Page images
PDF
EPUB

DE THÉOPHRASTE,

TRADUITS DU GREC.

DISCOURS
SUR THÉOPHRASTE.

Je n'estime pas que l'homme soit capable de former dans son esprit un projet plus vain et plus chimérique , que de prétendre, en écrivant de quelque art ou de quelque science que ce soit , échapper à toute sorte de critique, et enlever les suffrages de tous ses lecteurs.

Car , sans m'étendre sur la différence des esprits des hommes , aussi prodigieuse en eux que celle de leurs visages , qui fait goûter aux uns les choses de spéculation, et aux autres celles de pratique ; qui fait que quelques uns cherchent dans les livres à exercer leur imagination, quelques autres à former leur jugement ; qu'entre ceux qui lisent, ceux-ci aiment à être forcés par la démonstration, et ceux-là veulent entendre délicatement, ou former des raisonnemens et des conjectures ; je me renferine seulement dans cette science qui décrit les mours , qui examine les hommes et qui développe leurs caractères ; et j'ose dire que sur les ouvrages qui traitent de choses qui les touchent de si près, et où il ne s'agit que d'eux-mêmes , ils sont encore extrêmement difficiles à contenter.

Quelques savans ne goûtent que les apophthegmes des anciens, et les exemples tirés des Romains , des Grecs, des Perses , des Egyptiens; l'histoire du monde présent leur est insipide : ils ne sont point touchés des hommes qui les environnent et avec qui ils vivent, et ne font nulle attention à leurs mæurs. Les femmes , au contraire , les gens de la cour, et tous ceux qui n'ont que beaucoup d'esprit sans érudition , indifférens pour toutes les choses qui les ont précédés , sont avides de celles qui se passent à leurs yeux , et qui sont comme sous leur main : ils les examinent , ils les discernent; ils ne perdent pas de vue les personnes qui les entourent, si charmés des descriptions et des peintures que l'on fait de leurs contemporains , de leurs concitoyens, de ceux enfin qui leur ressemblent , et à qui ils ne croient pas ressembler,

que jusques dans la chair l'on se croit obligé souvent de suspendre l'évangile pour les prendre par leur faible , et les ramener à leurs devoirs par des choses qui soient de leur goût et de leur portée.

La cour , ou ne connaît pas la ville, ou , par le mépris qu'elle a pour elle, néglige d’en relever le ridicule , et n'est point frappée des images qu'il peut fournir ; et si, au contraire, l'on peint la cour, comme c'est toujours avec les ménagemens qui lui sont dus, la ville ne tire pas de cette ébauche de quoi remplir sa curiosité, et se faire une juste idée d'un pays où il faut même avoir vécu pour le connaître.

D'autre part, il est naturel aux hommes de ne point convenir de la beauté ou de la délicatesse d'un trait de morale qui les peint , qui les désigne, et où ils se reconnaissent eux-mêmes : ils se tirent d'embarras en le condamnant; et tels n'approuvent la satire que lorsque , commençant à lâcher prise el à s'éloigner de leurs personnes, elle va mordre quelque autre.

Enfin, quelle apparence de pouvoir remplir tous les goûts si différens des hommes par un seul ouvrage de morale ? Les uns cherchent des définitions, des divisions, des tables et de la méthode : ils veulent qu'on leur explique ce que c'est que la vertu en général, et cette (1) vertu en particulier ; quelle différence se trouve entre la valeur, la force et la magnanimité; les vices extrêmes par le défaut ou par l'excès entre lesquels chaque vertu se trouve placée , et duquel de ces deux extrêmes elle emprunte davantage : toute autre doctrine ne leur plaît pas. Les autres, contens que l'on réduise les mœurs aux passions, et que l'on explique celles-ci par le mouvement du sang , par celui des fibres et des artères , quittent un auteur de tout le reste.

Il s'en trouve d'un troisième ordre , qui, persuadés que toute doctrine des mæurs doit tendre à les réformer , à discerner les bonnes d'avec les mauvaises , et à démêler dans les hommes ce qu'il y a de vain , de faible et de ridicule, d’avec ce qu'ils peuvent avoir de bon , de sain et de louable, se plaisent infiniment dans la lecture des livres qui , supposant les principes physiques et moraux rebattus par les anciens et les modernes, se jettent dans leur application aux mœurs du temps , corrigent les hommes les uns par les autres , par ces images de choses qui leur sont si familières, et dont néanmoins ils ne s'avisaient pas de tirer leur instruction.

