Page images
PDF
EPUB

les grandeurs charnelles, comme s'il n'y en avoit pas de spirituelles; et d'autres qui n'admirent que les spirituelles, comme s'il n'y en avoit pas d'infiniment plus hautes dans la sagesse.

Tous les corps, le firmament, les étoiles, la terre et les royaumes, ne valent pas le moindre des esprits, car il connoît tout cela, et soi-même; et le corps, rien. Et tous les corps, et tous les esprits ensemble, et toutes leurs productions, ne valent pas le moindre mouvement de charité, car elle est d'un ordre infiniment plus élevé.

De tous les corps ensemble on ne sauroit tirer la moindre pensée : cela est impossible, et d'un autre ordre. Tous les corps et les esprits ensemble ne sauroient produire un mouvement de vraie charité cela est impossible, et d'un autre ordre tout surnaturel.

II.

Jésus-Christ a été dans une obscurité (selon ce que le monde appelle obscurité) telle, que les historiens, qui n'écrivent que les choses importantes, l'ont à peine aperçu.

qu'il en pensoit. Cette clarté, jointe à cette naïveté, est admirable.

Qui a appris aux évangélistes les qualités d'une ame véritablement héroïque, pour la peindre si parfaitement en Jésus-Christ? Pourquoi le font-ils foible dans son agonie? Ne savent-ils pas peindre une mort constante? Oui, sans doute; car le même saint Luc peint celle de saint Étienne plus forte que celle de Jésus-Christ. Ils le font donc capable de crainte avant que la nécessité de mourir soit arrivée, et ensuite tout fort. Mais quand ils le font troublé, c'est quand il se trouble lui-même ; et quand les hommes le troublent, il est tout fort.

L'Église s'est vue obligée de montrer que Jésus-Christ étoit homme, contre ceux qui le nioient, aussi-bien que de montrer qu'il étoit Dieu; et les apparences étoient aussi grandes contre l'un et contre l'autre.

Jésus-Christ est un Dieu dont on s'approche sans orgueil, et sous lequel on s'abaisse sans désespoir.

V.

La conversion des païens étoit réservée à la grace du Messie. Les Juifs, ou n'y ont point travaillé, ou l'ont fait sans succès : tout ce qu'en ont dit Salomon et les prophètes a été inutile. leur persuader de n'adorer que le vrai Dieu. Les sages, comme Platon et Socrate, n'ont pu

L'Evangile ne parle de la virginité de la Vierge que jusqu'à la naissance de Jésus-Christ; tout par rapport à Jésus-Christ.

Les deux Testaments regardent Jésus-Christ,

III

Quel homme cut jamais plus d'éclat que JésusChrist? Le peuple juif tout entier le prédit avant sa venue. Le peuple gentil l'adore après qu'il est venu. Les deux peuples gentil et juif le regardent comme leur centre. Et cependant quel homme jouit jamais moins de tout cet éclat? De trentetrois ans, il en vit trente sans paroître. Dans les trois autres, il passe pour un imposteur; les

prètres et les principaux de sa nation le rejet-l'ancien comme son attente, le nouveau comme tent; ses amis et ses proches le méprisent. Enfin son modèle; tous deux comme leur centre. il meurt d'une mort honteuse, trahi par un des siens, renié par l'autre, et abandonné de tous.

Quelle part a-t-il donc à cet éclat? Jamais homme n'a eu tant d'éclat; jamais homme n'a eu plus d'ignominie. Tout cet éclat n'a servi qu'à nous, pour nous le rendre reconnoissable; et il n'en a rien eu pour lui.

IV.

Jésus-Christ parle des plus grandes choses si simplement, qu'il semble qu'il n'y a pas pensé; et si nettement néanmoins, qu'on voit bien ce

Les prophètes ont prédit, et n'ont pas été prédits. Les saints ensuite sont prédits, mais non prédisants. Jésus-Christ est prédit et pré

disant.

