Page images
PDF
EPUB
[ocr errors]

3:

des Plané

[ocr errors][ocr errors]

la 7€. sphére à Saturne, qui ne four- tant de temps que le soleil à achever
nit sa carriére qu'en vingt-neuf ans, & leurs révolutions.
cent soixante & neuf jours; au dessus Pour le tirer de ces difficultés , &
de toutes les Planétes il mettoit le ciel ne pas demeurer sans replique au su- Réponses
des étoiles fixes , ausquelles il attri. jec de ces apparences, les Prolémistes moines oleks
buoit le mouvement général d'Orient disoient que Mercure & Venus avoient épicycles
en Occident en 24. heures d'une rapidi- dans leur propre sphére un épicycle, ics.
té inconcevable dans l'étenduë prodi- autour duquel, comme il a été dit,
gieuse de leur cercle; & il leur donnoic leur globe étoit porté, & dont le cen-
encore un mouvement propre d'Occi- tre étoit au milieu de leur ciel, ensor-
dent en Orient , qui n'avance qu'en ce que le globe faisant un tour particu-
70. ans ou environ , d'un dégré dans lier à l'entour de cet épicycle , il se
fon orbite , ensorte que tout cercle trouvoit tantôt au bas de fonciel, &
étant divisé en trois cents soixante de- beaucoup plus près de la terre ,.ce
grés, la révolution des étoiles fixes de. qu'ils appelloient le périgée , tantôt.
voit ne s'achever qu'en vingt cinq mil- au hauc de son ciel, & dans un plus
le ans ou environ.

grand éloignement de la terre , ce:
Au dessus de toutes ces sphéres, Pro- qu'ils appelloient l'apogée de la Plané-
lémée avoic imaginé un premier mobi- te , & tantôt à droite ou au gauche
le, qui donnoic le branle à toute la dans une moienne élévation, c'eft-à-di-
machine , pour l'emporter touts les re au milieu de son ciel ; & qu'ainsi
jours d'Orient en Occident, & contre la Planéte étoit directe, lorsque son
Ja rapidité duquel, chaque ciel des Pla- mouvement dans l'épicycle concou-
nétes & celui des étoiles fixes faisoit roit avec le mouvement que ce glo.
un effort, qui étoit le principe de fon be faisoit dans son orbite autour de
mouvement particulier d'Occident en la terre; que la Planéte étoit rétro-
Orient, suivant lequel chacun de ces grade, lorsque le mouvement autour
cieux achevoit sa révolution autour de de la terre & le mouvement autour
la terre en plus ou moins de temps , de l'épicycle étoient opposés ; & qu'el-
à proportion de son éloignement ou le étoit stationnaire, quand la situation
de la grandeur du cercle qu'il avoic à dans son épicycle & dans son orbite au-
parcourir.

tour de la terre, fe rencontroit dans On objecte à ce systéme que les Plané- une ligne perpendiculaire , par rapconte le ly

ces de Mercure & de Venus sont quel- porc à la terre & au soleil.
téine de quefois directes, quelquefois station- Mais il résulce de ces épicycles une
stolémés.

naires & quelquefois rétrogrades; que conséquence embarrassante [d], qui eft Excentrici.
leur globe paroît cancôt beaucoup plus l'écenduë, ou plutôt l'épaisseur prodi- nétes.
grand, tantôt beaucoup plus petit , & gieuse, qu'auroit la sphére de Venus,
que quoique ces Planétes aient une car puisqu'elle s'écarte jusqu'à qua-
moindre orbite à parcourir que le fo- rante-huit degrés ou environ, devant
leil qui est plus éloigné qu'elles de la & après le soleil, il faudroit que le
terre , elles emploient néanmoins au- diamérre de son épicycle & parconsé-

VVV
son mouvement propre. Ainsi l'écliprique, 61 le bire de la terre , dans le système de Copernis.
zodiaque, eft l'orbite du soleil, dans les systé- [d] Le Nobl, rabl, des philof,
mes de prolé mée, cĝo de Tycho-Brahé: de l'ore

[ocr errors]

Objections

3

quent l'épaisseur de sa sphére fût au Pour satisfaire à une obje&tion si prefmoins de quatre-vingt-seize degrés de fante, Prolémée avoit supposé les exl'écliptique, ce qui eft un espace beau- centricités inventées longtemps aupacoup plus grand que le quarc du cer- rayant par Hipparque [c], au moien cle entier parcouru par le soleil, ou desquelles il donnoit à chaque ciel des de toute l'écliptique; il faudroit ausi Planétes, une très grande épaisseur , que l'épicycle de Mercure, qui s'élol- & prétendoit que la Planéte ne tour. gne du soleil de 28. degrés & par con- noit pas centralement autour de la tera séquent l'épaisseur de sa sphére cût au re, mais autour d'un centre de mouve. moins cinquance six degrés de diamétre, ment placé hors de la terre,& que la réce qui est près de la lixiéme partie de volution se faisoit de maniére , que d'un l'écliptique : quelle seroit donc la pro- côté elle rasoic le bas de l’épaisseur de digieuse étenduë de ces épicycles , par son ciel, & de l'autre elle en rasoic proportion à la grandeur connuë de le haut. l'écliptique ?

