Page images
PDF
EPUB

qu'il a toujours été amoureux d'elle, et ne croyait pas qu'on pût avoir plus d'esprit qu'elle en avait. A la vérité, il n'avait pas grand peine à lui être complaisant, car elle n'a jamais rien voulu que de raisonnable. Cependant elle jure que si on l'eût laissée jusqu'à vingt ans, et qu'on ne l'eût point obligée après 5 à se marier, elle fût demeurée fille. Je la croirais bien capable de cette résolution, quand je considère que dès vingt ans elle ne voulut plus aller aux assemblées du Louvre. . . . Elle disait qu'elle n'y trouvait rien de plaisant, que de voir comme on se pressait pour y entrer, et que quelquefois il lui est arrivé de 10 se mettre en une chambre pour se divertir du méchant ordre qu'il y a pour ces choses-là en France. Ce n'est pas qu'elle n'aimât le divertissement, mais c'était en particulier. ...

Elle a toujours aimé les belles choses, et elle allait apprendre le latin, seulement pour lire Virgile, quand une maladie l'en 15 empêcha. Depuis, elle n'y a pas songé, et s'est contentée de l'espagnol. C'est une personne habile en toutes choses. Elle fut elle-même l'architecte de l'hôtel de Rambouillet, qui était la maison de son père. Mal satisfaite de tous les dessins qu'on lui faisait (car alors on ne savait que faire une salle à un côté, 20 une chambre à l'autre, et un escalier au milieu: d'ailleurs la place était fort irrégulière et d'une assez petite étendue), un soir, après y avoir bien rêvé, elle se mit à crier: “Vite, du papier; j'ai trouvé le moyen de faire ce que je voulais.” Sur l'heure elle en fit le dessin, car naturellement elle sait dessiner, 25 et dès qu'elle a vu une maison, elle en tire le plan fort aisément. ... On suivit le dessin de Mme. de Rambouillet de point en point. C'est d'elle qu'on a appris à mettre les escaliers à côté, pour avoir une grande suite de chambres, à exhausser les planchers, et à faire des portes et des fenêtres hautes et larges et 30 vis-à-vis les unes des autres : Et cela est si vrai, que la Reinemère, quand elle fit bâtir Luxembourg, ordonna aux architectes d'aller voir l'hôtel de Rambouillet, et ce soin ne leur fut pas inutile. C'est la première qui s'est avisée de faire peindre une chambre d'autre couleur que de rouge ou de tanné; et c'est ce 35 qui a donné à sa grand'chambre le nom de la chambre bleue.

L'hôtel de Rambouillet était, pour ainsi dire, le théâtre de tous les divertissements, et c'était le rendez-vous de ce qu'il y avait de plus galant à la cour, et de plus poli parmi les beaux

IO

esprits du siècle. . . . Jamais il n'y a eu une meilleure amie. M. d'Andilly, 38 qui faisait le professeur en amitié, lui dit un jour qu'il la voulait instruire amplement en cette belle science; il lui faisait des leçons prolixes; elle, pour trancher tout d'un coup, lui dit : “Bien loin de ne pas faire toutes choses au monde 5 pour mes amis, si je savais qu'il y eût un fort honnête homme aux Indes, sans le connaitre autrement, je tâcherais de faire pour lui tout ce qui serait à son avantage. - Quoi! s'écria M. d'Andilly, vous en savez jusque là ! Je n'ai plus rien à vous montrer.

Madame de Rambouillet est encore présentement d'humeur à se divertir de tout. Un de ses plus grands plaisirs était de surprendre les gens.

