Page images
PDF
EPUB

RACAN.

Quand HENRI de ses longs malheurs
Vit la France enfin délivrée,
Mon Apollon sous la livrée
Produisit ses premieres fleurs :
Ton pere , qui toujours auguste,
Eur dans la paix le nom de Juste ,
Et dans la guerre de Vainqueur ,
A vû dans l'été de mon âge
Eclater toute la vigueur
De ma force & de mon courage.

Je l'ai suivi dans les combats ;
J'ai vî foudroyer les rebelles ;
J'ai vû tomber leurs citadelles
Sous la pesanteur de son bras :
J'ai vû forcer les avenues
Des Alpes qui percent les nuës,
Et leurs sommers impérieux
S'humilier devant la foudre,
De qui l'éclat victorieux
Avoit mis la Rochelle en poudre.

Mais dans ces siécles malheureux ,
Ou la Discorde déchaînée,
Vit son audace réfrénée
Par ces deux Princes généreux ;
Sous quelque superbe trophée
Que fa rage für étouffée,

[ocr errors][ocr errors]
[merged small][merged small][ocr errors]

En vit-on jamais de pareils
A ceux de ton fage , Ministre,
Qui triompha par ses conseils
De notre fortane sinistre ?

[ocr errors][ocr errors][ocr errors]

Arras que l'on croyoit perdu,
Et par l'attaque vigoureuse
De mainte phalange nombreuse
Glorieusement défendu.
La Sambre fous tes lois captive,
Voit planter par de-là la rive
Nos frontieres & nos lauriers;
Et voit sous les forêrs de piques
De nos formidables Guerriers
Gémir les campagnes Belgiques.

Ce Mont affreux de routes parts ,
Ce Mont ou l'Art & la Narure
Avoient dans une roche dure
Creuse d'invincibles remparts ;
Ce Mont qui bravoit les orages
Depuis la naissance des âges
Ce Mont d'abîmes revêru s
Cet orgueilleux fils de la Terro
N'avoir jamais été battu
D'un li redoutable tonnerre,

[ocr errors]

.

. Le Cardinal Mazarin,

RACAN

Sur le retour du Printems.
De'ia les fleurs qui bourgeonnent ,
Rajeunissent les vergers ;
Tous les échos ne raisonnent
Que de chansons de Bergers ;
Les jeux, les ris & la danse ,
Sont partout en abondance;
Les délices ont leur tour,
La tristesse le retire ,
Ét personne ne soupire ,
S'il ne soupire d'amour.

[ocr errors]

Les moitons dorent les plaines,
Le ciel est tout de saphirs ;
Le murmure des fontaines
S'accorde au bruit des zéphirs :
Les foudres & les tempéres
Ne grondent plus sur nos têtes ;
Ni des vents (éditieux
Les insolentes coleres,
Ne poussent plus les galeres
Des abîmes dans les cieux,

[ocr errors]

EN DROITS CHOISIS

RACAN.

DES BERGERIES DE M. DE RACAN.

L'infidélité prétenduë d'Alcidor , Amant d' Artenice, determine cette Bergere à se consacrer

à la reiraite.

[ocr errors]

ARTENICE.
Que cette vie est douce, & que je suis contente
De me voir en ce lieu conforme à mon attente!
Que j'y trouve d'appas qui charment ma douleur!
Que le fort m'a renduë heureuse en mon malheur !
Doux poison des esprits, amoureuse pensée,
Qui me représentez ma fortune passée,
Eloignez-vous de moi , sorrez de ces saines lieux ; )
Les cours n'y sont épris que de l'amour des cieux.
La gloire des mortels n'est qu'ombre & que fumée:
C'est une fânc éteinte aufli-tôt qu'allumée.
Destillez-vous les yeux, vous dont la vanité
Préfere cette vie à l'immortalité.
Maintenant que je goûte une paix si profonde ,
Que j'ai pitié, ma Sæur, de ceux qui sont au monde,
Et qui sur cette arêne , émûe à rout propos ,
Fondent sans jugement l'espoir de leur repos !

PHIL O TE'E.
Ma Sæur, ne plaignez point ceux que le sort convie
A passer loin de nous la course de leur vie.
Parmi les vanitez qui ne sont point ici,
Ou le combat est grand, la gloire l'est aussi,

[ocr errors]

RACAN

[ocr errors]

Nous vivons sur la terre en éternelle peine;
Ec de plusieurs chemins par où le Ciel nous mene
Au repos glorieux qui nous est préparé,
Celui

que nous tenons est le plus asseuré..
Lęs Dieux diversement nous retirent du monde ;
L'esprit ne peut sonder leur sagesse profonde :
C'est d'eux que le Soleil emprunte fa fplendeur ;
Il faut, dans le silence, adorer leur grandeur.
Oubliez donc le feu de ce Berger parjure,
Qui fait à votre amour une si grande injure;
Er donnez à ces Dieux vos pensers , vos appas :
Ces Amans tout parfaits ne vous tromperont pas,

C'est un Enchanteur qui parle.
i Au creux de ces rochers d'ou l'éternelle nuit
A chassé pour jamais la lumiere & le bruit,
J'ai choisi mon séjour loin de la multitude,
Pour jouir en repos du plaisir de l'étude.
Par elle tous les jours, comme maître absolu ,
Je fais faire aux Démons ce que j'ai résolu ;
Ærmon pouvoir counudans tous les coins du monde,
Mer sens dessus dessous le Ciel, la Terre & l'Onde.
Des jours je fais des nuits, des nuits je fais des jours ;
J'arrète le Soleil au miliçu de son cours,

1 Le stile de certe Scene n’el} rica moins que pastoral; mais pour justifier l'Auteur , il luffit d'envisagei le porn founuge qu'il fait parler : perfoʻinage dont le caractere ng fullemblé pas mal à celui d', Capitan,

« PreviousContinue »