Tel est le traité des CARACTÈRES DES MOEURS que nous a laissé THÉOPHRASTE : il l'a puisé dans les Étiques et dans les grandes (1) Telle.

Morales d'Aristote, dont il fut le disciple : les excellentes définitions que l'on lit au commencement de chaque chapitre sont établies sur les idées et sur les principes de ce grand philosophe , et le fond des caractères qui y sont décrits est pris de la même source. Il est vrai qu'il se les rend propres par l'étendue qu'il leur donne, et par la satire ingénieuse qu'il en tire contre les vices des Grecs, et surtout des Athéniens. · Ce livre ne peut guère passer que pour le commencement d'un plus long ouvrage que Théophraste avait entrepris. Le projet de ce philosophe , comme vous le remarquerez dans sa préface, était de traiter de toutes les vertus et de tous les vices. Et comme il assure lui-même dans cet endroit qu'il commence un si grand dessein à l'âge de quatre-vingt-dix-neuf ans, il y a apparence qu'une prompte mort l'empêcha de le conduire à sa perfection. J'avoue que l'opinion commune a toujours été qu'il avait poussé sa vie au-delà de cent ans; et saint Jérôme , dans une lettre qu'il écrit à Népotien , assure qu'il est mort à cent sept ans accomplis: de sorte que je ne doute point qu'il n'y ait eu une ancienne erreur, ou dans les chiffres grecs qui ont servi de règle à Diogène Laërce, qui ne le fait vivre que quatre-vingt-quinze années, ou dans les premiers manuscrits qui ont été faits de cet historien, s'il est vrai, d'ailleurs que les quatre-vingt-dix-neuf ans que cet auteur se donne dans cette préface se lisent également dans quatre manuscrits de la bibliothèque palatine, où l'on a aussi trouvé les cinq derniers chapitres des caractères de Théophraste qui manquaient aux anciennes impressions , et où l'on a vu deux titres, l'un , DU GOUT QU'ON A POUR LES VICIEUX, et l'autre DU GAIN SORDIDE , qui sont seuls et dénués de leurs chapitres.

Ainsi cet ouvrage n'est peut-être même qu'un simple fragment, mais cependant un reste précieux de l'antiquité, et un monument de la vivacité de l'esprit et du jugement ferme et solide de ce philosophe dans un âge si avancé. En effet, il a toujours été lu comme un chef-d'auvre en son genre : il ne se voit rien où le goût attique se fasse mieux remarquer, et où l'élégance grecque éclate davantage : on l'a appelé un livre d'or. Les sayans faisant attention à la diversité des mœurs qui y sont traitées , et à la manière naïve dont tous les caractères y sont exprimés, et la comparant d'ailleurs avec celle du poète Menandre , disciple de Théophraste , et qui servit ensuite de modèle à Térence qu'on a dans nos jours si heureusement imité, ne peuvent s'empêcher de reconnaître dans ce petit ouvrage la première source de tout le comique : je dis de celui qui est épuré des pointes , des obscénités, des équivoques , qui est pris dans la nature , qui fait rire les sages et les vertueux.

Mais peut-être que pour relever le mérite de ce traité des caractères , et en inspirer la lecture , il ne sera pas inutile de dire quelque chose de celui de leur auteur. Il était d'Erèse , ville de Lesbos , fils d'un foulon : il eut pour premier maître dans son pays un certain Leucippe (1), qui était de la même ville que lui : de là il passa à l'école de Platon , et s'arrêta ensuite à celle d'Aristote , où il se distingua entre tous ses disciples. Ce nouveau maître, charmé de la facilité de son esprit , et de la douceur de son elocution , lui changea son nom , qui était Tyrtame , en celui d'Euphraste, qui signifie celui qui parle bien ; et ce nom ne répondant point assez à la haute estime qu'il avait de la beauté de son génie et de ses expressions, il l'appela Théophraste , c'està-dire , un homme dont le langage est divin. Et il semble que Cicéron soit entré dans les sentiinens de ce philosophe , lorsque, dans le livre qu'il intitule BRUTUS, ou des OraTEURS ILLUSTRES, il parle ainsi (2): « Qui est plus fécond et plus abondant que » Platon , plus solide et plus ferme qu'Aristote , plus agréable et » plus doux que Théophraste ? » Et dans quelques unes de ses épitres à Atticus , on voit que parlant du même Théophraste il l'appelle son ami, que la lecture de ses livres lui était familière, el qu'il en faisait ses délices.