Jésus-Christ pour tous, Moïse pour un peuple. Les Juifs bénis en Abraham: Je bénirai ceux qui te béniront. (Genèse, 12, 3.) Mais toutes nations bénies en sa semence. (Genèse, 18, 18.)

Lumen ad revelationem gentium. (Luc, 2, 52.) Non fecit taliter omni nationi (Ps. 147, 20), disoit David en parlant de la loi. Mais en parlant de Jésus-Christ, il faut dire: Fecit taliter omni nationi.

Aussi c'est à Jésus-Christ d'être universel. | L'Église même n'offre le sacrifice que pour les fideles: Jésus-Christ a offert celui de la croix pour tous.

ARTICLE XI.

Preuves de Jésus-Christ par les prophéties.

I.

La plus grande des preuves de Jésus-Christ, ce sont les prophéties. C'est aussi à quoi Dieu a le plus pourvu; car l'évènement qui les a remplies est un miracle subsistant depuis la naissance de l'Église jusqu'à la fin. Ainsi Dieu a suscité des prophètes durant seize cents ans; et pendant quatre cents ans après, il a dispersé toutes ces prophéties avec tous les Juifs qui les portoient dans tous les lieux du monde. Voilà quelle a été la préparation à la naissance de Jésus-Christ, dont l'Évangile devant être cru par tout le monde, il a fallu non seulement qu'il y ait eu des prophéties pour le faire croire, mais encore que ces prophéties fussent répandues par tout le monde, pour le faire embrasser par tout le monde.

Quand un seul homme auroit fait un livre des prédictions de Jésus-Christ pour le temps et pour la manière, et que Jésus-Christ seroit venu conformément à ces prophéties, ce seroit une force infinie. Mais il y a bien plus ici. C'est une suite d'hommes durant quatre mille ans qui, constamment et sans variation, viennent l'un ensuite de l'autre prédire ce même avènement. C'est un peuple tout entier qui l'annonce, et qui subsiste pendant quatre mille années pour rendre encore témoignage des assurances qu'ils en ont, et dont ils ne peuvent être détournés par quelques menaces et quelque persécution qu'on leur fasse ceci est tout autrement considérable.

par l'état du peuple païen, par l'état du temple, par le nombre des années.

Les prophètes ayant donné diverses marques qui devoient toutes arriver à l'avènement du Messie, il falloit que toutes ces marques arrivassent en même temps; et ainsi il falloit que la quatrième monarchie fût venue lorsque les septante semaines de Daniel seroient accomplies; que le sceptre fût ôté de Juda, et qu'alors le Messie arrivat. Et Jésus-Christ est arrivé alors, qui s'est dit le Messie.

Les quatre mille ans dont l'auteur vient de parler dans la phrase précedente forment bien l'espace compris depuis la création jusqu'à l'avènement de Jésus-Christ; mais dans celle-ci il n'est question que du peuple juif, dont Abraham est la souche. Alors ce ne seroit qu'environ deux mille ans depuis ce patriarche jusqu'à Jésus-Christ. Si, comme la suite semble l'indiquer, l'auteur a entendu compter depuis Abraham jusqu'à nos jours, il faudroit lire, et qui subsiste depuis quatre mille ans. (Note de l'édit. de 4822.)

Il est prédit que dans la quatrième monarchie, avant la destruction du second temple, avant que la domination des Juifs fùt ôtée, et en la septantième semaine de Daniel, les païens seroient instruits et amenés à la connoissance du Dieu adoré par les Juifs; que ceux qui l'aiment seroient délivrés de leurs ennemis, et remplis de sa crainte et de son amour.

Et il est arrivé qu'en la quatrième monarchie, avant la destruction du second temple, etc., les païens en foule adorent Dieu, et mènent une vie angélique ; les filles consacrent à Dieu leur virginité et leur vie; les hommes renoncent à tout plaisir. Ce que Platon n'a pu persuader à quelque peu d'hommes choisis et si instruits, une force secrète le persuade à cent milliers d'hommes ignorants, par la vertu de peu de paroles.

