Page images
PDF
EPUB

L'auteur et les éditeurs déclarent réserver leurs droits de traduction et de reproduction à l'étranger.

Ce volume a été déposé au ministère de l'intérieur (section de la librairie) en avril 1888.

PARIS. TYPOGRAPHIE DE E. PLON, NOURRIT Et cie, RUE GARANCIÈRE, 8.

[merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][graphic][ocr errors][subsumed][subsumed][subsumed][merged small][merged small]

E. PLON, NOURRIT ET Cie, IMPRIMEURS-ÉDITEURS

RUE GARANCIÈRE, 10

1888
Tous droits réservés

BEC

THE NEW YORK PUBLIC LIBRARY

2497911

ASTUR, LEVOX AND
TIDEY

ITIONS
1943

L

AVANT-PROPOS

Que le lecteur ne s'effraye pas en lisant le titre, un peu sévère peut-être, placé en tête de cette étude. Ce n'est à aucun degré un travail d'érudit que je viens lui soumettre : je serais plus incapable que personne de mener à bien une pareille entreprise, et je n'ai nullement cette prétention. Mon but est beaucoup plus modeste, bien qu'il me semble devoir offrir quelque attrait à ceux qui aiment à s'occuper de l'histoire morale du passé, et sont plus curieux des moeurs et de l'état des esprits dans les sociétés disparues que des faits eux-mêmes et des vicissitudes politiques.

Je voudrais essayer de rappeler l'attention sur une · des faces les plus inconnues d'un siècle que

chacun croit connaître parce qu'il est le siècle de Racine et de Bossuet, mais dont bien des côtés restent enve

loppés dans l'ombre épaisse qui couvre si vite les temps qui ne sont plus.

Lorsqu'en effet, dans l'étude de cette période illustre entre toutes de notre histoire littéraire, on est amené à sortir de ce cercle de grands noms qu'éclairent les rayons d'une gloire immortelle, on se trouve, non sans quelque surprise, en présence de toute une société fort animée, fort active, ne ressemblant en rien à celle qui, d'un commun accord, est considérée comme l'expression vivante du grand siècle. Je veux parler des érudits et des savants. Il semble, quand on étudie pour la première fois cette portion moins brillante du monde lettré au dixseptième siècle, qu'une région nouvelle s'offre aux regards. Telle doit être l'impression de celui qui atteint dans ses explorations les couches profondes du sol, celles qui supportent, sans paraître aux yeux, les plus beaux édifices et les plus éclatantes végétations. A côté de cette élite de grands esprits et d'écrivains de génie formant un ensemble si incomparable, vivait, un peu dans l'ombre, toute une société nombreuse de savants, d'érudits laborieux et spirituels, en relations constantes les uns avec les autres, qui d'un bout de la France à l'autre se connaissaient,

« PreviousContinue »