Page images
PDF
EPUB

» ne faut pas aimer ses amis pour les éprouver, >> l'ami des dieux, etc. · Il avoit été hôte et » mais les éprouver pour les aimer. Que les » ami d'Hercule. )) » amis doivent être communs entre les frères, Ce héros ani des dieux.

Rouss. » comme tout est commun entre les amis. »

Ville jadis si belle, ó peuple ami des cieux. L. Rac. ( Voyez gouverner, pleurer.) LA BRUY. « Obliger ses amis. - Le nombre de ses amis

AMIE, fém. » est fort petit; il ne les choisit pas légerement;

« Il ya en elle de quoi faire une parfaite amie.

— Des femmes qui nous sont égalementamies.) » mais il les ménage et il les conserve soigneu

( Voyez neutralité. )

LA BRUY. » semeni , quand une fois il les a choisis. » Combien de fois consulta-t-il des amis savans

« Christine avoit été disciple et amie de Des» et fidèles. – Recevant une foule d'amis comme

» cartes.-Fénélon ne voulut lui sacrifier ni

» ses sentimens, ni son amie. » Voir. » si chacun eût été le seul; distinguant les uns » par la qualité, les autres par le mérite.-Quelle

AMIE , au figuré. » sensibilité et quelle constance pour ses amis.»

« La justice, leur commune amie, les avoit » unis. »

Boss. ( Voyez difference.)

FLÉCH. « Un faux ami qui flattoit mes passions

(L'auteur parle de deux magistrats.) » — Adieu, Hippias, car je n'ose te nommer

AMI, Amie, en parlant de liaisons polítiques.

« Une nation toujours amie de la nôtre. » » mon ami. – Alors Télémaque ouvrit son

FLÉCHIER. » cæur à son ami. -- Le courage de chercher de

« Les Hollaudois, à qui il avoit loujours im» vrais amis. — Trouver deux ou trois vrais » amis d'une sagesse et d'une bonté constante,

» porté d'avoir les François pour amis. Le roi

» étoit de tous côtés entouré d'ennemis, et » — L'argent qu'il (Mentor, m'a coûté, m'a » acquis le plus cher et le plus précieux ami que

» n'avoit d'ami que le roi Jacques. - La France

» étoit alors l'amie nécessaire du Portugal. » j'aie sur la terre. Il nous embrassa comme

» Rome ennemie et amie tour à tour de Heu» des amis qu'il ne devoit jamais revoir.- En

» ri IV, »

Volt. » trons dans ce port, voici un peuple ami.»

FÉNÉLON.
Ami, au fig., qui aime. Ami de la vérité , de

Drcт. ( Voyez avoir , faire, inexorable , rendre, re

la raison , de la justice.

« Plus ami de l'ordre et de la discipline, »FL. voir , séparer, tendre.) « On cherche des amis utiles. — Des amis qui

« L'ami et le protecteur de mérité. » Mass. » nous font honneur, nous sont toujours chers.

« Le plus doux des hommes, le plus ami de la paix. »

VOLT. » — Il ne cherchoit pas ses amis parmi les Nal» teurs. — Vous passiez pour ami fidele, sin

Décrire ton esprit, ami de la raison.

Doux , simple, ami de l'équité. » cère , généreux. — Il u'est que la charité qui

Ami de la veriu , plazót que vertueux. BOIL » puisse former des amis solides et véritables. » Ce n'étoit plus un maitre, c'étoit un ami,

On dit en mauvaise part, ami de la faveur, » Paroissant leur ami plutôt que leur maitre.

ami de la fortune ; c'est-i-dire un homme qui » -Dans leurs amis ils n'aient qu'eux-mêmes.

ne rend des soins, qui ne s'attache qu'à ceux N'ayez jamais pour amis les ennemis de qui sont en faveur, en fortune. » Dieu.