Mais cette réponse n'étoit pas satis, Dailleurs comment rendre raison de faisante, parce que la différence des la grande différence du disque appa. grandeurs apparentes du disque des rent des Planétes , qui se remarque si Planétes fait connoître par les régles de visiblement dans leur conjonction ou l'optique une si prodigieuse différence opposition avec le soleil, l'apparence d'éloignement de la terre , dans les de ce disque augmentant à mesure que deux situacions opposées de la conla Planéte s'éloigne du soleil, & dimi- jonction ou de son opposition avec le nuant à mesure qu'elle s'en approche? soleil, qu'il n'est pas pollible que la Par exemple, Mars lorsqu'il

est oppo- sphére ait une épaisseur capable de sé au soleil, se montre presque ausi fournir à cette différence. Par exem. grand que Jupiter, c'est-à-dire, com- ple à l'égard de Mars il faudroic par la me les étoiles fixes de la prémiere gran. regle d'optique & par la différente apdeur, & lorsqu'il s'approche de la con- parence de la grandeur , que dans son jonction, & qu'il est prêt à se cacher apogée, il fût éloigné de la terre qua. sous les raïons du soleil, il paroît à pei- tre fois autant qu'il en est éloigné dans ne de la grandeur des étoiles du cin- son perigée, & que par conféquent quiéme ordre : or cette différence ne l'épaisseur de son ciel eût trois fois aupeut procéder que de son plus grand taiit d'étenduë qu'il y en a depuis l'exou moindre éloignement de la terre, & trémité de la sphére jusqu'à la cerre, quand les Prolémistes donneroient des d'où il resulteroit que Jupiter qui eft épicycles aux trois Planétes supérieur au dessus de lui, & Sacurne qui est res au soleil, pour sauver la prompti. au dessus de de Jupiter exigeant pa. tude & la lenteur de leurs mouvements, reillement des étenduës de sphéres proleurs précessions, ftations, & rétro- portionnées, seroient à une si prodigieugradacions , l'éloignement différent que le distance de la terre, que ces PlancMars auroit dans son épicycle, ne pour. tes ne pourroient pas être appercuës du roit pas opérer à beaucoup près une dif- globe terrestre , par une lumiére référence auffi sensible que celle qui s'ob. Aéchie du soleil dans un li vaste éloiferve dans l'apparence de son disque, gnement

[e] Les proportions de routes les excon- proques sont calculées par . Alfragan, éle. tricités des Planétes, de leurs raisons récia ment. astronomia c, 10.

.

[ocr errors]

· Ce font touts ces embarras, & ces Enfin la plus forte objection contre pie d'Alfon-confufions d'épicycles & d'excentrici le systéme de Ptolémée, & à laquelle il fans ré; on

tés, qui ont fait proferer[f] à Alphon. n'est pas poffible de répondre, se cire des fe sitée des
se X. roi de Castille & de Léon, cette phases différentes de la Planéte de Ve. Venus.
parole téméraire & impie, que li Dieu nus, qui a son plein, son défaut , &
l'eût appellé à son conseil, lorsqu'il créa ses croissants; ce qui ne peut procéder,
le monde; il lui eût donné de bons avis, que de ce qu'elle est à l'égard de la ter
pour y faire bien des changements , & re, tantôt au dessus du soleil, tantôt
ic construire d'une maniére plus fimple au dessous, & tantôt à côté, en sorte
& mieux entenduë.

que quand elle est au dessus & un peu Fracastor, qui suivoit le systéme de hors de ses raïons, nous la vožons plei. Solution de Pcolémée , dit dans l'ouvrage qu'il a ne & ronde, parce que nous voïons tout

