Page images
PDF
EPUB

« ture d'une substance, d'autant plus distinctement que l'on en « connaît davantage d'attributs : or, il n'y a point de choses dont « On connaisse tant d'attributs que de notre esprit; parce qu'au« tant qu'on en connaît dans les autres choses, on en peut autant * compter dans l'esprit de ce qui les connaît, et partant sa nature est plus connue que celle de toute autre chose. »

Il y a bien des gens à qui cette raison a paru aussi solide que subtile et ingénieuse, mais, pour lui, il s'en défait aisément par le moyen de ses préventions.

[ocr errors]

Qui ne voit, dit-il, qu'il y a bien de la différence entre con« naitre par idée claire et connaitre par conscience ? »

Réponse. C'est sa quatrième prévention. Car il ne veut pas dire seulement qu'il y a des choses qu'on connaît par idée claire et qu'on ne connait pas par conscience; cela est indubitable, mais ne ferait rien contre l'argument auquel il a entrepris de répondre. Il veut donc dire plus : savoir, qu'on ne connaît point par idée claire ce qu'on connaît par conscience. Or, je viens de montrer le contraire par cet argument : Ce qu'on connaît par conscience se connait certissimâ scientiâ, comme dit saint Augustin, par une science très certaine. Or, il n'y a de certitude dans les connaissances naturelles que par la clarté et l'évidence; on connaît donc clairement ce qu'on connait par conscience. Or, nous allons voir, par la suite de sa réponse, qu'il prend pour la même chose connaitre clairement, et connaître par idée claire.

Quand je connais que 2 fois 2 font 4, je le connais très clairement, mais je ne connais point clairement ce qui est en moi qui « le connaît.

Réponse. Je le nie. Cela se dit en l'air et sans fondement. Car je connais clairement que c'est moi qui le connais. Or, je ne puis pas douter, quand je douterais de toutes choses, que je ne sois une substance qui pense, comme nous venons de voir que saint Augustin le prouve d'une manière admirable; je connais donc clairement que c'est moi, substance qui pense, qui connais que 2 fois 2 font 4. Cependant remarquez qu'il prend pour la même chose connaitre clairement, et connaître par une idée claire.

« Je le sens, il est vrai. Je le connais par conscience ou par a Sentiment intérieur : mais je n'en ai point d'idée claire comme

[ocr errors]
[ocr errors]

« j'en ai des nombres, entre lesquels je puis découvrir clairement « les rapports.»

Réponse. C'est la seconde prévention, que j'ai déjà détruite plusieurs fois.

« Je puis compter qu'il y a dans mon esprit trois propriétés : celle de connaître que 2 fois 2 font 4; celle de connaître que * 3 fois 3 font 9; et celle de connaitre que 4 fois 4 font 16. Et, si u on le veut même, ces trois propriétés seront différentes entre elles, et je pourrai ainsi compter en moi une infinité de proprié

tés; mais je nie qu'on connaisse clairement la nature des choses « que l'on peut compter (a).

Il paraît donc qu'il convient de ce qui fait le fort de l'argument de M. Descartes : « Qu'il n'y a point de chose dont on connaisse a tant d'attributs que de notre esprit, parce qu'autant qu'on en « connait dans les autres choses, on en peut autant compter dans

l'esprit de ce qu'il les connaît. » Il en demeure d'accord. Mais il est réduit à dire qu'on ne les connaît pas clairement : dont il n'apporte point d'autre raison dans cette fin de sa réponse : «sinon

qu'il ne s'ensuit pas que l'on connaisse clairement la nature des * choses que l'on peut compter : » comme si on avait supposé qu'on les connait clairement, parce qu'on les pût compter. Ce qui n'est jamais venu dans l'esprit de M. Descartes, qui n'a dit qu'on pouvait compter autant de modifications de notre âme qu'elle en connait dans les autres choses, que pour montrer qu'il n'y a point de choses dont on connaisse tant d'attributs que de notre esprit. Mais il n'a pas prévu qu'on le dût arrêter sur le défaut de clarté dans la connaissance qu'a notre âme de ses propres modifications, parce qu'il avait supposé, aussi bien que saint Augustin, qu'il n'y avait rien qui nous fût plus clair. Et, comme je prétends avoir fait voir que cet auteur n'a eu aucune raison de le nier, je prétends aussi qu'il n'a nullement satisfait à l'argument par lequel M. Descartes a voulu prouver que la nature de l'esprit est plus connue que celle de toute autre chose. Car on n'a qu'à prévenir sa distinction, en prenant pour vrai, comme il l'est aussi, ce qu'il a voulu révo

K

1

quer en doute.

