibles, fui et abandonné par tous les hommes d'elles-mêmes, rendues clairement '. A-t-on estimé ses talents ? a-t-on fait attention à

VII. sa vertu? La nécessité l'a tenté, l'infortune l'a avili, et le sort s'est joué de sa prudence. Toutefois ni l'adversité, ni la honte, ni la misère, vain, c'est qu'il croit rendre les choses telles

Ce qui fait souvent le mécompte d'un écrini ses fautes, s'il en a faites, ni l'injustice de ses ennemis, ne lui ont ôlé son courage. Qui vou- qu'il les aperçoit ou qu'il les sent. droit être riche mais avare, respecté mais foi

VIII. ble, craint mais haï ? Mais qui ne voudroit être pauvre avec de la vertu et du courage?

On proscriroit moins de pensées d'un ouCelui qui peut vivre sans crime, et qui sait vrage, si on les concevoit comme l'auteur. oser et souffrir, sait aussi se passer de la fortune

IX. qu'il a méritée : les heureux et les insensés pourront insulter sa misère; mais l'injure de la Lorsqu'une pensée s'offre à nous comme folie ne sauroit flétrir la vertu. L'injure et l'op- une profonde découverte, et que nous prenons probre du fort qui abuse des dons du hasard, la peine de la développer, nous trouvons souest l'arme du lâche insolent... Ces discours d'un vent que c'est une vérité qui court les rues. esprit inquiet , qui s'est fait un nom par les lettres, échauffe l'esprit des jeunes gens prompts

X. à s'enflammer; mais la fortune laisse rarement

Il est rare qu’on approfondisse la pensée d'un aux hommes le choix de leurs vertus et de leur autre; de sorte que s'il arrive dans la suite qu'on travail.

fasse la même réflexion, on se persuade aisé

ment qu'elle est nouvelle, tant elle offre de cirRÉFLEXIONS ET MAXIMES. constances et de dépendances qu’on avoit laissé

échapper.

• Une pensée qui porte une expression est hardi et beau. I.

C'est la marque; expression négligée. M.

1 Il n'y auroit point d'erreurs, etc. L'auteur veut parler Il est plus aisé de dire des choses nouvelles des erreurs de raisonnement, de spéculation; cette maxime ne

pent s'appliquer aux erreurs de fait. L'expression est trop généque de concilier celles qui ont été dites.

rale. s.

1

XI.

XXII.
Si une pensée ou un ouvrage n'intéressent La servitude abaisse les hommes jusqu'à s'en
que peu de personnes, peu en parleront. faire aimer.

XXIII.
XII.

Les prospérités des mauvais rois sont fatales
C'est un grand signe de médiocrité de louer aux peuples.
toujours modérément.

XXIV.

[ocr errors][ocr errors]

XIII.

Il n'est pas donné à la raison de réparer tous

les vices de la nature. Les fortunes promptes en tout genre sont les moins solides, parcequ'il est rare qu'elles soient

XXV. l'ouvrage du mérite. Les fruits mûrs mais laborieux de la prudence sont toujours tardifs.

Avant d'attaquer un abus , il faut voir si on

peut ruiner ses fondements. XIV.

XXVI. L'espérance anime le sage , et leurre le présomptueux et l'indolent, qui se reposent incon

Les abus inévitables sont des lois de la nature. sidérément sur ses promesses.

XXVII.
XV.

Nous n'avons pas droit de rendre misérables Beaucoup de défiances et d'espérances rai- ceux que nous ne pouvons rendre bons. sonnables sont trompées.

XXVIII.
XVI.

On ne peut être juste si on n'est humain'.
L'ambition ardente exile les plaisirs dès la
jeunesse pour gouverner seule.

XXIX.
XVII.

Quelques auteurs traitent la morale comme

on traite la nouvelle architecture, où l'on cherLa prospérité fait

peu
d'amis.

che avant toutes choses la commodité.
XVIII.

XXX, Les longues prospérités s'écoulent quelquefois en un moment: comme les chaleurs de l'été

Il est fort différent de rendre la vertu facile sont emportées par un jour d'orage.

pour l'établir, ou de lui égaler le vice pour la

détruire. XIX.

XXXI. Le courage a plus de ressources contre les

Nos erreurs et nos divisions, dans la morale, disgraces que la raison.

viennent quelquefois de ce que nous conside-
rons les hommes comme s'ils pouvoient être

[ocr errors][merged small]

tout-à-fait vicieux ou tout-à-fait bons. La raison et la liberté sont incompatibles avec la foiblesse.