intitulé les homocentriques, que rien le côté que le soleilillumine, & en mê.
n'est fi monstrueux & li mal imaginé me temps nous' la voions plus petice,
que cours ces cercles excentriques, & parce qu'elle est plus loin de nous dans
touts ces épicycles des Ptolémistes, & son apogée ; & au contraire lorsqu'elle
que la nature réclame contre. Il pré- est au dessous du soleil & qu'elle fort
tendoit rendre raison de la vitesse & de de ses ražons, nous la voïons bien plus
la lenteur des Planéces , & de ce qu'elles grande, parce qu'elle est beaucoup plus
paroillent quelquefois s'arrêter , aïant près de nous ; mais nous ne la voions
très peu de mouvement [8], parce que que comme un croissant , parce que le
la matiére dans laquelle elles nagent, côté qui n'est pas illuminé eft devers '
était en certains endroits plus rare & nous,& nous n'appercevons que les ex-
en d'autres plus épaisse,ces globes trou- trémités que le soleil illumine coûjours
vent plus ou moins de facilité dans leur de plus en plus , à mesure qu'elle nous
route. Il soutenoit aufli [b] que la dif. paroît s'éloigner de lui. Car c'est une
férente qualité de cette matiére éthérée vérité dont on convient dans touts les
qui nous transmet la vision des globes systémes,que les Planétes sont des corps
des Planéces, est le principe de la diffé- opaques & ténébreux, qui de même
rente apparence de la grandeur de leurs que la terre ne reçoivent leur illumina-
disques ; la représentation des objets tion que du soleil, seule source de la
étant grossie par le passage des espéces lumiére dans tout son tourbillon. Or fi
visuelles au travers d'une matiére plus Venus étoic toujours inférieure au fos
épaisse, de même qu'un corps au fond leil, elle ne feroit pas plus illuminée
de l'eau paroît plus grand, que s'il est dans son apogée au hauc de son épicy.
à la fuperficie. Cette folution de Fra- cle, qae dans son perigée, lorsqu'elle
caftor est incomparablement plus fim- eft au bas de son épicycle , puisque
ple que celle des autres Prolémistes, dans l'une & dans l'autre ficuacion
mais est-elle plus vraisemblable ; com- elle passeroit également au dessous du
ment supposer gratuitement & dans la soleil, & ne présenteroic à nos yeux
même région, une fi grande différen- que le côté qui ne seroic pas frapa
ce de la matiére éthérée?

pé de les raïons, comme la lune ,

[f][w? Lins. monis. de exempl. porir , lib. reft 2 6.20. 1. cap. 4:

[h] Id Homo-Courric.fest 2. có 8. [g] Hieronym. Fracast, Homo - Centric,

Préna

U.

10.

Ε' lorsqu'elle commence à paroître au tre de l'univers étoit une place bien fortir de la conjonction. La différen.. plus convenable au soleil, qui est la ce de ces phases doit être la même source de toute la lumiere, & le prindans Mercure , quoiqu'elle y foit à cipe de tout le mouvement. peine sensible par la proximité du. Les taches que nous voions dans soleil, dans les raïons duquel il est le disque du soleil , ne laissent au mobile presque toujours submergé.

cun doute qu'il ne tourne sur fon dans le for L'observation des phases de Venus axe, & qu'il ne nous présenie alter- rant luzcoa a fait rejetter par une conséquence nativement les différentes surfaces. Ce invincible le système de Ptolemée ; globe valte & enflammé imprime à la qui mérite peu les regrets des astro matiére qui l'environne , un mouvenomes, à cause de l'extrême confu- ment qui est la source des mouvements fion qui y régnoit. Mais fi le systé. circulaires ou plutôt elliptiques des me de Copernic a remporté par la Planétes autour de lui. C'eit là un force des nouvelles observations, une premier mobile physique fondé sur les pleine & entiére victoire sur le sy- effets naturels, & bien différent de ce Ítéme de Prolémée, qui avoit été re- premier mobile de Prolémée, placé çki incontestablement pendant treize au delà du ciel des étoiles fixes , qu'il à quatorze fiécles , comment pour. n'avoit tiré que de son imagination, roit on compter que les systémes nou. & du besoin qu'il en avoit . veaux ne seront pas renversés par de Dans le cercle le plus proche du so. Sphese de nou velles observations?

leil, Copernic a placé Mercure, qui Mercure. Copernic s'étant assuré par les dif- achéve sa révolutionen 88.jours. Malsystéme de férentes grandeurs des disques de Ve. gré l'usage des télescopes , perfectionCopernic

