Page images
PDF
EPUB

Qui font

coin de

ture,en auroient ordinairement le plus de befoin. Les grands accoutumés à qui vivre dans l'agitation, peuvent bien ont le plus moins foutenir ces vuides, qu'on ne arture peut éviter, & que la lecture feule fçait remplir. Ils y trouvent encore un grand avantage, c'eft que les livres leur parlent le même langage, qu'aux autres hommes, & ne fçavent ce que c'eft que de les flatter. Demetrius de Phalére appelloit les livres [3, les confeillers des rois les plus fidéles.

Rien n'excite plus puiflamment à la vertu, que l'hiftoire des hommes illuf tres, & leurs grands exemples. Thémistocle avouoit, que la gloire de Miltiade troubloit fon repos : Céfar verfa des larmes, en lifant qu'Alexandre avoit conquis la plus grande partie de l'univers, à un âge où fon nom étoit encore dans l'obfcurité. Les louanges d'Achille enflammoient le courage d'Alexandre: Scipion fongeoit continuellement à fe former fur l'idée de Cyrus, tracée par Xénophon; Charles Quint ne perdoit point de vue les inftructions de Philippe de Commines; le Cardinal de Richelieu fe propofoit en tout le modéle du Cardinal Ximénés: auffi voit-on que les deffeins & les fuccés de ces

[r] Fidiffimos regum, monitores & confiliarios effe libros Ptolemæo dixit Demetrius Phalereüs.

[] Adftricti funt in continendo patrimonio; fimul ad temporis jacturam ventum eft, protufiffimi in eo, cujus unius honefta avaritia eft. Sen. de brevi tate vita, c. 3.

deux miniftres ont beaucoup de con formité.

La lecture fait connoitre le prix du temps, elle apprend à ménager le feul: bien [u] dont l'avarice foit permife Perfonne n'a mieux entendu cette œconomie du temps que Scipion: [x]il partageoit la vie entre les armes & les lettres, emploïant à cultiver fon efprit tout le loifir, que lui laiffoient les fatigues de la guerre.

La fuite de l'oifiveté eft le plus fur préfervatif des vices. Les traits de l'amour [y] font émouffés, & fon flambeau eft éteint par des occupations, continuelles.

[x] Neque enim quifquam hoc Scipione elegantiùs intervalla negotiorum otio difpunxit: femper inter arma & ftudia verfatus, aut corpus periculis aut animum difciplinis exercuit. Vell.Paterc.lib.1. [y] Otia fi tollas, periere Cupidials

arcus

[ocr errors]

7. Bon-heur

L'homme de lettres goute une félicité, qu'il préfere fans comparaison des gens de aux plaifirs tumultueux des paffions. lettres. Pythagore [z] aiant démontré que le quarré de l'hypothénufe dans le triangle rectangle eft égal à la fomme des quarrés des deux autres côtés, il en reffentit la joie la plus vive, & il of frit aux dieux une hécatombe, ou le facrifice de cent bœufs pour les remercier. Je ne changerois pas, dit Cardan, [a] ma pauvreté & ma vieilleffe, avec l'âge & les richeffes d'un jeune homme, pour qui la lecture feroit fans attraits. Scaliger [b] affure au sujet de B 2

[blocks in formation]

>

deux odes d'Horace, qu'il aimeroit mieux les avoir compofées que d'être roi d'Aragon. Suivant Nicéphore [e] un fynode aïant donné le choix à Héliodore, évêque de Trica en Thef falie, de bruler fon roman des amours de Théagéne & de Cariclée, ou de renoncer à fon évêché, il prit le parti de fe démettre de fon évêché, plûtôt que de jetter au feu fon ouvrage. Pafferat difoit qu'il eût mieux aimé avoir fait l'ode de Ronfard au chancelier l'Hôpital, que d'être duc de Milan: & le poëte Bourbon, fuivant qu'il s'en expliquoit lui-même, eût été plus content de lui, d'être l'auteur des pfeau mes de Buchanan, que d'être archevêque de Paris.

de

L'étude inftruit la jeuneffe, [d] & bannit le chagrin d'un âge avancé,elle eft un ornement dans la profpérité, & une confolation dans la mauvaife fortune: c'eft une ressource assurée en tout temps, en touts lieux', à la ville ou à la campagne, en voiage, ou dans nos féjours ordinaires. Quelles fatisfactions, & quels charmes ne trouve-t-on pas dans la converfation de ces hommes choifis dans toute l'antiquité ? ils ne fe font connoître à nous, que par ce qu'ils ont de plus aimable, leur

[blocks in formation]

commerce n'eft fujet à aucune inégalité.