Qu'est-ce que tout cela? C'est ce qui a été prédit si long-temps auparavant : Effundam spiritum meum super omnem carnem. (JOEL, 2, 28.) Tous les peuples étoient dans l'infidélité et dans la concupiscence: toute la terre devient ardente de charité; les princes renoncent à leurs grandeurs; les riches quittent leurs biens; les filles souffrent le martyre; les enfants abandonnent la maison de leurs pères pour aller vivre dans les déserts. D'où vient cette force? C'est que le Messie est arrivé. Voilà l'effet et les marques de

sa venue.

II.

Depuis deux mille ans, le Dieu des Juifs étoit Le temps est prédit par l'état du peuple juif, demeuré inconnu parmi l'infinie multitude des nations païennes : et dans le temps prédit, les païens adorent en foule cet unique Dieu; les temples sont détruits; les rois mêmes se soumettent à la croix. Qu'est-ce que tout cela? C'est l'esprit de Dieu qui est répandu sur la terre.

Il est prédit que le Messie viendroit établir une nouvelle alliance, qui feroit oublier la sortie d'E

gypte (JÉRÉM., 23, 7); qu'il mettroit sa loi, non | dans l'extérieur, mais dans les cœurs (Is., 51, 7); qu'il mettroit sa crainte, qui n'avoit été qu'au dehors, dans le milieu du cœur. (JÉRÉM., 51, 33, et 32, 40.)

|

Que les Juifs réprouveroient Jésus-Christ, et qu'ils seroient réprouvés de Dieu, parceque la vigne élue ne donneroit que du verjus. (Is., 5, 2, 3, 4, etc.) Que le peuple choisi seroit infidèle, ingrat et incrédule: Populum non credentem et contradicentem. (Is., 65, 2.) Que Dieu les frapperoit d'aveuglement, et qu'ils tâtonneroient en plein midi comme des aveugles. (Deut., 28, 28, 29.) Que l'Église seroit petite en son commencement, et croîtroit ensuite. (ÉZÉCH., 47, 1 et suiv.) Il est prédit qu'alors l'idolâtrie seroit renversée; que ce Messie abattroit toutes les idoles, et feroit entrer les hommes dans le culte du vrai Dieu. (ÉZÉCH., 30, 15.)

A cela s'opposent tous les hommes, par l'opposition naturelle de leur concupiscence. Ce roi des Juifs et des Gentils est opprimé par les uns et par les autres qui conspirent sa mort. Tout ce qu'il y a de grand dans le monde s'unit contre cette religion naissante; les savants, les sages, les rois. Les uns écrivent, les autres condamnent, les autres tuent. Et malgré toutes ces oppositions, voilà Jésus-Christ, en peu de temps, régnant sur les uns et les autres, et détruisant, et le culte judaïque dans Jérusalem, qui en étoit le centre, et dont il fait sa première Église, et le culte des idoles dans Rome, qui en étoit le centre, et dont il fait sa principale Église.

Que les temples des idoles seroient abattus, et que, parmi toutes les nations et en tous les lieux du monde, on lui offriroit une hostie pure, et non pas des animaux (MALACH., 1, 11.)

Qu'il enseigneroit aux hommes la voie parfaite. (Is., 2, 3. MICH., 4, 2, etc.)

Qu'il seroit roi des Juifs et des Gentils. (Ps., 2, 6 et 8, 71, 8 et 11, etc.)

Et jamais il n'est venu, ni devant, ni après, aucun homme qui ait rien enseigné approchant de cela.

allez être maudits; et aux païens : Vous allez entrer dans la connoissance de Dieu.

Des gens simples et sans force, comme les apôtres et les premiers chrétiens, résistent à toutes les puissances de la terre, se soumettent les rois, les savants et les sages, et détruisent l'idolâtrie si établie. Et tout cela se fait par la seule force de cette parole qui l'avoit prédit.

Les Juifs, en tuant Jésus-Christ pour ne pas le recevoir pour Messie, lui ont donné la dernière marque de Messie. En continuant à le méconnoître, ils se sont rendus témoins irréprochables; et en le tuant et continuant à le renier, ils ont accompli les prophéties.

