Page images
PDF
EPUB

et s'ils en obtiennent les biens qu'ils souhaitent, l'on peut dire qu'ils les ont bien payés, et qu'ils ne leur sont pas donnés pour rien. Il est inexorable à celui qui, sans dessein , l'aura poussé légèrement, ou lui aura marché sur le pied ; c'est une faute qu'il ne pardonne pas. La première chose qu'il dit à un ami qui lui emprunte quelque argent, c'est qu'il ne lui en prêtera point : il ya le trouver ensuite, et le lui donne de mauvaise grâce , ajoutant qu'il le compte perdu. Il ne lui arrive jamais de se heurter à une pierre qu'il rencontre en son chemin, sans lui donner de grandes malédictions. Il ne daigne pas attendre personne ; et si l'on diffère un moment à se rendre au lieu dont l'on est convenu avec lui, il se retire. Il se distingue toujours par une grande singularité; ne veut ni chanter à son tour ui réciter (1) dans un repas, ni même danser avec les autres. En un mot, on ne le voit guère dans les temples importuner les dieux, et leur faire des võux ou des sacrifices.

CHAPITRE XV I.

DE LA SUPERSTITION.

La superstition semble n'être autre chose qu'une crainte mal réglée de la divinité. Un homme superstitieux, après avoir lavé ses mains, s'être purifié avec de l'eau lustrale(2), sort du temple, et se promène une grande partie du jour avec une feuille de laurier dans sa bouche. S'il voit une belette, il s'arrête tout court; et il ne continue pas de marcher, que quelqu'un n'ait passé avant lui par le même endroit que cet animal a traversé ou qu'il n'ait jeté lui-même trois petites pierres dans le chemin, comme pour éloigner de lui ce mauvais présage. En quelque endroit de sa maison qu'il ait aperçu un serpent, il ne differe pas d'y élever un autel : et dès qu'il remarque dans les carrefours de ces pierres que la dévotion du peuple y a consacrées, il s'en approche , verse dessus toute l'huile de sa fiole , plie les genoux devant elles, et les adore. Si un rat lui a rongé un sac de farine, il court au devin , qui ne manque pas de lui enjoindre d'y faire mettre une pièce : mais bien loin d'être satisfait de sa réponse, effrayé d'une aventure si extraordinaire, il n'ose plus se servir de son sac, et s'en défait. Son faible encore est de purifier sans fin la maison

[merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small]

dansaient ensemble

(1) Les Grecs récitaient à table quelques beaux endroits de leurs poëtes , et dansaient ensemble après le repas. Voy. le chap. DU CONTRE-TEMPS.

(2) Une eau où l'on avait éteint un tison ardent pris sur l'autel où l'on brûlait la victime : elle était dans une chaudière à la porte du temple : l'on s'en lavait soi-même, ou l'on s'en faisait laver par les prêtres.

mens et

qu'il habite , d'éviter de s'asseoir sur un tombeau , comme d'assister à des funérailles, ou d'entrer dans la chambre d'une femme qui est en couches : et lorsqu'il lui arrive d'avoir , pendant son sommeil, quelque vision , il va trouver les interprètes des songes, les deyins et les augures, pour savoir d'eux à quel dieu ou à quelle déesse il doit sacrifier. Il est fort exact à visiter , sur la fin de chaque mois, les prêtres d'Orphée, pour se faire initier dans ses mystères (1): il y mène sa femme; ou si elle s'en excuse par d'autres soins, il y fait conduire ses enfans par une nourrice. Lorsqu'il marche par la ville, il ne manque guère de se laver toute la tête avec l'eau des fontaines qui sont dans les places : quelquefois il a recours à des prêtresses, qui le purifient d'une autre manière, en liant et étendant autour de son corps un petit chien, ou de la squille (2). Enfin, s'il voit un homme frappé d'épilepsie , saisi d'horreur il crache dans son propre sein , comme pour rejeter le malheur de cette rencontre.

CHAPITRE XVII.

