Page images
PDF
EPUB
[merged small][ocr errors][merged small][merged small]

Avec une explication très-fidelle de toutes les

manieres de parler burlesques , comiques,
libres, satyriques, critiques & proverbiales,
qui peuvent se rencontrer dans les meilleurs
Auteurs, tant anciens que

modernes.

Le tout pour faciliter aux étrangers & aux François

mêmes l'intelligence de toutes sortes de livres.

PAR P. J. LEROUX.

Nouvelle édition, revue, corrigée & considérablement

augmentée.

TO ME SECOND.

A P A M P E L U N E.

M. DCC. LXXXV I.

[merged small][ocr errors][merged small][ocr errors]

DICTIONNAIRE

COMIQUE, SATYRIQUE, CRITIQUE,

BURLESQUE,

LIBRE ET PROVERBIAL.

Ha,v.l. Il a.

1

H.
A, y. 2. Il a.
Tel foyre de peur qui menace ,
Tel ha bon droit qui rien ne vaut ,
A qui veut assez rien ne faut.

( Mimes & proverbes de BAIF.) Ha. Interje&tion qui exprime de l'admiration & de l'applaudissement.

J'ai de l'esprit afez pour faire du fracas ,
A tous les beaux endroits qui méritent des has.

(MOLIERE, Misant. ) HABILE. On dit qu'un homme est habile d fuccéder. C'est-à-dire, qu'il n'a pas la main fûre, qu'il prend tout ce qu'il peut attraper.

HABILETER, y.l. Rendre habile à quelque chose.

HABILLÉ. Au propre, vêtu, qui porte un habit.
On se sert élégamment de ce mot pour les choses
inanimées.
Pome II,

А

Souvent s'habille en vers une maligne profe.

(DESPREAUX, Sat. 7.) C'est-à-dire, je fais des vers qui tiennent de la profe, à cause de leur fimplicité. Le tems n'est plus , mes vers, ma mufe en fa

forces Du Parnasse François formant les nourrissons, De si riches couleurs habilloit fes leçons.

(DESPREAUX.) Hábit. L'habit ne fait pas le Moine. Signifie que ce n'est pas assez de marquer à l'extérieur sa profeffion, il faut encore en observer la régularité.

Ma foi, les beaux habits. fervent fort à la mine. C'est un proverbe mis en vers par Regnier.

On dit aussi de celui qui porte toujours un même habit , qu'il est comme un gouverneur de lions qu'il a peur qu'on le méconnoiffe.

HABLER. Pour mentir impuđemment, donner des baies, des gasconnades.

HABLEUR. Pour grand menteur , grand parleur, qui ne dit pas un mot de vérité, qui s'est fait une habitude de mentir.

Sur-tout certain hableur à la gueule affamée,
Qui vint à ce feftin , conduit par la fumée.

( DESPREAUX, Sat. 3.) HACHE. Avoir un coup de hache. Maniere de parler , pour dire, être fol, insensé, dépourvú de jugement, avoir de la folie, ètre brouillé avec le bon-sens. Il a le coup de hache. ( CORN. Eaux de Pyr. Et Mol. Méd. malgré lui. Ad. 2. Sc. z.)

HACHER. Hacher menu comme chair d paté.

HAHA. Ce mot se joint avec celui de vieille pour marquer une vieille décrépite & méchante.

Vieille haha,

Votre chien de felier en a. (SCAR. Poes. ) HAINEUX. Pour ennemi, qui a de la haine contre quelqu'un.

3

Si toujours nos amis en bon-fens les expliquent, Et si tout au rebours nos haineus nous en piquent.

( REGNIER, Sat. 5.) HAIRE. Pour membre viril. Une jeane Corin, thienne, qui regardoit mon pauvre haite émoucheté, comme s'il s'étoit retiré au fea. (RABEL. 1.2.)

HALEBARDE. Quand on veut parler d'une chofe fausse, on dit qu'elle est vraie comme les Suisses portent la halebarde par-dessus l'épaule. 1:

Les poëtes disent aussi, en blâmant une mauvaise rime, que ces mots riment comme halebarde & miséricorde.

DUT HALEINE. On dit qu'un homme feroit bon trompette, qu'il a l'haleine forte. C'est-à-dire, que son haleine eft puante, vineuse, &c.

Haleine. Ce mot fert au figuré. On dit, c'est un ouvrage de longue haleine. C'est-à-dire , de longue durée. Ce procès est de longue haleine. Il tiendra long-tems le bureau. Des périodes à perte d'haleine. C'est-à-dire, d'une longueur excessive.

Tout d'une haleine. C'est-à-dire, tout de fuite, fans interruption.

Tenir fon ennemi en haleine. C'eft-à-dire, le harceler continuellement , ne lui point donner de relâche.

Tenir quelqu'un en haleine. C'est-à dire, l'amufer , & le repaître de vaines espérances.. HALIGOTÉ, 9. L. Déchiré, mis en lambeaux.

HAMEÇON. Pecit crochet de fil d'archat, avec quoi on prend le poisson en pêchant à la ligne. ,

Prendre l'hameçon , ou mordre d l'hameçon. Pour se laisser duper , attraper , prendre l'appât, tomber dans le panneau, ou se prendre au piege qu'on a tendu. Il a pris l'hameçon:( MOLIERE, Étourd. )

HANAP. Pour verre, tafle, goder, gobelet, grand & large, à peu près comme les vilkomes d’Alle

« PreviousContinue »