Qui ne reconnoîtroit Jésus-Christ à tant de circonstances particulières qui en ont été prédites? Car il est dit :

Après tant de gens qui ont prédit cet évènement, Jésus-Christ est enfin venu dire: Me voici, et voici le temps. Il est venu dire aux hommes qu'ils n'ont point d'autres ennemis qu'euxmêmes ; que ce sont leurs passions qui les séparent de Dieu; qu'il vient pour les en délivrer, et pour leur donner sa grace, afin de former de tous les hommes une Église sainte; qu'il vient ramener dans cette Église les païens et les Juifs, qu'il vient détruire les idoles des uns et la superstition des autres.

Ce que les prophètes, leur a-t-il dit, ont prédit devoir arriver, je vous dis que mes apôtres vont le faire. Les Juifs vont être rebutés; Jérusalem sera bientôt détruite; les païens vont entrer dans la connoissance de Dieu; et mes apôtres vont les y faire entrer après que vous aurez tué l'héritier de la vigne. Ensuite les apôtres ont dit aux Juifs: Vous monde (Is., 53, 5);

Qu'il aura un précurseur (MALACH., 3, 1);
Qu'il naîtra enfant (Is., 9, 6);

Qu'il naîtra dans la ville de Bethleem (MICH., 5, 2); qu'il sortira de la famille de Juda (Gen., 49, 8 et suiv.), et de la postérité de David (2, Rois, 7, 12 et suiv. Is., 7, 15 et suiv.); qu'il paroîtra principalement dans Jérusalem (MAL., 3, 1. AGG., 2, 10);

Qu'il doit aveugler les sages et les savants (Is., 6, 10), et annoncer l'Évangile aux pauvres et aux petits (Is., 61, 1); ouvrir les yeux des aveugles, et rendre la santé aux infirmes (Is., 55, 5 et 6), et mener à la lumière ceux qui languissent dans les ténèbres (Is., 42, 16);

Qu'il doit enseigner la voie parfaite (Is., 50, 21), et être le précepteur des Gentils (Is., 55, 4); Qu'il doit être la victime pour les péchés du

Qu'il doit être la pierre fondamentale et précieuse (Is., 28, 16);

leur cœur,

donner des lois à ce peuple, graver ces lois dans s'offrir à Dieu pour eux, se sacrifier Qu'il doit être la pierre d'achoppement et de pour eux, être une hostie sans tache, et luiscandale (Is., 8, 14); même sacrificateur: il devoit s'offrir lui-même, Que Jérusalem doit heurter contre cette pierre et offrir son corps et son sang, et néanmoins (Is., 8, 15); offrir pain et vin à Dieu. Jésus-Christ a fait Que les édifiants' doivent rejeter cette pierre tout cela. (Ps., 117, 22);

Il est prédit qu'il devoit venir un libérateur, Que Dieu doit faire de cette pierre le chef du qui écraseroit la tête au démon, qui devoit délicoin (Ibid.); vrer son peuple de ses péchés, ex omnibus iniquitatibus (Ps., 129, 8); qu'il devoit y avoir un nouveau Testament qui seroit éternel; qu'il devoit y avoir une autre prêtrise selon l'ordre de Melchisédech; que celle-là seroit éternelle; que le Christ devoit être glorieux, puissant, fort, et néanmoins si misérable, qu'il ne seroit pas reconnu; qu'on ne le prendroit pas pour ce qu'il est ; qu'on le rejetteroit, qu'on le tueroit; que son peuple, qui l'auroit renié, ne seroit plus son peuple; que les idolâtres le recevroient, et auroient recours à lui; qu'il quitteroit Sion pour régner au centre de l'idolâtrie;

Et que cette pierre doit croître en une montagne immense, et remplir toute la terre (DAN., 2,35);

