Revue d'Aquitaine: journal historique de Guienne, Gascogne, Béarn, Navarre, etc, Volume 4

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 249 - L'église, c'est l'azur," lui dis-je; "et quant au prêtre • — " En ce moment le ciel blanchit. La lune à l'horizon montait, hostie énorme ; Tout avait le frisson, le pin, le cèdre et l'orme, Le loup, et l'aigle, et l'alcyon : Lui montrant l'astre d'or sur la terre obscurcie, Je lui dis: "Courbe-toi. Dieu lui-même officie, Et voici l'élévation.
Page 587 - C'est à celte occasion que ce monarque dit de lui : « Je viens d'entretenir un homme et un jeune homme, qui m'a toujours contredit et qui m'a toujours plu. » Ses talents parurent décidés pour les négociations.
Page 305 - Ne méritant, d'Aurat, d'estre à toy comparable. Ni d'estre mis au rang des disciples premiers : — Car je sçais que ne suis de ta docte brigade, Et qu'encor moins je suis de ceux de la pléiade. Qui dit que je ne sois le moindre des derniers ? Mais sans ouvrir au pauvre borgne les rangs de la lumineuse pléiade, la faveur de Dorat lui procura la connaissance et l'amitié de plusieurs de ses membres.
Page 54 - Extrait de tettres patentes italiennes, régistrées, le 24jt«lteH619, par Jean de Subenie, notaire (mairie de Pau.) « CHARLES-EMMANUEL, par la grâce de Dieu, duc de Savoie, prince de Piémont, etc., etc. » Nous voulons gratifier et récompenser dans toutes les occasions de grande importance ceux qui nous ont servi avec fidélité et valeur, pour les encourager à persévérer, et décider les autres à les imiter. .. » Jean-François de Luce Laborde, seigneur de Mazères, Gélos, Narcastet...
Page 264 - La première était d'obéir aux lois et aux coutumes de mon pays, retenant constamment la religion en laquelle Dieu m'a fait la grâce d'être instruit dès mon enfance, et me gouvernant en toute autre chose suivant les opinions les plus modérées et les plus éloignées de l'excès qui fussent communément reçues en pratique par les mieux sensés de ceux avec lesquels j'aurais à vivre.
Page 264 - ... imitant en ceci les voyageurs qui, se trouvant égarés en quelque forêt, ne doivent pas errer en tournoyant tantôt d'un côté, tantôt d'un autre, ni encore moins s'arrêter en une place, mais marcher toujours le plus droit qu'ils peuvent...
Page 38 - Mistral, enfin, est un coloriste à qui ne manquent ni l'audace ni la puissance. Ce qui le distingue, c'est l'originalité des images et la souplesse de la forme. Son langage est à lui; il aime à emprunter au peuple ses métaphores, ses locutions, ses tours de phrase, pour les élever à la dignité poétique; joute hardie et périlleuse d'où il sort presque toujours victorieux. Tour à tour aimable ou terrible, pathétique ou sinistre, on voit surtout qu'il a l'ambition de mêler à la grâce...
Page 207 - Moy qui n'ay jamais eu le blasme De farder mes vers ny mon ame, Je trouveray mille tesmoings Que tous les censeurs me reçoivent, Et que les plus entiers me doivent La gloire de mentir le moins.
Page 44 - Montlue, balafré par le fer et criblé par le feu, disait : quelle est l'honnête dame qui voudrait s'associer à un homme qui eût tous ses nerfs et tous ses os.
Page 587 - Polignac , nous ne sortirons pas d'ici , nous traiterons chez vous, nous traiterons de vous , et nous traiterons sans vous.

Bibliographic information