Mass. Ami, terme de familiarité qu'on adresse à des ( Voyez amitié, armer , bon, élre, fidèle, for

inférieurs. mer, suivre.)

« Le prince de Condé dit à ses soldats ces « Le coadjuteur, tantôt ami , tantôt ennemi » seules paroles : amis , souvenez-vous de Ro» du prince de Condé. - Les offres de Mazarin » croi, de Fribourg et de Norlingue. » n'avoient jamais pu l'engager à manquer à son

« Le maréchal de Villars couri à eux, et leur » ami. – Ayant contre lui ses deux filles , » crie: allons, mes amis, la victoire est à nous., » propres amis. — Il n'y a point d'ennemis plus

Volr. » à craindre dans une bataille , ni d'annis plus

Ami, odj. , n'est d'usage qu'en poésie : les de s» généreux après la victoire. — L'art de se faire tins amis, lu fortune amie. » des amis. — Il dit qu'il avoit cherché des

.. Des yeux amis.

Rouss » amis, et n'avoit trouvé que des ingrats.

O si ces vers, etc. » Cette persécutiou lui attira une foule d'amis. Obtiennent de mon roi quelques regards amis.

GILB. - Madame de Maintenon abandonna absolu- AMITIÉ, S.L., affection que l'on a pour quel» ment son ami. - La douceur de ses murslui qu'un, et qui d'ordinaire est mutuelle. Ils vi» fit des amis tendres de tous ceux qui le virent.» vent dans une «grande amitié. Ancienne amilie. (Voyez changer.)

VOL. Étroite amitié. Ferme , constante amitié. Grande On perd tout quand on perd un ami si fidèle.

amitié. Bonne amitié. Amitié réciproque. AmiOai, puisque je retrouve un ami si fidèle.

lié sainte , sacrée, inviolable , véritable, tendre Que vois-je autour de moi , que des amis vendus. R.

sincère. Amitié apparente , feinte , simulée , tromEt qui pour un bon mot va perdre vingt amis.

peuse, fausse. Les noeuds, les liens de l'amitié. De tous ses amis morts , un seul umi resté.

Les lois, les devoirs, les engagemens , les plaisirs, Je sais homme, lout homme est un ami pour moi. L.R.

les douceurs , le charme , les tendresses, les senti

mens de l'amitié. Contracter amitié avec quelRicheliea , grand, sublime, implacable ennemi;

qu'un. Entretenir l'amitié , renoncer, munquer Mazarin , souple, adroit, et dangereux um. VOL.

l'amitié. Rompre l'amitié. Renover l'amitié. ReAMI DE, aimé de.

pondre à l'amitié. Pronuttre, jurer, lier amitié. « Nosophuge étoit ami des dieux. - Ces rois Cultiver l'amitié. Demander à quelqu'un son >> ont aimé leurs peuples ; ils sont les amis amitié. Recevoir quelqu'un dans son amitie. » des dieux. – Télémaque, intrépide eomine Prendre en amitié. n n'y guère de véritable

ses

Une voix amie.

COR.

BOIL

emitié qu'entre égaux. Le prince l'honore de son « Quel est le prix auquel ils achètent une ijwnitié.

LicT. DE L'ACAD. » lustre et pesante amitié. - On voit succéder « Douner par emitié on par reconnoissance. » à une amitié feinte une anitié véritable. » - Pour le juger digne de votre amitié. — Pet

D'AQUESSEAU. m d'amilies subsisieroient , si chacun savoit ce

« On lui reprochoit de sacrifier l'état à son » qae son amidit de lui eu sou absenco: -- Qui

y amitié pour Mazarin.--L'amitié l'avoitattaché » auroit eu l'amitié du roi d'Angleterre, du roi

» au grand Condé. Il avoit contracté avec » de Pologie et de la reina de Suède, auroit-il

» le chevalier Temple une amitié bien rare » cru pouvoir manquer d'asile sur la terre. » » entre des ministrés. - Charles séduit par soni

PASCAL « L'illusion des amitiés de la terre qui s'en

» amitié pour sa smur, et par l'argent de la

» France. - La galanterie et le métier de cour-' » vont avec les années et les intérêts, --- Vous

» tisan furent ignorés de lui; il en cultiva plus » vous attachez à ce corps, et vous contractez

» l'amitié.-Elle (madame de Maintenon) avoit » avec ce mortel une amitié iinmortelle. »

» beaucoup d'amitié pour Racine; inais cette (Voyez souvenir.)