Elle attrapa plaisamment le comte de Guiche, aujourd'hui le maréchal de Gramont.30 Il était encore fort jeune quand 15 il commença à aller à l'hôtel de Rambouillet. Un soir qu'il avait mangé force champignons, on gagna son valet de chambre qui donna tous les pourpoints des habits que son maitre avait apportés. On les étrécit promptement. Le matin, Chaudebonne 40 le va voir comme il s'habillait; mais quand il voulut 20 mettre son pourpoint, il le trouva trop étroit de quatre grands doigts. "Ce pourpoint-là est bien étroit," dit-il à son valet de chambre; "donnez-moi celui de l'habit que je mis hier." Il ne le trouve pas plus large que l'autre. "Essayons-les tous," dit-il. Mais tous lui étaient également étroits. "Qu'est ceci ?” ajouta- 25 t-il, "suis-je enflé? serait-ce d'avoir trop mangé de champignons ?" – "Cela pourrait bien être," dit Chaudebonne, "vous en mangeâtes hier au soir à crever.” Tous ceux qui le virent lui en dirent autant, et voyez ce que c'est que l'imagination. Il avait, comme vous pouvez penser, le teint tout aussi bon que 30 la veille ; cependant il y découvrait, ce lui semblait, je ne sais quoi de livide. La messe sonne, c'était un dimanche: il fut contraint d'y aller en robe de chambre. La messe dite, il commence à s'inquiéter de cette prétendue enflure, et il disait en riant du bout des dents : "Ce serait pourtant une belle fin 35 que de mourir à vingt et un ans pour avoir mangé des champignons !" Comme on vit que cela allait trop avant, Chaudebonne dit qu'en attendant qu'on pût avoir du contre-poison, il était d'avis qu'on fit une recette dont il se souvenait. Il se mit

aussitôt à l'écrire, et la donna au comte. Il y avait: Recipe de bons ciseaux, et décous ton pourpoint. Or, quelque temps après, comme si c'eût été pour venger le comte, Mademoiselle de Rambouillet et M. de Chaudebonne mangèrent effectivement de mauvais champignons, et on ne sait ce qui en fût

5 arrivé, si Mme. de Rambouillet n'eût trouvé de la thériaque dans un cabinet, où elle chercha à tous hasards.

Mme, de Rambouillet a eu six enfants : Mme. de Montausier est l'ainée de tous; Mme. d'Hyères est la seconde ; M. de Pisani était après. Il y avait un garçon bien fait qui mou- 10 rut de la peste à huit ans. Sa gouvernante alla voir un pestiféré et au sortir de là fut assez sotte pour baiser cet enfant; elle et lui en moururent. Mme. de Rambouillet, Mme. de Montausier et Mlle. Paulet 1 l'assistèrent jusques au dernier soupir. Mme. de Saint-Étienne est après, puis Mme. de Pisani. Toutes sont 15 religieuses, hors la première et la dernière des filles, qui est Mlle. de Rambouillet.

-Tallement des Réaux, Historiettes, Vol. II, 1657.

MLLE. DE SCUDÉRY

(1607-1701) "MADEMOISELLE DE SCUDÉRY PEINTE PAR ELLE-MÊME"

Cependant, quoique Sapho 42 ait été charmante dès le berceau, je ne veux vous faire la peinture de sa personne et de son esprit, qu'en l'état où elle est présentement, afin que 20 vous la connaissiez mieux. Je vous dirai donc qu'encore que vous m'entendiez parler de Sapho comme de la plus merveilleuse et de la plus charmante personne de toute la Grèce, il ne faut pourtant pas vous imaginer que sa beauté soit une de ces grandes beautés en qui l'envie même ne saurait trouver aucun 25 défaut; mais il faut néanmoins que vous compreniez, qu'encore que la sienne ne soit pas de celles que je dis, elle est pourtant capable d'inspirer de plus grandes passions que les plus grandes beautés de la terre. Mais enfin, madame, pour vous dépeindre l'admirable Sapho, il faut que je vous dise qu'encore qu'elle 30 se dise petite, lorsqu'elle veut médire d'elle-même, elle est

pourtant de taille médiocre, mais si noble et si bien faite qu'on ne peut y rien désirer. Pour le teint, elle ne l'a pas de la dernière blancheur; il a toutefois un si bel éclat qu'on peut dire qu'elle l'a beau. Mais ce que Sapho a de souverainement agréable, c'est qu'elle a les yeux si beaux, si vifs, si amoureux 5 et si pleins d'esprit, qu'on ne peut ni en soutenir l'éclat ni en détacher ses regards. En effet, ils brillent d'un feu si pénétrant et ils ont pourtant une douceur si passionnée que la vivacité et la langueur ne sont pas des choses incompatibles dans les beaux yeux de Sapho. Ce qui fait leur plus grand éclat, c'est 10 que jamais il n'y a eu une opposition plus grande que celle du blanc et du noir de ses yeux. Cependant cette grande opposition n'y cause nulle rudesse, et il y a un certain esprit amoureux qui les adoucit d'une si charmante manière que je ne crois pas qu'il y ait jamais eu une personne dont les regards aient 15 été plus redoutables. De plus, elle a des choses qui ne se trouvent pas toujours ensemble, car elle a la physionomie fine et modeste, et elle ne laisse pas aussi d'avoir je ne sais quoi de grand et de relevé dans la mine. Sapho a, de plus, le visage ovale, la bouche petite et incarnate, et les mains si admirables 20 que ce sont en effet des mains à prendre des cours, ou, si on la veut considérer comme cette savante fille qui est si chèrement aimée des Muses, ce sont des mains dignes de cueillir les plus belles fleurs du Parnasse.