Mais les fciences nuifent plus qu'elles de fervent, fuivant le fentiment de Dangers Platon [e], fi l'on n'a pas la véritable cesfcience, c'est-à-dire, fi l'on ne fçait pas en faire ufage. Rien n'eft fi dangereux, que l'impieté & le vice armés de la fcience : fi elle tombe en un esprit, qui manque de capacité pour la contenir, elle y fait plufieurs fortes de ravages,elle y porte la préfomption [f],l'importunité, le ton dècifif: elle dédaigne les confeils, & les lumiéres des autres.

La fcience entête un efprit foible, comme les odeurs bleffent un cerveau délicat, ou comme un eftomac malade eft furchargé des aliments qu'il ne peut digérer. C'eft une comparaifon fort in génieufe,que celle de ces demi-fçavants avec les épis vuides de grains, qui portent une tête droite & altiére.

Hannibal fe mocqua du philofophe Phormion, [g] qui faifoit des differta. tions militaires en fa préfence. On voit ces demi-fçavants s'embarrasser dans[h] des queftions inutiles & épineufes. Ils fe perdent dans leurs penfées, [i] & leur cœur eft enveloppé de nuages. Ils font de grands efforts [k], pour trouver le nom de la nourrice d'Anchife, [/] &

[merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small]

réndre compte du nombre de piéces de vin, dont Acefte fit préfent aux compagnons d'Enée. Ils difputent [m] avec

chaleur fi le vaiffeau confervé anciennement à Athénes, étoit proprement le vaiffeau de Théfée, ou un vaiffeau différent. Tibére [n] pour fe mocquer des fçavants, leur demandoit de quelle maifon étoit la mére d'Hécube; quel nom Achille avoit porté, lorsqu'il s'étoit déguilé en fille, pour ne pas aller à la guerre de Troïe; quel étoit le fujet des chanfons des Sirénes.

Il s'en faut bien que nous ne met

tions au nombre de ces recherches ridicules, un traité qui fe débite depuis peu [2], qui contient cinq differta tious fingulières: fur les fçavants mifantropes; fur ceux qui ont été enne. mis du beau féxe; fur ceux qui ont été mal propres, & qui n'ont eu aucun foin de leurs perfonnes; fur ceux qui ont eu de méchantes femmes; enfin fur ceux qui ont été groffiers & fans politeffe. Tout ce qui fert à faire connoître les hommes, peut étre emploïé à leur

avantage.

Il résulte des réflexions que nous avons faites ci-dessus, que la science

Dun petit aut thermas aut Phoebi balnea, dicat

Nutricem Anchifæ, nomen patriam

que noverca Anchemoli, dicat quot Aceftes vixerit annos, Quot Siculus Phrygibus vini donaverit urnas. Juv.fat. 7.

[m] Le vaiffeau fur lequel Thélée alla en Crete, & en revint aprés avoir tué le Minotaure, fut confervé jufqu'au temps de Demetrius de Phalére, c'est-à-dire, prés de mille ans; car Demetrius de Phalére fit pour fon malheur, contemporain de Prolémée Philadelphe qui le fit enfermer dans une prifon, où il mourut de la piquire d'un afpic. Les Athéniens avoient un trés-grand fain de conferver ce vaiffeau, an remettant des planches neuves, à la plan

eft pernicieufe dans les méchans,& méprifable dans les efprits foibles. Elle eft auffi humiliante pour les vrais fçavants: car plus ils font de progrés, [p] plus les doutes fe multiplient, plus ils connoiffent l'infuffifance de leurs lumiéres. Les fciences ont deux extrémi tés [q] qui fe touchent, la pure ignorance naturelle, & l'ignorance fçavante qui fe connoît.

Peu d'efti

Aprés que les deux derniers fiécles ont produit les plus fçavants hommes, me pour le & que le renouvellement des Lettres avois. y a été célébré avec toute l'ardeur poffible, il femble que l'eftime des fciences ne foir plus à la mode. On a quel. que confufion de paroître fçavant: on fe perfuade qu'il ne faut que de l'efprit, qu'on eft allez riche de fon propre fond. Ces maximes font trés capables, de faire bientôt renaître l'ignorance mére du mauvais goût & des erreurs.

Cicéron [r] préfére la nature fans les lettres, au fçavoir deftitué de touts les talents naturels. Suivant le fentiment d'Horace [b], l'art ne peut rien fans le génie, ni le génie fans l'étude. L'un a befoin de l'autre, & leur fuccés dépend de leur bonne intelligence. B 3

[blocks in formation]
[ocr errors]

CHAPITRE TRIOSIÉME. LE, et nature eût été

ES uns n'eftiment l'antiqui-
té, comme fi la
plus forte [a] & plus féconde, lorf-
que l'univers fortoit, pour ainfi di-
re, de la main du créateur; les au-
tres relévent avec une cenfure trop
maligne, ce qu'ils croient apperce-
voir de défauts dans les anciens.