Boss.

» amitié ne fut pas assez courageuse pour le a L'amour nait brusquement, etc., l'amitié, au » coutraire, se forme peu à peu avec le temps

» protéger contre un léger ressentiment du roi.

Uni par l'amitié avec l'archevêque de Cam» par la pratique, par un long commerce. - » brai. - 11 étoil lidele à l'amitié. — Il mourut » Le temps qui fortifie les amities, alloiblit » l'amour.-L'amour et l'amitié s'excivent l'un

» victime de l'amitié, qu'il avoit noblement

» conciliée avec son devoir, » (Voyez concilier , >> Taulre. - Accorder son amilie. Rendre son » amitié. — Feiudre de l'amitié. -- Teinoigner

joindre. )

VOLTAIRE. » de l'amitié.» ( Voyez divit, devoir, surrijier.)

Et si ton amitié daigne me secourir.
LA BRUYÈRE.

Mais croirois-tu l'avis d une amitié fidele.
« Je serai suspect ou de trop d'amitié pour lui, Je garde à Cariace voe amitié trop pure ,
» oude, etc. - Son amitié veut toujours entre fon- Pour sooffrir, etc.

COR. ► dée sur l estime.-Son amitié languit , si on Craigiant toujonrs pour vous quelque vouveau danger, » ne la nourrit de quelques douceurs. - Il tient Que ma triste amitié ne pouvoit partager. » que l'amitie, comme la devotion, se perd des Ma faneste amitié pèse à tous mes amis. RAC » qu'elle se relache.-On se fit honneur d'avoir » part à son amitié. - Une sainte amitie. (Vovez

AMNISTIE, s.m. ( On prononce I'm et l's), office. ) -- Les bienfaits s'oublient, les amities pardon que le souverain accorde à ses sujets', » Cossent.-Une fidélité in violable dans ses ami

particulierement pour crime de rébellion ou da » liés. -Son urnitié ne se donnoit point au ha

desertion. Le roi accorda une amnistie générale. » sard. -Il n'y a presque plus d'amitié qui soit

On publia l'amnistie. Accepter Lomnistie. Il fut » à l'épreuve de la franchise d'ou ami. Voyez compris dans l'amnistie. Ceux qui furent excepte ;

. employer , nourrir, office, oter, résister. ) FLÉCH. * Il me reçut avec amitié. - Il m'aborde avec

« Jamais amnistie ne fut signée de meilleure » amitié - Il me traite avec une tendre amitie.

» foi, »

FLÉCH.

« Le maréchal de Villars leur fit proposer » -L'amitiéquej'ai pour Menlor m'engageroit à » preodre soin de vous.--Une amitie qui n'est

» une amnistie. Louis XIV fit la paix , sous » fondée que sur la vertu. – Vous que Narbal

» le nom d'amnistie, avec uu garçon boulanger.»

VOLTAIRE. » priteu anittié, lorsque nous revinmes » d'Egypte. - Il sent toute son ancienne amitie

AMOLLIR, rendre mou. Le chaud * revivre dans son caur.--Crois-tu que je puisse amollit la cire. » oublier l'umilie que je te dois? ---C'est mainte- AMOLLIR, au fig. ,, rendre mou et esféminé. >> nant que Jéprouve ta véritable amitié, La volupté amoliit le courage. La retraite fore

Je meurs fidcle à noire amitie. --Liés d une tijic la vertu , la vie dissipée l'annollit. » amilie eiroite. -Une amitié tendre et sensible.

