Page images
PDF
EPUB

EM

lui ordonna de prendre un taurcau de sept ans
& de l'offrir en holocauste sur l'autel, qu'il au-
roit bàti dans un lieu éminent à la portée
des yeux de tout le peuple. Ce taureau est ap.
pellé le deuziéme, probablement parce que Gé-
déon en avoit destiné un autre pour un lacrifice
pacifique.

Une difficulté, qui se présente ici naturelle-
ment à l'esprit , tombe delle-même. Il étoit Deut. vit,
défendu expressement de faire des sacrifices 5. XII. 3,
sur d'autres autels que sur celui qui étoit dans
le Tabernacle. Mais Dieu, qui étoit l’Auicur
de cette loi, avoit dispensé Gédéon de la pra-
tiquer. Une même solution le disculpe de sept
autres irrégularitez, que '3 les Rabins ont trou-
vées dans fon sacrifice : comme d'avoir offert des
victimes durant la nuit : comme d'avoir allumé Vers.26.
du feu d'un bois pris dans un Bocage: comme
d'avoir pris des taureaux, qu'on engraisoit de-
puis sept années, pour être immolez à Bahal;
cette dernière particularité a été imaginée par les
Docteurs juifs, & n'est pas mieux prouvée que
ce que dit 14 Théodoret , que ces taureaux
étoient entretenus depuis que l'oppression avoit
commencé, c'est à dire depuis sept années, qu'ils
devoient l'être pendant tout le temps qu'elle
dureroit, & être facrifiez ensuite par les Ifraë- .
lites à l'honneur du Dieu de leur délivran-

27.

[ocr errors]

ce.

1

Gédéon exécuta l'ordre qui lui avoit été dona, né : & afin de le faire avec sureté, il le fit de nuit, pendant que les gens d'Hophra ne pen

soient

13 Voi. Sal. JArchi in Jud. VI. 25. pag. 74. 14 Voi le Paraphrafte Chaldaique sur Jug. VI. 25.

soient pas à le traverser , & accompagné seulement de dix de fes Domestiques, Ministres de la soûmission & de fon zèle. Mais quand le jour fut venu, ceux d'Hophra apprirent l'action de Gédéon, & s'en convainquirent par leurs propres yeux: à ce spectacle ils entrèrent dans une espèce de fureur. L'Idole de Bahal abatue, lon Bocage coupé, son Autel démoli , tous ces objets les embraferent de courroux: & avec ce zèle barbare, que la superstition inspire à ceux dont elle a fasciné les yeux, ils demandèrent à Joas qu'il leur livrât l’Auteur de ces prétendus facrilèges, afin qu'ils lui fiffent expier par une mort tragique l'attentat, dont ils le jugeoient coupable.

Mais Joas avoit été prévenu par Gédéon, qui lui avoit declaré l'ordre qu'ilavoit reçu du Ciel, & l'apparition dont il avoit été honoré. Auli agit-il en père tendre & courageux, ou plutot en vrai Ifraelite, qui avoit bien pû faire quel

. que acte d'idolatrie, mais qui ne pouvoit y per

sister. Il s'exposa à devenir Martyr de la Re. Verf. 31. ligion, dont il avoit été Apoftat. "Il prononça

un arrêt de mort contre tous ceux qui oferoient le déclarer pour les Idoles , & il témoigna par sa constance qu'il étoit

en état de l'exécuter. Il dit, que si Bahal étoit Dieu il n'avoit qu'à pren: dre lui-même ses interêts, sans que les Israëlites, qui devoient le regarder comme une Divinité imaginaire, prislent fa protection. Ce furent

ces paroles, que Joas prononça alors, Que BaJug. vb. hal défende lui-mêine sa quérelle, qui lui fourninirent l'occasion de donner à Gédéon un nom

pris 15 Voi. BUXTORF. Lexic. Chald. pag. 1087 16 HUET Lemonftratio Evangel. propor. 4. cap. 2

31.

