Page images
PDF
EPUB

REVUE OCCIDENTALE

PIIILOSOPHIQUE

SOCIALE ET POLITIQUE

[merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small]

10, RUE MONSIEUR-LE-PRINCE, 10

1904

[ocr errors][merged small][merged small]

724-2 7732

LA SCIENCE AU XIXe SIÈCLE

LES MATHÉMATIQUES

Le xixe siècle a été fort justement dénommé « le siècle merveilleux » par Russell Wallace, parce que merveilleuse a été son æuvre dans le domaine de la science pure et appliquée. Pendant cette période, parmi les sept grandes sciences de la classification de Comte, trois ont été édifiées sur des bases rigoureusement scientifiques. Au début du siècle, la Biologie naît sous l'impulsion de Bichat; puis les principaux aperçus de la Sociologie nous sont donnés par Aug. Comte, qui institue la Morale comme science distincte.

Dans son ensemble, le siècle s'est distingué par un grand nombre de propositions importantes : en Physique, le principe de la conservation de l'énergie et son corollaire la théorie cinétique des gaz; en Chimie, la théorie atomique, la loi périodique des éléments; en Biologie, la théorie de l'évolution organique; et en Sociologie, la loi des trois états. L'effet général de ces grandes théories a été de souder les sciences ensemble, très étroitement, — de leur donner une plus grande unité de doctrine, – et de rendre plus évidentes qu'autrefois leur dépendance les unes vis-à-vis des autres et leurs relations mutuelles. La rapidité du progrès scientifique, comparativement aux époques précédentes, est surtout due à cet accroissement dans l'unité de doctrine; en effet, lorsqu'une nouvelle découverte est faite dans un domaine quelconque, son influence sur les autres sciences est plus vivement perçue, ses conséquences plus rapidement déterminées et il en résulte dans bien des cas des avantages qui s'étendent à toute la hiérarchie. Le siècle passé doit aussi sa prééminence aux travailleurs expérimentés, dont

« PreviousContinue »