DicT. DE L'ACAD. - Un caur sensible à l'amilie, - Discours « La chair et le sang n’amollirent pas son col» pleins d'amilie.-L'amitié des Dieux, »( Voy.

» rage.

Ces complaisances foibles qui amola jerair , changer, connoitre, évanouir, mui- » lissent la raison et le courage des enfans. quer, passer , témoigner , sentir. ) FEN. » Les consolations n'amollirent point sa vertu.» « Une amitie qu'aucun intérèi, non pas même

FLÉCHIER. » aucune éinviation pour la gloire, n'a pu al- « La dureté des hommes qu'une telle bonté

lérer. - (Discours à l'académie.) Rac. » ne touche et n'amullii point. - Le repos nous u Digne de l'amitié et de la confiance du

» amollit. Un prince que les délices de la maitre. -- Des hommes infidèles à l'amitié,

» royauté auroieni då sans doute amollir. » » Fidèle dans ses promesses, religieux dans ses

MASSILLON. » amities. --Sensible à leur amitié. -- L'on ne

« Amollir les mours par les délices de la vie. >> manque jamais d'amis quand on peut payer

- Sans amollir des riches par les raffinemens ► l'aminé de ceux qui nous aiment. -- Elle dé

» de la volupté.- Toute volupté amollit le corps sunit les amitiés les plus étroites.- Pour avoir

» et l'esprit. - Il ne se laisse point amollir par droit à votre amitié. - Les haines et les ami» liés changent sans cesse avec les intérêts. –

» un amour avengle de ses eufans. » FÉN.

« Loiu que l'abondance et les délices aient L'amitie que l'age et les grandes qualités for

» amolli les habitans. »

Volt.
► ment entre eux.-Les amities les plus vives. »
(Voyez dehors, former, inégalité, liert, sensible, Pour amollir son cæor je n'ai rien négligé.
taire.)

COR
Mass.

Une larıne d'un fils peut amollir sa haine.

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

1

s'AMOLLIR , devenir mou.

» Seigneur descend dans la fournaise. » On verroit encor la mer ouvrir ses eaux.

FLÉCHER.

LOIL. Les rochers s'amollir , et se fondre en ruisseaus. L.R. Pour amortir le feu de sa rage indocilo.

Il (le soleil) va chez Theris, s’A MOLLIR, au fig.

Ranimer dans l'onde « De peur de s'amollir par la tendresse, »,

Ses feux amortis.

DESHOUL. FLÉCHIER. « De peur que toute la nation ne s'amollisse. AMOCR, 8. m. , sentiment par lequel le coent

Les courages s’amolliront, Lui, dont le se porte vers ce qui lui paroit aiminle, et ei » coeur s'amollit lâchement par la volupté. – désire la possession. Amour extreme. Amour » S'ils commençoient à s'amollir dans les délices ardent. Amour violent. Amour honteur. Amour » et dans l'oisiveté. »

FÉN. légitime. Amour naissant. Amour divin. Amour

céleste. Amour terrestre. Amour charnel, Amour O ma femme... O ma sæur... Courage, ils s'amoilissent.

désordonné. Amour sensuel. Amour conjugai.

COR.
AMOLLI, IE, part.

Amour paternel. Amour filial. Amour recipre « Amolli par les prospérités, par les voluptés.» que, Amour mutuel. Avoir de l'amour. Dann

FÉNÉLON.

de l'amour. Inspirer de l'amour. Dicr. DE L'Ac.

« Il est naturellement capable d'amour et de Dédaigner tous ces rois dans la pourpre umollis.

» connoissance. Ils gardent avec amour et Aux accens dont Orphée emplit les monis de Thrace ,

» fidélité le livre où Moise, etc. - Pour régler Les tigres amollis dépouilloient leur audace. BOIL.