Qu'ainsi il doit être rejeté (Ps., 117, 22), méconnu (Is., 53, 2 et 3), trahi (Ps., 40, 10), vendu (ZACH., 11, 12), souffleté (Is., 50, 6), moqué (Is., 34, 16), affligé en une infinité de manières (Ps., 68, 27), abreuvé de fiel (Ps., 68, 22); qu'il auroit les pieds et les mains percés (Ps., 21, 17); qu'on lui cracheroit au visage (Is., 50, 6); qu'il seroit tué (DAN., 9, 26), et ses habits jetés au sort (Ps., 21, 19);

Qu'il ressusciteroit le troisième jour (Ps., 15, | que néanmoins les Juifs subsisteroient toujours, 10; OSÉE, 6, 3); qu'il devoit sortir de Juda, et quand il n'y auroit plus de rois.

IV.

Qu'on considère que depuis le commencement du monde, l'attente ou l'adoration du Messie

subsiste sans interruption ; qu'il a été promis au premier homme aussitôt après sa chute; qu'il s'est trouvé depuis des hommes qui ont dit que Dieu leur avoit révélé qu'il devoit naître un Rédempteur qui sauveroit son peuple1; qu'Abraham est venu ensuite dire qu'il avoit eu révélation qu'il naîtroit de lui, par un fils qu'il auroit ; que Jacob a déclaré que de ses douze enfants, ce seroit de Juda qu'il naîtroit; que Moïse et les prophètes sont venus ensuite déclarer le temps et la manière de sa venue, qu'ils ont dit que la loi qu'ils avoient n'étoit qu'en attendant celle du Messie; que jusque-là elle subsisteroit, mais que l'autre dureroit éternellement ; qu'ainsi leur loi ou celle du Messie, dont elle étoit la promesse, seroit toujours sur la terre ; qu'en effet

Qu'il monteroit au ciel (Ps., 46, 6 et 67, 19), pour s'asseoir à la droite de Dieu (Ps., 109, 1); Que les rois s'armeroient contre lui (Ps., 2, 2); Qu'étant à la droite du Père, il sera victorieux de ses ennemis (Ps., 109, 5);

Que les rois de la terre et tous les peuples l'adoreroient (Ps., 71, 11);

Que les Juifs subsisteront en nation (JÉRÉM., 31, 36);

Qu'ils seront errants (Amos, 9, 9), sans rois, sans sacrifices, sans autel, etc. (OSÉE, 3, 4), sans prophètes (Ps., 73, 9), attendant le salut, et ne le trouvant point. (Is., 59, 9. JÉRÉM., 8, 15.) III.

Le Messie devoit lui seul produire un grand peuple, élu, saint et choisi; le conduire, le nourrir, l'introduire dans le lieu de repos et de sainteté; le rendre saint à Dieu, en faire le temple de Dieu, le réconcilier à Dieu, le sauver de la colère de Dieu, le délivrer de la servitude du péché, qui règne visiblement dans l'homme;

1Edificantes, ceux qui travaillent à l'édifice du temple spirituel où Dieu veut habiter.

3

C'est-à-dire, de l'angle qui doit réunir les deux peuples, le Juif et le Gentil, dans l'adoration du même Dieu.

C'est-à-dire, des hommes qui ont transmis, de race en race, depuis Adam jusqu'à Noé, et depuis Noé jusqu'à Abraham, la promesse qui en avoit été faite au premier homme. Voyez partie 2, art. 4, § 5, où l'auteur entre dans quelques développements à ce sujet.

elle a toujours duré; et qu'enfin Jésus-Christ est venu dans toutes les circonstances prédites. Cela est admirable.

Si cela étoit si clairement prédit aux Juifs, dira-t-on, comment ne l'ont-ils pas cru? ou comment n'ont-ils pas été exterminés pour avoir résisté à une chose si claire? Je réponds que l'un et l'autre a été prédit, et qu'ils ne croiroient point une chose si claire, et qu'ils ne seroient point exterminés. Et rien n'est plus glorieux au Messie; car il ne suffisoit pas qu'il y eût des prophètes; il falloit que leurs prophéties fussent conservées sans soupçon. Or, etc.