* On ne peut étre, etc. Il y a pourtant des exemples d'hommes

durs qui sont justes. M. XXI.

Voltaire a dit :

Qui n'est que juste est dur, qui n'esi que sage est triste. guerre n'est pas si onéreuse que la servi

ÉPITRE L au roi de Prusse, édition de Renouard .

T. XI, p. 115. Paris, 1819. B.

H

lude.

[blocks in formation]

ܝܐ

Il n'y a peut-être point de vérité qui ne soit Le secret des moindres plaisirs de la nature à quelque esprit faux matière d'erreur.

passe la raison.

XLIII.
XXXIII.

C'est une preuve de petitesse d'esprit, lorsLes générations des opinions sont conformes qu'on distingue toujours ce qui est estimable de à celles des hommes, bonnes et vicieuses tour ce qui est aimable. Les grandes ames aiment à-tour.

naturellement ce qui est digne de leur estime '. XXXIV.

XLIV. Nous ne connoissons pas l'attrait des violentes agitations. Ceux que nous plaignons de leurs

L'estime s'use comme l'amour ». embarras méprisent notre repos.

XLV.
XXXV.

Quand on sent qu'on n'a pas de quoi se faire Personne ne veut être plaint de ses erreurs.

estimer de quelqu'un, on est bien près de le
haïr.

XLVI.
XXXVI.

Ceux qui manquent de probité dans les plaiLes orages de la jeunesse sont environnés de sirs n'en ont qu'une feinte dans les affaires

. jours brillants.

C'est la marque d'un naturel féroce, lorsque le : XXXVII.

plaisir ne rend point humain".

[ocr errors]

Les jeunes gens connoissent plutôt l'amour

XLVII. que la beauté.

Les plaisirs enseignent aux princes à se faXXXVIII.

miliariser avec les hommes. Les femmes et les jeunes gens ne séparent

XLVII. point leur estime de leurs goûts.

Le trafic de l'honneur n'enrichit pas.
XXXIX.

XLIX.
La coutume fait tout, jusqu'en amour.

Ceux qui nous font acheter leur probité, ne XL.

nous vendent ordinairement que leur honneurá. Il y a peu de passions constantes; il y en a beaucoup de sincères : cela a toujours été ainsi.

- VARIANTE. C'est une preuve d'esprit et de mauvais goût,

lorsqu'on distingue toujours ce qui est estimable de ce qui est Mais les hommes se piquent d'être constants ou aimable ; rien n'est si aimable que la vertu pour les cæurs bien indifférents, selon la mode, qui excède tou

2 Non pas l'estime, mais l'admiration. S. jours la nature.

3 Ceux qui manquent de probité, etc. C'est la marque XLI.

d'un naturel, etc. Ces deux pensées ne semblent pas bien liées l'une à l'autre. Probité et humanité n'ont pas un rapport assez

immédiat. s. La raison rougit des penchants dont elle ne 4 Ceux qui nous font acheter leur probité, etc. On pourroit peut rendre compte !

peut-être accuser cette pensée d'un peu de subtilité venant d'un défaut de précision dans les termes. Il est sûr que celui qui vend

sa probité n'en a déja plus, puisqu'il consent à la vendre. Ainsi 1 VARIANTE. La raison rougit des inclinations de la nature, on ne vend point sa probité; mais on se fait payer de n'en point parcequ'elle n'a pas de quoi connoître la perfection de ses plaisirs. I avoir. S.

[blocks in formation]
[ocr errors][ocr errors]

La conscience , l'honneur, la chasteté , l'a- La fortune exige des soins. Il faut être soumour et l'estime des hommes sont à prix d'ar- ple, amusant, cabaler, n'offenser personne, gent. La libéralité multiplie les avantages des plaire aux femmes et aux hommes en place, se richesses.

mêler des plaisirs et des affaires, cacher son seLI.

cret, savoir s'ennuyer la nuit à table , et jouer

trois quadrilles sans quitter sa chaise : même Celui qui sait rendre ses profusions utiles a après tout cela, on n'est sûr de rien. Combien une grande et noble économie,

de dégoûts et d'ennuis ne pourroit-on pas s'é

pargner, si on osoit aller à la gloire par le seul LII.

mérite!

LXI.
Les sots ne comprennent pas les gens

d'es-
prit.