» l'amour qu'on se doit à soi-même. — Les véri( Voyez ame, humeur, moeurs.)

» tes chrétiennes sont dignes d'amour et de resAMORCE, s. f., appåt pour prendre des pois

» pect. »

Pasc. sons, des oiseaux. Prendre des poissons avec de « Pour contenter son amour. - S'il a fait de l'amorce. De l'amorce pour prendre les oiseaux. » si grandes choses pour déclarer son amour daus

Dict. DE L'ACAD. » l'incarnation, que n'aura-t-il pas fait pour AMORCE, au fig., ce qui attire la volonté en » le consommer dans l'Eucharistie? » Boss. flattant les sens ou l'esprit. Les amorces de la « Ils s'aiment tous d'un amour fraternel que volupté. Douce anrorce , dangereuse amorce. Il » rien ne trouble. - L'amour pieux qu'un fils n'y a point de plus grande amorce pour les ames » doit à son père. »

Fén. basses que l'intérêt. La gloire a de puissantes Albe, mon cher pays et mon premier amour. COR. amorces pour les grandes ames. Eviter l'amore, Convertir les légèbres en jour, résister à l'amorce. Ne pas se laisser prendre à Et la crainte servile en filial amour.

Boil. l'amorce.

Deux pigeons s'aimoient d'amour leadre. LA FONT. « Le public se jeta avec fureur dans le com- AMOUR DE, dans un sens actif, l'action d'ai. » merce des actions. La cupidité des hommes , mer. ( La particule de marquant l'objet vers » excitée par cette amorce, etc. »

VOLT. lequel l'amour se porte. ) L'amour de Dieu , Fuyez d'un vain plaisir les trompeuses amorces. l'amour du prochain. L'amour des créatures , Fayez d'un vain plaisir la dangereuse amorce.

BOIL. l'amour de la liberté. L'amour de la patrie , Ce terme commence à être banni du style l'amour de la gloire. L'amour de la vertu. L'unoble.

mour des richesses., l'amour des plaisirs. Dict.

« La vie, dont l'amour paroit si fort et si AMORCER, v.a., garnir d'amorce. Amorcer

» naturel. – Dieu leur donne l'amour de sa jusun hameçon. Amorcer un pistolet, une arquebuse,

» tice et la haine d'eux-mêmes. — Remplir de un canon , une fusée. Il signifie aussi attirer avec

» sa crainte et de son amour. L'amour (le de l'amorce. Amorcer des ppissons , des oiseaux.

» Dieu est recommandé en tout. – L'amour de Quelquefois , aux appâts d'un hameçou perfide , » Dieu et celui du prochain. - Quittaut tous J'amorce en badinant le poisson trop avide.

Boil.

» les vices, et l'amour de la terre. - L'amour AMORCER , qu fig., attirer par des choses qui » de la retraite et du silence n'est pas commun tlattent l'esprit ou les sens. Etre amorcé par le » à tous les dévots. — Que Dieu remplisse de gain. Se laisser amorrer au gain. Il s'est laissé » son amour ceux qui en osent dispenser les umorcer par une apparence de gloire.

>> hommes. L'amour de l'argent. » Pasc.

« L'amour de la patrie et le respect des loig .Si quelque jour le lecteur gracieux , Amorcé r mon nom vers vous tourne les yeux. BOIL.

» s'éteint dans Rome. -- L'amour de la pairie

» n'étoit pas naturel à ces citoyens venus de Ce mot n'entre plus dans le style noble.

» dehors, Quand Brutus inspiroit au peuple AMORTIR, v.a., rendre moins ardent, moins » romain cet amour immense de la liberté. acre, moins violent. Ce feu est trop grund, il » L'amour de la liberté poussé jusqu'à un excès faut y jeter de l'eau pour l'amortir.

» et une délicatesse insupportables.