[blocks in formation]

Les prophéties qui représentent Jésus-Christ pauvre, le représentent aussi maître des nations. (Is., 55, 2 et suiv. ZACH., 9, 9 et 10);

Les prophéties qui prédisent le temps, ne le prédisent que maître des Gentils et souffrant, et non dans les nues, ni juge; et celles qui le représentent ainsi jugeant les nations et glorieux, ne marquent point le temps.

Quand il est parlé du Messie, comme grand et glorieux, il est visible que c'est pour juger le monde, et non pour le racheter. (Is., 66, 15, 16.).

ARTICLE XII.

Diverses preuves de Jésus-Christ.

I.

Pour ne pas croire les apôtres, il faut dire qu'ils ont été trompés, ou trompeurs. L'un et l'autre est difficile. Car, pour le premier, il n'est pas possible de s'abuser à prendre un homme pour être ressuscité; et pour l'autre, l'hypothèse qu'ils aient été fourbes est étrangement absurde. Qu'on la suive tout au long; qu'on s'imagine ces douze hommes assemblés après la mort de JésusChrist, faisant le complot de dire qu'il est ressuscité. Ils attaquent par-là toutes les puissances. Le coeur des hommes est étrangement penchant à la légèreté, au changement, aux promesses, aux biens. Si peu qu'un d'eux se fût démenti par tous ces attraits, et, qui plus est, par les prisons, par les tortures et par la mort, ils étoient perdus. Qu'on suive cela.

Il y a évidemment faute ici; et il est surprenant que de tous

les éditeurs qui m'ont précédé, celui de 1787 soit le seul qui l'ait fait observer. Pascal, comme on l'a dit, écrivoit ses pensées à la hâte, sans suite, et comme de simples notes. Il y a tout lieu de présumer qu'en voulant mettre 20 ans, il aura, par inadvertance, ajouté un zéro qui a formé deux cents. Pour

justifier cette présomption, je ne puis mieux faire que de rap- apparu, qui les a fait agir?

porter ici la note de l'éditeur de 1787.

II.

« Avant Jésus-Christ, la différence dont il est ici question ne pouvoit rouler que sur environ quatre-vingts ans, depuis le premier ordre donné par Cyrus pour renvoyer les Juifs à Jérusalem, vers l'an 556 avant notre ère vulgaire, jusqu'au dernier ordre donné par Artaxerxès-Longue-Main pour le rétablissement des murs de Jérusalem, vers l'an 454. Depuis Jésus-Christ, la différence ne roule plus que sur environ vingt ans; car les chronologistes conviennent assez que les septante semaines ne peuvent commencer que sous le règne d'ArtaxerxèsLongue-Main; mais les uns les prennent de la permission donnée à Esdras par ce prince dans la septième année de son règne, et les autres les prennent de la permission donnée à Néhémias par ce même prince, dans la vingtième année; les uns comptent ces années depuis son association à l'empire par son père Xerxès, vers l'an 474 avant notre ère vulgaire, en sorte que la septième année tomberoit en 467, qui est l'année de la mort de Xerxès : les autres les comptent depuis la mort de Xerxès, en sorte que

Tandis que Jésus-Christ étoit avec eux, il pouvoit les soutenir. Mais après cela, s'il ne leur est

Le style de l'Évangile est admirable en une

la ringtième tomberoit en 447, ce qui donne précisément un
intervalle de vingt ans, depuis 467 jusqu'à 447. Les uns pensent
que les années dont parle Daniel sont des années lunaires; les
autres les prennent pour des années solaires. Enfin tous varient
sur l'époque précise de la septième et de la vingtième année;
mais aussi tous s'accordent à mettre ces deux époques dans
l'intervalle de ces vingt années, depuis 467 jusqu'à 447. »

Ces faits et les opinions des chronologistes ne pouvoient être
ignorés de Pascal : comment pourroit-il donc se faire qu'il eût
mis deux cents ans en connoissance de cause, et, par-là.
affoibli volontairement l'autorité des prophéties? On ne peut
raisonnablement le supposer. (Note de l'édit. de 1822.)

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small]
« PreviousContinue »