[ocr errors]

On connait la nature d'une chose d'autant plus distinctement « qu'on en connait davantage d'attributs, pourvu qu'on les con

(a) Page 555.

« naisse clairement. « Cette fin met cette majeure hors d'état de pouvoir être niée par l'auteur de la Recherche de la Verité.

Or, notre esprit connait clairement plus d'attributs ou de propriétés de lui-même que de toute autre chose. Car je ne puis connaitre l'attribut ou propriété d'aucune autre chose, que je ne connaisse clairement la perception que j'en ai, et cette perception est un attribut ou propriété de mon esprit. D'où il s'ensuit, par l'aveu de cet auteur, que, mettant à part si l'esprit connaît clairement ou obscurément ses propres perceptions, il peut compter en soi une infinité de propriétés s'il a une infinité de perceptions.

Il connait donc plus de propriétés de lui-même que de toute autre chose ; et pourvu qu'il connaisse clairement ses propres perceptions, de quoi on ne peut raisonnablement douter, on ne peut douter aussi que la nature de notre esprit ne nous soit plus connue que celle de toute autre chose.

CHAPITRE XXV.

Si nous connaissons sans idées les âmes des autres hommes.

Je ne dirai qu'un mot de la manière dont il veut que nous connaissions les âmes des autres hommes. Il dit que « nous ne les « connaissons point en elles-mêmes, parce qu'il n'y a que Dieu « que nous voyions d'une vue immédiate et directe.

Que nous ne les connaissons point par leurs idées,» sans qu'il en donne des raisons particulières; parce qu'il a cru sans doute qu'on n'avait qu'à appliquer celles qu'il avait données pour montrer que nous n'avions point d'idée de notre âme propre.

Que nous ne les connaissons point par conscience, parce q 'elles sont différentes de nous, et qu'on ne connaît par conscience que ce qui n'est point différent de soi. D'où il conclut que « nous ne les

connaissons par conjecture, c'est-à-dire que nous conjecturons « que les âmes des autres hommes sont de la même espèce que la a nôtre. ,

Je n'ai pas besoin de m'étendre sur cela. Car 1° tout ce que j'ai dit, pour faire voir

que s'il était vrai que nous vissions les choses en Dieu, ce qu'il prend pour la même chose que de les voir par des idées claires, il n'y aurait nulle raison d'en excepier notre âme, est encore plus fort pour prouver que, ne pouvant voir par conscience les âmes des autres hommes, comme chacun peut voir la sienne, il serait encore plus contraire à l'uniformité de la con

des

luite de Dieu de ne nous pas faire voir ces âmes, comme il nous fait voir, selon cet auteur, les choses matérielles, c'est-à-dire en nous découvrant ce qui est dans lui qui les représente.

20 Si nous pouvons võir par des idées claires les choses matérielles singulières, comme le soleil, du feu, de l'eau, un cheval, un arbre, on ne comprend pas pourquoi nous ne pourrions pas voir de même par des idées claires les âmes des autres hommes. Car je ne vois point d'une simple vue la substance du soleil, mais par jugements que j'en fais, sur le rapport de mes sens, qui me font apercevoir quelque chose de fort élevé dans le ciel, fort lumineux et fort ardent. Je juge de même sur le rapport de mes sens que des corps semblables au mien s'approchent de moi, et cela me porte à croire que ce sont des corps humains; mais quand je leur parle et qu'ils me répondent, et que je leur vois faire un grand nombre d'actions qui sont des marques infaillibles d'esprit et de raison, j'en conclus bien plus évidemment que ces corps, semblables au mien, sont animés par des âmes semblables à la mienne, c'est-à-dire par des substances intelligentes, distinguées réellement de ces corps, que je ne conclus qu'il y a un soleil, et ce que c'est que le soleil. Et ainsi je sais cela aussi certainement pour le moins que tout ce que je sais du soleil, ou par les observations des astronomes, ou par les spéculations de M. Descartes.