[ocr errors]

2

[ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]

au

[ocr errors]

pris de la circonstance, dans laquelle il lui avoit
été imposé: ce nom est celui de Syar', Zerubba. Verl. 32,
hal, qui veut dire, que Bahal se défende. Il est
vrai que nous trouvons dans le second Livre
de Samuel, que Gédéon est appellé nyar, Je- 2 Sam.xr,
rubbeschet, au licu de Jernbbahal, mais c'est 21,
que "s les Juifs marquoient souvent en faisant
quelque changement au nom des Idoles, le mé-
pris qu'ils avoient pour elles. C'est ce qui les

.
porta

à dire befcheth, qui signifie confusion lieu de Bahal, qui signifie Seigneur, & quiétoit le nom des Dieux mâles parmi plusieurs peuples comme Astaroth étoit celui des Dieux femelles. C'est aussi la raison pour laquelle un fils de Saül, qui est appellé Spavx, Eschbahal, dans le premier Livre des Chroniques, est nommé aufli nuo v'*, Isch-boscheth, dans le fe- i Chron. cond Livre de Samuel. De mêine un fils de VIII. 33. Jonathan , qui est nommé Spa 23, Merib bahal dans le premier Livre des Chroniques, porte communément celui de Mephiboscheth.

I Chron. Mais Gédéon est moins connu sous le nom de Jerubbescheth que fous celui de JerubbeIcheth que sous celui de Jerubbahal. 16 De favans Hommes ont même avancé, qu'il est à peu près ainsi nommé par des Auteurs Payens. Ils fe fondent sur un paslage '7 d'Eusebe que nous citerons tout entier : Ces choses, que nous venons d'avancer, dit-il, ont été aussi publiées par un certain Sanchoniaton , Auteur très uncien , que l'on dit avoir vécu avant les temps de Troye , qu'on assura avoir écrit avec beaucoup de travail & de fincerité l'Histoire des phéniciens. Philon

[ocr errors][ocr errors]

2 Sam. . 8.

VIII. 34.

Or

al

[ocr errors]

pag. 42.

17 SUIDAS au mot Ferob-bahal, tom. 2. pag. 99:

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

de Juif, mais celui qui étoit de Byblos, avoit traduit ce Livre Phénicien en Grec. Et cet homme, qui a forgé de notre temps cet ouvrage , dans , lequel ik a mis tant de mensonges contre nous, parle de cette manière: Sanchoniaton de Berithe à écrit très fidela tement les choses qui concernent l'Histoire des Juifs: ce qui n'est pas étonnant, puisqu'il les avoit apprises D'un certain Hierombalus Prêtre de Dieu. Voilà les paroles d’Eusébe.

Mais il seroit à souhaiter que ceux, qui ont relevé ce fameux passage, & qui l'ont rangé parmi ces monumens de l'Histoire profane, qui fervent à confirmer l'Histoire fainte, nous eussent fourni des secours pour vérifier ce qu'Eusebe, ou plûtôt ce que Porphyre a debité touchant Sanchoniaton & fon Livre: car c'est Porphyre, qu’Eulèbe is designe par cet Homme, qui de fon temps avoit forgé un Quvrage, dans lequel il avoit mis tant de menfonges contre les Chrétiens. Non seulement 19 des Savans du premier ordre ont contesté l'époque, qu'on assigne communément à ce Sanchoniaton , & l'ont placé dans des Siècles beaucoup postéricurs au Siège de Troié, mais ils ont même nié qu'il eût jamais publié l'Ouvrage qui lui est attribué: ils ont crû qu'il étoit de Porphyre même, qui en a déguisé l'Auteur, afin de pouvoir à la faveur de quelques citations, qui paroissent avantageuses à la Religion qu'il attaque, en faire passer un plus grand nombre d'autres qui lui porteroient attein

8

1

te.

30. & 31.

18 EUSE B. Prapar. Evangelica lib. I. cap. 9. pag.

19 MAR SHAM Cbronie. Canon. Ægypt. fæcul. 10. paz. 234. Yok DOD WEL Discours concerning Sanckoniat Phanic.

te. Mais nous ne saurions nous engager dans ces discussions, sans faire une trop grande di version à notre principal dessein, sans nous exposer à l'inconvenient, dans lequel nous ne tombons jamais que malgré nous c'est de fatiguer notre Lecteur & l'engager dans des discussions, qu'il n'examine , que parce qu'il s'est imposé la pénible tache de les examiner, & dont il se félicite de voir la fin.

[ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small]
« PreviousContinue »