Mais, ... les charmes de son esprit surpassent de beau- 25 coup ceux de sa beauté. En effet, elle l'a d'une si vaste étendue, qu'on peut dire que ce qu'elle ne comprend pas, ne peut être compris de personne: et elle a une telle disposition à apprendre facilement tout ce qu'elle veut savoir que, sans que l'on ait presque jamais oui dire que Sapho ait rien appris, elle sait 30 pourtant toutes choses. Premièrement, elle est née avec une inclination à faire des vers, qu'elle a si heureusement cultivée qu'elle en fait mieux que qui que ce soit. . . . Elle écrit aussi tout à fait bien en prose, et il y a un caractère si amoureux dans tous les ouvrages de cette admirable fille, qu'elle émeut et 35 qu'elle attendrit le coeur de tous ceux qui lisent ce qu'elle écrit. En effet, je lui ai vu faire un jour une chanson d'improviste qui était mille fois plus touchante que la plus plaintive élégie ne saurait être, et il y a un certain tour amoureux à tout ce

De 15

qui part de son esprit que nulle autre qu'elle ne saurait avoir. ... Elle sait de plus jouer de la lyre et chanter; elle danse aussi de fort bonne grâce, et elle a même voulu savoir faire tous les ouvrages où les femmes qui n'ont pas l'esprit aussi élevé qu'elle, s'occupent quelquefois pour se divertir. Mais ce 5 qu'il y a d'admirable, c'est que cette personne, qui sait tant de choses différentes, les sait sans faire la savante, sans en avoir aucun orgueil, et sans mépriser celles qui ne les savent pas. En effet, sa conversation est si naturelle, si aisée et si galante qu'on ne lui entend jamais dire en une conversation générale 10 que des choses qu'on peut croire qu'une personne de grand esprit pourrait dire sans avoir appris tout ce qu'elle sait. Mais ce qu'il y a encore de plus digne de louanges en Sapho, c'est qu'il n'y a pas au monde une meilleure personne qu'elle, ni plus généreuse, ni moins intéressée, ni plus officieuse. plus, elle est fidèle dans ses amitiés, et elle a l'âme si tendre et le coeur si passionné, qu'on peut sans doute mettre la suprême félicité à être aimé de Sapho, car elle a un esprit si ingénieux à trouver de nouveaux moyens d'obliger ceux qu'elle estime et de leur faire connaître son affection. . . . Ce qu'elle a encore 20 d'admirable, c'est qu'elle est incapable d'envie, et qu'elle rend justice au mérite avec tant de générosité qu'elle prend plus de plaisir à louer les autres qu'à être louée. Outre tout ce que je viens de dire, elle a encore une complaisance qui, sans avoir rien de lâche, est infiniment commode et infiniment agréable; 25 et si elle refuse quelquefois quelque chose à ses amis, elle le fait avec tant de civilité et tant de douceur qu'elle les oblige même en les refusant. Jugez après cela de ce qu'elle peut faire lorsqu'elle leur accorde son amitié et sa confiance. Voilà quelle est cette merveilleuse Sapho.

30 --Le Grand Cyrus, Book II, Part X,

pp. 298 ff., 1649-1653.

LA CARTE DE TENDRE

"Vous vous souvenez sans doute bien, Madame, qu'Herminius *3 avait prié Clélie 44 de lui enseigner par où l'on pouvait aller de Nouvelle Amitié à Tendre; de sorte qu'il faut commencer par cette première ville, qui est au bas de cette carte,

« PreviousContinue »