Quelques fous se sont dit à table : Il n'y a LIII.

que nous qui soyons bonne compagnie; et on

les croit. Personne ne se croit propre, comme un sot,

LXII. à duper les gens d'esprit.

Les joueurs ont le pas sur les gens d'esprit, LIV.

comme ayant l'honneur de représenter les gens

riches. Nous négligeons souvent les hommes sur qui

LXIII. la nature nous donne quelque ascendant, qui

Les gens d'esprit seroient presque seuls, sans sont ceux qu'il faut attacher et comme incor

les sots qui s'en piquent. porer à nous, les autres ne tenant à nos amorces que par l'intérêt, l'objet du monde le plus

LXIV. changeant.

Celui qui s'habille le matin avant huit heures

pour entendre plaider à l'audience, ou pour Il n'y a guère de gens plus aigres que ceux voir des tableaux étalés au Louvre, ou pour se qui sont doux par intérêt.

trouver aux répétitions d'une pièce prête à pa

roître, et qui se pique de juger en tout genre LVI.

du travail d'autrui, est un homme auquel il ne

manque souvent que de l'esprit et du goût. L'intérêt fait

peu
de fortunes.

LXV.
LVII.

Nous sommes moins offensés du mépris des Il est faux qu'on ait fait fortune lorsqu'on ne sots, que d'être médiocrement estimés des gens sait pas en jouir.

d'esprit.

LXVI.
LVIII.

C'est offenser les hommes que de leur donL'amour de la gloire fait les grandes fortunes entre les peuples.

ner des louanges qui marquent les bornes de

leur mérite; peu de gens sont assez modestes LIX.

pour souffrir sans peine qu'on les apprécie. Nous avons si peu de vertu, que nous nous

LXVII. trouvons ridicules d'aimer la gloire.

Il est difficile d'estimer quelqu'un comme il ' L'intérêt fait peu de fortunes. Par intérêt, Vauvenargues

veut l'être : entend ici le vice ou la passion qui domine dans un caractère intéressé. Il n'est pas d'usage en ce sens. S.

i 11 est difficile d'estimer quelqu'un comme il veut l'élre.

LV.

[blocks in formation]

On doit se consoler de n'avoir pas les grands Il n'est pas vrai que les hommes soient meiltalents, comme on se console de n'avoir pas les leurs dans la pauvreté que dans les richesses'. grandes places. On peut être au-dessus de l'un et de l'autre par le cæur.

LXXVIII.
LXIX.

Pauvres et riches, nul n'est vertueux ni heu

reux si la fortune ne l'a mis à sa place. La raison et l'extravagance, la vertu et le vice ont leurs heureux. Le contentement n'est

LXXIX. pas la marque du mérite.

Il faut entretenir la vigueur du corps pour LXX.

conserver celle de l'esprit.

La tranquillité d'esprit passeroit-elle pour

LXXX.
une meilleure preuve de la vertu? La santé la
donne.

On tire peu de service des vieillards.
LXXI.

LXXXI.
Si la gloire et le mérite ne rendent pas les
hommes heureux, ce que l'on appelle bonheur

Les hommes ont la volonté de rendre service mérite-t-il leurs regrets? Une ame un peu cou- jusqu'à ce qu'ils en aient le pouvoir. rageuse daigneroit-elle accepter ou la fortune,

LXXXII. ou le repos d'esprit, ou la modération, s'il falloit leur sacrifier la vigueur de ses sentiments L'avare prononce en secret : suis-je chargé de et abaisser l'essor de son génie?

la fortune des miserables ? et il repousse la pitié

qui l'importune. LXXI.

LXXXIU. La modération des grands hommes ne borne que leurs vices.

Ceux qui croient n'avoir plus besoin d'autrui LXXII.

deviennent intraitables.

[blocks in formation]

Il faudroit dire comme il veut étre estime, ou qu'il y eût précédemment un participe au lieu de l'infinitif. M.

· La trunquillité d'esprit passeroit-elle pour une meil. leure preuve, etc. Meilleure se rapporte ici à la maxime précédente, dont celle-ci est la suite. S.

i Il n'est pas vrai que les hommes soient meilleurs dans la pauvreté que dans les richesses. Il faudroit, ce semble. dans la richesse , pour exprimer l'état de l'homme riche. M.

On gagne pou de choses par habileté. Le mot d'habileté est un peu vague. Il signifie sans doute ici adresse ; autreinent cette maxime contrediroit la suivante. S.

« PreviousContinue »