DE L'ESPRIT CHAGRIN. L'ESPRIT chagrin fait que l'on n'est jamais content de personne , et que l'on fait aux autres mille plaintes sans fondement. Si quelqu’un fait un festin , et qu'il se souvienne d'envoyer un plat á un homme de cette humeur, il ne reçoit de lui pour tout remerciment que le reproche d'avoir été oublié : « Je n'étais pas digne, » dit cet esprit quereileur, de boire de son vin, ni de manger à » sa table. » Tout lui est suspect, jusques aux caresses que lui fait sa maîtresse : Je doute fort, lui dit-il, que vous soyez sincère , et que toutes ces démonstrations d'amitié partent du cœur. Après une grande sécheresse venant à pleuvoir, comme il ne peut se plaindre de la pluie , il s'en prend au ciel de ce qu'elle n'a pas commencé plus tôt. Si le hasard lui fait voir une bourse dans son chemin, il s'incline. Il y a des gens , ajoute-t-il, qui ont du bonheur; pour moi, je n'ai jamais eu celui de trouver un trésor. Une autre fois , ayant envie d'un esclave , il prie instamment celui à qui il appartient d'y mettre le prix; et dès que celui-ci, vaincu par ses importunités, le lui a vendu , il se repent de l'avoir acheté. « Ne suis-je pas trompé ? demande-t-il; et exige» rait-on si peu d'une chose qui serait sans défauts? » A ceux qui lui font les complimens ordinaires sur la naissance d'un fils, et sur l'augmentation de sa famille, Ajoutez , leur dit-il, pour

(1) Instruire de ses mystères. (2) Espèce d'ognon marin.

ne rien oublier, sur ce que mon bien est diminué de la moitié. Un homme chagrin, après avoir eu de ses juges ce qu'il demandait, et l'avoir emporté tout d'une voix sur son adversaire, se plaint encore de celui qui a écrit ou parlé pour lui, de ce qu'il n'a pas touché les meilleurs moyens de sa cause; ou lorsque ses amis ont fait ensemble une certaine somme pour le secourir dans i un besoin pressant, si quelqu'un l'en félicite, et le convie à mieux espérer de la fortune : Comment, lui répond-il, puis-je être sensible à la moindre joie, quand je pense que je dois rendre cet argent à chacun de ceux qui me l'ont prêté, et n'être pas encore quitte envers eux de la reconnaissance de leur bienfait?

CHAPITRE XVIII.

DE LA DÉFIANCE. L'ESPRIT de défiance nous fait croire que tout le monde est capable de nous tromper. Un homme défiant , par exemple, s'il envoie au marché l'un de ses domestiques pour y acheter des provisions, il le fait suivre par un autre, qui doit lui rapporter fidèlement combien elles ont coûté. Si quelquefois il porte de l'argent sur soi dans un voyage, il le calcule à chaque stade (1) qu'il fait pour voir s'il a son compte. Une autre fois, étant couché avec sa femme, il lui demande si elle a remarqué que son coffrefort fût bien fermé, si sa cassette est toujours scellée, et si on a eu soin de bien fermer la porte du vestibule; et bien qu'elle assure que tout est en bon état, l'inquiétude le prend, il se lève du lit, va en chemise et les pieds nus, avec la lampe qui brûle dans sa chambre, visiter lui-même tous les endroits de sa maison; et ce n'est qu'avec beaucoup de peine qu'il s'endort après cette recherche. Il mène avec lui des témoins quand il va demander ses arrérages , afin qu'il ne prenne pas un jour envie à ses débiteurs de lui dénier sa dette. Ce n'est pas chez le foulon qui passe pour le meilleur ouvrier, qu'il envoie teindre sa robe , mais chez celui qui consent de ne point la recevoir sans donner caution. Si quelqu’un se hasarde de lui emprunter quelques vases (2), il les lui refuse souvent; * ou s'il les accorde , il ne les laisse pas enlever qu'ils ne soient pesés : il fait suivre celui qui les emporte , et enyoie dès le lendemain prier qu'on les lui renvoie (3). * A-t-il un esclave qu'il affectionne et qui l'accompagne dans la ville , il le

(1) Six cents pas.
(2) D'or ou d'argent.

(3) Ce qui se lit entre les deux étoiles n'est pas dans le grec, où le sens ;;? interrompu ; mais il est suppléé par quelques interprètes.

fait marcher devant lui, de peur que, s'il le perdait de vue, il ne lui échappât et ne prît la fuite. A un homme qui, emportant de chez lui quelque chose que ce soit, lui dirait, Estimez cela , et mettez-le sur mon compte, il répondrait qu'il faut le laisser où on l'a pris, et qu'il a d'autres affaires que celle de courir après son argent.

CHAPITRE XI X.

D'UN VILAIN HOMME.