Or, je suis persuadé, comme j'ai dit dans les chapitres précédents, qu'au regard des connaissances naturelles, c'est la même chose de connaître un objet certainement et de le connaître par une idée claire, soit qu'on le connaisse d'une vue simple, ou que ce ne soit que par raisonnement, puisque autrement les géomètres ne verraient presque rien par des idées claires, puisqu'ils ne connaissent presque rien que par raisonnement.

Et ainsi je ne trouve point mauvais que l'on dise que nous ne connaissons que par conjecture les âmes des autres hommes, pourvu que d'une part on prenne généralement le mot de conjecture pour ce qui est opposé à la simple vue, et qu'on l'étende à tout ce que l'on connaît par raisonnement et par les démonstrations même les plus certaines; et que de l'autre on ne s'aille pas imaginer qu'on ne voit point par des idées claires ce que l'on connait par raisonnement, comme quelques adversaires de M. Descartes l'ont voulu prétendre sans raison, pour avoir plus de moyen d'affaiblir ses démonstrations de l'existence de Dieu et de l'immortalité de l'âme, fondées sur les idées de l'un et de l'autre. CHAPITRE XXVI.

Si nous voyons Dieu en lui-même et sans idée.

On a de la peine à découvrir les vrais sentiments de l'auteur de la Recherche de la Vérité, touchant l'idée de Dieu. Car d'une part il l'admet en plusieurs endroits, et en fait même le principe des plus belles démonstrations de son existence. Et en d'autres il la nie si positivement, et soutient si expressément que nous connaissons Dieu sans idée, et que rien de créé ne le peut représenter, que l'on ne sait comment il a pu avancer des choses si opposées sans se contredire.

Dans les Éclaircissements, p. 494. « Les hommes disent quelquefois qu'ils n'ont point d'idée de Dieu, et qu'ils n'ont aucune u connaissance de ses volontés; et même ils le pensent souvent « comme ils le disent : mais c'est qu'ils ne connaissent point ce

qu'ils savent peut-être le mieux. Car où est l'homme qui hésite « à répondre, lorsqu'on lui demande si Dieu est sage, juste, puis« sant, s'il est ou n'est pas triangulaire, divisible, mobile, sujet au « changement, quel qu'il puisse être? Cependant, on ne peut

répondre, sans crainte de se tromper, si certaines qualités con« viennent ou ne conviennent pas à un sujet, si l'on n'a point d'idée de ce sujet.

Dans les Éclaircissements, p. 538. « Si nous n'avions point en « nous-mêmes l'idée de l'infini, et si nous ne voyions pas toutes « choses par l’union naturelle de notre esprit avec la raison uni« verselle et infinie, il me parait évident que nous n'aurions pas

la liberté de penser à toutes choses. » Il reconnaît donc que nous avons en nous-mêmes l'idée de l'infini, c'est-à-dire de Dieu.

Et dans la p. 543. « Il y a toujours idée pure et sentiment confus « dans la connaissance que nous avons des choses comme actuel

lement existantes, si on en excepte celle de Dieu et celle de « notre âme. J'excepte l'existence de Dieu ; car on la reconnaît « par idée pure et sans sentiment : son existence ne dépendant point d'une cause, et étant renfermée dans l'idée de l’être parfait, comme l'égalité des diamètres est renfermée dans l'idée

du cercle. » C'est reconnaître l'idée de Dieu en la manière que M. Descartes a pris ce mot, puisque c'est approuver la démonstration qu'il a donnée de l'existence de Dieu, fondée sur ce que l'existence nécessaire est aussi évidemment renfermée dans l'idée

[ocr errors]
[ocr errors]
« PreviousContinue »