Bacon a eu une penfée finguliére
& qui femble trés-raisonnable, quoi-
que contraire à l'opinion commune,
c'eft que l'antiquité aïant été la jeu-
neffe de la nature, c'est à nous, à
proprement parler, que conviennent
le nom & le titre d'anciens. Car
tout étoit nouveau dans l'antiquité,
elle a inventé & défriché, au lieu
que nous avons l'avantage de l'ex-
périence, & que nous pouvons pro-
fiter des modéles qui nous ont pré-

cédés.

Des Auteurs.

SOMMAIRE.

1. De l'eftime pour l'antiquité. 2. De la rencontre des penfees. 3. Du me rite des traductions. 4. Opinion attribuée au p.Hardouins.Grand nom bre de hores apocryphes. 6. Supercherie ingénieufe de Muret. 7. Du temps où a vécu Quinte Curce. 8. L'emulation au fujet des anciennes billio théques caufe de la fuppofition d'un grand nombre d'auteurs. 9. Le nombre des livres plus grand dans l'antiquité, que depuis l'invention de l'imprimerie. 10.Guerre faite aux livres. 11. Les anciens auteurs bien plus la borieux. 12. Changements de noms des fçavants. 13. Noms badins de quelques académies. 14. La confidé ration des fciences a fort varié. 15. Auteurs parmi les fouverains, & grands feigneurs. 16. Les lettres regardées par les barbares comme un obftacle aux vertus militaires. 17. Magnifiques récompenfes de quelques fçavants. 18. Mifère du plus grand nombre des gens de lettres. 19. Des auteurs qui fe font loués eux-mêmes. 20. Confiderations fur les langues. 21. Projet d'une écriture commune à toutes les langues. 22. Les Rabbins font les plus extravagants des auteurs.

[ocr errors]
[blocks in formation]

7.

Du prix de l'antiquité.

Alphonfe roi d'Arragon & de Naples, furnommé le fage, difoit : qu'entre tant de chofes que les hom mes recherchent pendant toute leur vie, il n'y a rien de meilleur que d'avoir de vieux bois pour brûler, de vieux vin pour boire, de vieux amis pour la fociété, & de vieux livres pour lire. Il pouvoit ajouter de vieux foldats pour la guerre, & même de vieux chiens pour la chasse.

2.

Arétade prétendoit que les chemins De la tendes fciences étoient fi battus & fi contre des pensées. fraïés, que les auteurs s'y rencontroient [b] fans fe connoître. Il avoit

Et la faffe l'horreur de touts les
animaux;

`d

Quant à moi je la tiens pour le
point défiderable,
Où commencent nos biens, & fi-
niffent nos maux.

Un de fes amis lui fit voir que ce qua-
train étoit le prémier de Masthieu dans fon
livre intitulé: Les tablettes de la vie &
de la mort, que Racan n'avoit jamais

teurs du bas empire.

fait un traité de la rencontre fortuité [c]des penfées. Il y a long-temps qu'on a dit que touts les fujets étoient épui fés, & qu'il n'y avoit plus rien de nou.

yeau.

[blocks in formation]

Jean Caramuel n'a pas fait honneur à fon difcernement, lorfqu'il a dit dans le catalogue de fes livres [g]: Je n'ai jamais voulu emploïer ou perdre beaucoup de temps à lire les livres des anciens, non que je les méprife, mais parceque les modernes ont poli avec beaucoup d'étude & d'industrie, ce que les anciens ont pensé de plus beau & de meilleur,

3.

Il y a deux opinions diametralement oppofées fur le mérite des traductions. des traducToute la délicateffe des penfées & des tions. expreffions des auteurs, dit le pére Bouhours [b], fe perd quand on les veut mettre dans une autre langue ; à peu près comme ces effences exquifes, dont le parfum fubtile s'évapore, quand on les verfe d'un vafe dans un autre. Le pére Bouhours fe fert encore de la comparaifon des traduEtions avec l'envers des tapifferies de Flandres.

Perrault [] foutient au contraire qu'il y a plus d'avantage à lire les auteurs anciens dans une bonne tradution; que nous ne connoiffons rien à la prononciation des anciennes langues, & qu'ainfi nous ne pouvons juger de leur nombre ni de leur harmonie ; qu'à l'égard du fens du difcours, des penfées qu'il renferme, des figures dont il eft orné, de la fuite du raifonnement, & de l'aco

[blocks in formation]
« PreviousContinue »