Le caractère suppose toujours dans un homme une extrême malpropreté , et une négligence pour sa personne qui passe dans l'excès , et qui blesse ceux qui s'en aperçoivent. Vous le verrez quelquefois tout couvert de lepre, avec des ongles longs et malpropres, ne pas laisser de se mêler parmi le monde, et croire en être quitte pour dire que c'est une maladie de famille, et que son père et son aïeul y étaient sujets. Il a aux jambes des ulcères. On lui voit aux mains des poireaux et d'autres saletés, qu'il néglige de faire guérir; ou s'il pense à y remédier, c'est lorsque le mal, aigri par le temps, est devenu incurable. Il est hérissé de poil sous les aisselles et par tout le corps, comme une bête fauve : il a les dents noires, rongées, et telles que son abord ne se peut souffrir. Ce n'est pas tout : il crache ou il se mouche en mangeant, il parle la bouche pleine, fait en buvant des choses contre la bienséance , ne se sert jamais au bain que d'une huile qui sent mauvais, et ne paraît guère dans une assemblée publique qu'avec une vieille robe et toute tachée. S'il est obligé d'accompagner sa mère chez les devins, il n'ouvre la bouche que pour dire des choses de mauvais augure (1). Une autre fois, dans le temple et en faisant des libations (2), il lui échappera des mains une coupe ou quelque autre vase; et il rira ensuite de cette aventure, comme s'il avait fait quelque chose de merveilleux. Un homme si extraordinaire ne sait point écouter un concert ou d'excellens joueurs de flûte; il bat des mains avec violence comme pour leur applaudir, ou bien il suit d'une voix désagréable le même air qu'ils jouent : il s'ennuie de la symphonie, et demande si elle ne doit pas bientôt finir. Enfin si , étant assis à table , il veut cracher, c'est justement sur celui qui est derrière lui pour lui donner à boire.

(1) Les anciens avaient un grand égard pour les paroles qui étaient proférées, même par hasard, par ceux qui venaient consulter les devins et les augures, prier ou sacrifier dans les temples.

(2) Cérémonies où l'on répandait du vin ou du lait dans les sacrifices.

D'UN HOMME INCOMMODE.

· Ce qu'on appelle un fâcheux est celui qui, sans faire à quel

qu’un un fort grand tort, ne laisse pas de l'embarrasser beau

coup; qui, entrant dans la chambre de son ami qui commence : à s'endormir, le réveille pour l'entretenir de vains discours; qui,

se trouvant sur le bord de la mer, sur le point qu'un homme est près de partir et de monter dans son vaisseau, l'arrête sans nul besoin, et l'engage insensiblement à se promener avec lui sur le

rivage; qui, arrachant un petit enfant du sein de sa nourrice i pendant qu'il tette, lui fait avaler quelque chose qu'il a mâché, i bat des mains devant lui, le caresse , et lui parle d'une voix

contrefaite; qui choisit le temps du repas , et que le potage est sur la table, pour dire qu'ayant pris médecine depuis deux jours il est allé par haut et par bas, et qu'une bile noire et recuite

était mêlée dans ses déjections; qui, devant toute une assemblée, i s'avise de demander à sa mère quel jour elle a accouché de lui; fi qui, ne sachant que dire, apprend que l'eau de sa citerne est la fraîche, qu'il croît dans son jardin de bons légumes, ou que sa a maison est ouverte à tout le monde comme une hôtellerie ; qui on s'empresse de faire connaître à ses hôtes un parasite (1) qu'il a

chez lui ; qui l'invite, à table, à se mettre en bonne humeur et ů à réjouir la compagnie.

CHAPITRE XXI.

DE LA SOTTE VANITÉ. La sotte yanité semble être une passion inquiète de se faire valoir par les plus petites choses , ou de chercher dans les sujets les plus frivoles du nom et de la distinction. Ainsi un homme vain, s'il se trouve à un repas , affecte toujours de s'asseoir proche de celui qui l'a convié : il consacre à Apollon la chevelure d'un fils qui lui vient de naître ; et dès qu'il est parvenu à l'âge de puberté, il le conduit lui-même à Delphes, lui coupe les cheveux, et les dépose dans le temple comme un monument d'un væu solennel qu'il a accompli. Il aime à se faire suivre par un More. S'il fait un paiement, il affecte que ce soit dans une monnaie toute neuve, et qui ne vienne que d'être frappée. Après qu'il a immolé un bouf devant quelque autel , il se fait réserver la peau du front de cet animal, il l'orne de rubans et de fleurs, et l'attache à l'endroit de sa maison le plus exposé à la vue de ceux qui

(1) Mot grec qui signifie celui qui ne mange que chez autrui.

« PreviousContinue »