Aristote disait de lui et de Callisthène, un autre de ses disciples , ce que Platon avait dit la première fois d'Aristote même et de Xénocrate , que (allisthène était lent à concevoir et avait l'esprit tardif , et que Théophraste , au contraire, l'avait si vif , si perçant, si pénétrant, qu'il comprenait d'abord d'une chose tout ce qui en pouvait être connu ; que l'un 'avait besoin d'éperon pour être excité , et qu'il fallait à l'autre un frein pour le retenir.

Il estimait en celui-ci sur toutes choses un grand caractère de douceur qui régnait également dans ses mœurs et dans son style. L'on raconte que les disciples d'Aristote, voyant leur maître avancé en âge et d'une santé fort affaiblie, le prièrent de leur nommer son successeur ; que comme il avait deux hommes dans son école sur qui seuls ce choix pouvait tomber , Ménédėme (3) le Rhodien, et Théophraste d’Érèse , par un esprit de ménagement pour celui qu'il voulait exclure il se déclara de cette manière. Il feignit , peu de temps après que ses disciples lui eurent fait cette prière , et en leur présence , que le vin dont

(1) Un autre que Leucippe , philosophe célèbre , et disciple de Zénon.

(2) « Quis uberior in dicendo Platone? Quis Aristotele nervosior? Theophrasto dulcior ? » Cap. 31.

(3) Il y a deux auteurs du même nom ; l'un philosophe cynique , l'autre disciple de Platon.

il faisait un usage ordinaire lui était nuisible, et il se fit apporter des, vins de Rhodes et de Lesbos : il goûta de tous les deux, dit qu'ils ne déinentaient point leur terroir , el que chacun dans son genre était excellent; que le premier avait de la force, mais que celui de Lesbos avait plus de douceur, et qu'il lui donnait la préférence. Quoi qu'il en soit de ce fait, qu'on lit dans AuluGelle, il est certain que lorsqu'Aristote , accusé par Eurymédon, prêtre de Cérés, d'avoir mal parlé des dieux, craignant le destin de Socrate , voulut sortir d'Athènes, et se retirer à Chalcis , ville d'Eubée, il abandonna son école au Lesbien , lui confia ses écrits, à condition de les tenir secrets; et c'est par Théophraste que sont venus jusqu'à nous les ouyrages de ce grand homme.

Son nom devint si célèbre par toute la Grèce, que, successeur d'Aristote , il put compter bientôt dans l'école qu'il lui avait laissée jusques à deux mille disciples. Il excita l'envie de Sophocle (1), fils d'Amphiclide, et qui pour lors était préteur : celui-ci , en effet son ennemi, mais sous prétexte d'une exacte police, ēt d'empêcher les assemblées , fit une loi qui défendait , sur peine de la vie, à aucun philosophe d'enseigner dans les écoles. Ils obéirent; inais l'année suivante , Philon ayant succédé à Sophocle qui était sorti de charge, le peuple d'Athènes abrogea cette loi odieuse que ce dernier avait faite, le condamna à une amende de cinq talens, rétablit Théophraste et le reste des philosophes.

Plus heureux qu’Aristote, qui avait été contraint de céder à Eurymédon, il fut sur le point de voir un certain Agnonide puni comme impie par les Athéniens, seulement à cause qu'il avait osé l'accuser d'impiété; tant était grande l'affection que ce peuple avait pour lui , et qu'il méritait par sa vertu.

En effet , on lui rend ce témoignage , qu'il avait une singulière prudence , qu'il était zélé pour le bien public, laborieux, officieux , affable, bienfaisant. Ainsi, au rapport de Plutarque, lorsqu'Erèse fut accablée de tyrans qui avaient usurpé la domination de leur pays , il se joignit à Phidias (2) son compatriote, contribua avec lui de ses biens pour armer les bannis , qui rentrèrent dans leur ville, en chassèrent les traîtres , et rendirent à toute l'île de Lesbos sa liberté.

Tant de rares qualités ne lui acquirent pas seulement la bienveillance du peuple , mais encore l’estime et la familiarité des rois. Il fut ami de Cassandre, qui avait succédé à Arrhidée, frère d'Alexandre-le-Grand, au royaume de Macédoine ; et (1) Un autre que le poëte tragique. (2) Un autre que le fameux sculpteur.

FAYLOS

« PreviousContinue »