Page images
PDF

Fépugnance à demander d'être préféré à d'autres qui pouvoient être choisis. J'avois cru entrevoir, messieurs, une chose que je ne devois avoir aucune peine à croire , que vos inclinations se tournoient ailleurs, sur un sujet digne, sur un homme rempli de vertus, d'esprit et de connoissances , qui étoit tel avant le poste de confiance qu'il occupe, et qui seroit tel encore s'il ne l'occupoit plus : je me sens touché, non de sa déférence, je sais celle que je lui dois, mais de l'amitié qu'il m'a témoignée, jusques à s'oublier en ma faveur. Un père mène son fils à un spectacle; la foule y est grande, la porte est assiégée; il est haut et robuste, il fend la presse; et comme il est près d'entrer, il pousse son fils devant lui, qui, sans cette précaution, ou n'entreroit point, ou entreroit tard. Cette démarche d'avoir supplié quelques uns de vous, comme il a fait, de détourner yers moi leurs suffrages , qui pouvoient si justement aller à lui, elle est rare, puisque dans ces cir. constances elle est unique; et elle ne diminue rien de ma reconnoissance envers vous, puisque vos voix seules, toujours libres et arbitraires, donnent une place dans l'Académie Françoise.

Vous me l'avez accordée, messieurs, et de si bonne grace, avec un consentement si unanime, que je la dois et la veux tenir de votre seule munificence. Il n'y a ni poste, ni crédit, ni richesses, ni titres, ni autorité, ni faveur, qui aient pu vous plier à faire ce choix ; je n'ai rien de toutes ces choses, tout me manque : un ouvrage qui a eu

380 DISCOURS A MM. DE L'ACADÉMIE FRANC. quelque succès par sa singularité, et dont les fausses; je dis les fausses et malignes applications pouvoient me nuire auprès de personnes moins équitables et moins éclairées que vous, a été toute la médiation que j'ai employée, et que vous avez reçue. Quel moyen de me repentir jamais d'avoir écrit ?

NOTES DU SECOND VOLUME.

CHAPITRE X.

DO SOUVERAIN OU DE LA RÉPUBLIQUE.

pages R

· BEAU-FRÈRE de M. de Boisfranc; maitre
des requêtes, qui, ayant épousé sá sæur
avec peu de bien et même contre le sen:
timent de son père, s'est vu, par la mort
de l'un et de l'autre, avoir épousé une
riche héritière. »
i Les nouvellistes

2 L'abbé de Sainte-Hélène, frondeur. 10 ? Anti-frondeur, le sieur de Moulinet. 12 | Le faux bruit qui courut de la mort du

prince d'Orange, depuis roi d'Angleterre. 18. Madame de Maintenon.

La même. 19 Les cardinaus di Amboise et de Richelieu,

Le premier étoit ministre de Louis XII: La Bruyere. 2.

[ocr errors]

19

- Les héritiers des cardinaux de Richelieu et
Mazarin.
Le cardinal d Amboise.
Le cardinal de Richelieu.
3 Colbert, quand il conseilla au roi le rem-
boursement des rentes de la maison-de-
ville ; ce qui a ruiné bien des familles.

De Pomponne.
: Portrait de Louis XIV.

21 26

[ocr errors][merged small]

Pages

32 |

De Brancas , chevalier d'honneur de la reine-mère, frère du duc de Villars, L'on conte de lui différentes sortes d'absence d'esprit. L'aventure de la perruque, dont il est ici parlé, lui arriva chez la reine. L'on veut qu'il oublia, le jour de ses noces, qu'il étoit marié; et que le soir retournant chez lui, à son ordinaire, il fut surpris de n'y point trouver ses valets-de-chambre qu'il apprit être alles mettre sa toilette chez sa nouvelle femme; ce qui le fit ressou. venir de la cérémonie du matin. L'auteur

a oublié qu'un jour donnant, la main
à la reine, il lui prit envie de lâcher de
l'eau. Il se mit en devoir d'y satisfaire : ce
qui fit bien rire cette princesse et les dames
qui étoient avec elle.

40

· L'abbé de Mauroy, ci-devant aumônier de mademoiselle de Montpensier, sujet à une infinité d'absences d'esprit: étant allé,dela part de Mademoiselle, parler de quelques affaires au père la Chaise, il le traita d’Altesse royale; et rendant réponse à Made. moiselle, il la traita de Révérence. Une autre fois étant habillé pour dire sa messe, il l'auroit commencée si son laquais ne l'eût averti qu'il avoit pris médecine, et ensuite un bouillon. Il voulut un jour que le prieur de son abbaye, qui l'étoit venu voir, lui eût dérobé ses lunettes, qu'il cherchoit pour lire une lettre; et après les avoir bien cherchées, elles se trouvèrent sur son nez. Une autre fois, il entonna le commencement des vêpres par l'Ile, missa est. Il donna trois fois la nomination d'un même bénéfice à trois différentes personnes, etpuis voulut s'inscrire en faux, prétendant ne l'avoir donnée.qu'à une seule; et il eut de la peine à le croire après qu'on lui eut présenté ses trois nominations.

[ocr errors]
« PreviousContinue »