nus & de Mercure , & plus encore nés depuis le commencement du der.
par les différentes phases de Venus, nier fiécle, Mercure paroît rarement,
aussi bien que par les mêmes obser- parcequ'il est toujours comme absor-
vations qu'il faisoit quoiqu'avec bé par la lumiére du soleil. On n'a
moins d'évidence & de sensibilité à pu découvrir le mouvement de Mer.
l'égard de Mercure : s'étant assu- cure sur son axe. Le plan de son or.
ré, dis-je, que ces deux Planétes tour- bite est incliné sur l'écliptique à une
noient autour du soleil, sçavoir Mer- distance de fix degrés cinquante-deux
cure plus près de cet astre, & Venus minutes.
par une cercle plus éloigné, il se per- Après Mercure, Copernic place Ve-
suada qu'il étoit également certain, nus, qui décrit son cercle autour du veaus.
que le globe de la terre, & ceux de soleil en deux cents ving-cinq jours,
Mars, de Jupiter, & Saturne, four- Plusieurs astronomes ont foutenu
noient aussi autour du soleil, puisqu'ils que la distance de Venus au soleil est ericité de
font d'une même nature que Venus & toujours égale:ils n'ont regardé ses dif- Venus •
Mercure, & qu'on observe dans les férents éloignements que comme des
disques de Mars, de Jupiter, & de apparences; croiant que jamais Venus
Sacurne de fi grandes variations d'ap- n'est plus proche ni plus éloignée du
parence de grandeurs. Ilembrassa cet- soleil , mais seulement en apparence
te opinion avec d'autant plus de con- d'éloignement ou de proximité ; d'é-
fiance, qu'il lui sembloit que le cen. loignement, lorsqu'elle est à côté de la

11.

Sphere de

12. De l'exces

13.

15. Mouvement

fon de la terre.

ligne perpendiculaire du soleil , à une le emploie ce temps à parcourir entié-
distance de 48. degrés; de proximité, rement le zodiaque ou l'écliptique, qui
lorsqu'elle cft en opposition ou en con.

est la mesure de l'année solaire. L'é.
jonction au-dessus ou au-dessous du fo- quateur de la sphére terrestre fait avec
leil, & coujours à une distance de 48. l'écliptique un angle de 2 3. degrés , &
dégrés , Les astronomes les plus mo. 29.minutes. C'est ce qui s'appelle l'o-
dernes tiennent que toutes les planétes bliquité de l'écliptique ou du zodiaque
décrivent aucour du soleil une ellipse, par rapport à la ligne equinoxiale. Le
& que Venus, de même que les autres soleil est le lieu [i] d'où les planéces
planétes est excentrique au soleil. paroitroient marcher,comme elles mar.

Lesplanétes paroissent directes , ou chent, & où l'astronomie seroit aisée. Des plane- ftationnaires, ou rétrogrades , suivant Le mouvement de déclinaison de la ose nation- l'inégalité de leurs vitesses comparées à terre explique en même temps la dif. de déclinai. nuires , ou celle de la terre. Cette inégalité causée férence des saisons, & de la longueur rétrogrades.

par leurs orbites plus ou moins éten. des jours & des nuits. Le chemin obli.
duës, fait que la cerre palíc plus sou.

la cerre passe plus sou. que suivi par le globe terrestre , en par-
vent ou plus rarement entre le soleil & courant les signes du zodiaque,en sorte
les planéres supérieures pendant leurs que les poles gardent toujours leur pa-
révolutions, & que les planétes infé. rallelisme, fait que l'hémisphere de cc
ricures , sçavoir Mercure & Venus globe est alternativement exposé d'une
passent plus souvent ou plus rarement maniére plus directe aux ražons du so-
entre la terre & le soleil . Si la terre leil: d'où il résulte une explication clai-
suic une autre planéte dans l'ordre des re & simple de la différence des faisons
signes du zodiaque, d'Occident en Q. & de la longueur des jours & des nuits.
rient , la planéte est dire te; la terre L'obliquité du zodiaque est un effet du
atteinc-elle une planéte ? la planéte méchanisme général de la nature , de
paroît stacionnaire , parceque l'ailla même que le mouvement diurne de la
rapporte pendant quelque temps au terre sur son axe, &

que

son mouve-
même endroit; la terre précéde.c-ellement annuel autour du soleil.
la planéte : les yeux rapportent la pla- Car premiérement la révolution jour-
néte à un endroit plus reculé du ciel,& maliére de la terre sur son axe est pro-
elle semble rétorgarde.

duite par le mouvement intrinsèque
L'orbite de Venus fait avec l'éclipti- de la matiére mélée des trois éléments
que un angle de crois degrés trente mi- qui composent ce globe , & par l'ım-

pulsion de la matière fluide dans lasvhére de la La cerre occupe le croisiéme cercle quelle il page.

autour du soleil. En vingt-quatre heu- Secondement le mouvement annuel
reselle tourne sur son axe ; & ramene de la terre , en suivant les lignes du
ainsi successivement le jour & la nuit zodiaque , est déterminé par l'agita-
par la différente exposicion aux raïons cion que les ražons du soleil impriment
du soleil. Elle achéve en 365. jours, à cout le tourbillon, & en particulier à
cinq heures, & 49. minutes, son or chaque planéte.
bite autour du soleil, c'est à dire qu'el- La résistance que tout corps

solide
Tom. I.

Xxx

nutes.

Leire.

[i] Hift.de Sethos, liv.s. p.489. Hist, de l'Acad. des frienc, ann. 1704.p.65.

« PreviousContinue »