Ce grand AMORTIR, au fig. Amortir les feux, les ardeurs » amour de la pauvreté. - L'amour de la justice de la jeunesse. Amortir les passions , pour dire, » étoit comme né avec ce grave inagistrat. rendre les passions moins vives, moins ardentes. » Un cæur détaché de l'amour du monde. Le temps amortit les feux de la jeunessse. » La prudence et la discrétion laissent toujours

Dict, DE L'ACAD. » en contrainte l'amour de la vérité. Ce « Le temps amortit les alllictions et les que- » prêtre, si transporte de l'amour de Dieu. >> » relles, parce qu'on change et qu'on devient

BOSSUET. » comme une autre personne. »

Pasc.

« L'amour du monde ne meurt qu'avec elle. « C'est un feu qu'une maladie et qu’un acei- - L'amour insatiable des richesses. Des dis» dent amortissent sensiblement.-Le feu divise

» cours propres à inspirer l'amour de la vertu, » ses flammes et les unwortit, quand cet avge du - Enfin l'ambition et l'amour de la fortune

P

» dans les autres hommes partagent l'amour du Quiconque ne hait point en soi cet amour» plaisir. – N'estimez dans les hommes que » propre. - L'amour-propre nous persuade tou» l'amour du devoir. »

Mass. » jours assez que c'est avec injustice qu'on nous « Cet amour invincible de la patrie. Cet » attaque. »

Pasc. » amour intrépide de la vérité. — Ils portoient « Elle croyoit voir dans toutes ses actions un » souvent jusqu'à l'excès l'amour d'une vaste » amour-propre déguisé en vertu. - L'homme » érudition. - Un amour déréglé de la gloire. » que vous voyez si attaché à lui-même par son » -- Insensible à l'amour des richesses. Là, » amour-propre n'a pas été créé avec ce défaut. » tout inspire l'amour du travail. » D'AG.

Bossuet. « Ce qui peut servir d'instruction , et con

« Satisfaire son anour-propre.

Pour vous » seiller l'amour de la vertu, des arts et de la » purifier de tout amour-propre:- Sacrifier son »patrie. — Il avoit pour passion dominante » amour-propre. »

Fléch. » l'amour du bien public. -- L'amour de leur « Des rebuts si pénibles à l'amour-propre. » » liberté.-L'amour de la nouveauté. » Volt.

MASSILLON. L'amour de vos aïeux passe en vous pour manie. Boil.

« Leur amour-propre ( l'amour - - propre des

» hommes ) prêle à l'orateur des armes pour Si l'amour des grandeurs , la soif de commander. Rac.

» les combattre. – Un reproche qui offense la ( Voyez accommoder.)

» superbe delicatesse de notre amour-propre. » Boileau l'a construit avec un infinitif.

D'AGUES. ... Prendre pour génie un amour de rimer.

« Il avoit du mérite, mais plus d'amour-proQue l'amour de blâmer fit poëte par art.

» pre encore.- Des choses qui flattent l'amour

» propre. -( Voyez le verbe enivrer ou le mot rien. )

Un amour-propre indomplable. »

VOLTAIRE. AMOUR DB, dans un sens passif. ( La particule de servanta marquer lesujet dans lequel l'amour

AMOUR DE 801. On le distingue de l'amourréside.) L'amour des pères , l'amour des mères ,

propre, en ce qu'il n'exprime que l'attachement

de chacun à son existence et à son bien-être, l'amour des peuples; c'est-à-dire, l'amour qu'ont Sentiment légitime et nécessaire à tous les homles pères , etc. a 'Il étoit l'amour et les délices de son peuple. alors c'est ou l'amour - propre ou l'égoisme.

mes. Il ne devient vicieux que par l'excès, et » - Objet de l'amour et de l'estime des hommes.

L'amour de soi a été donné à chacun pour veiller » -- Les pères craignent que l'amour naturel des

à sa conservation. » enfans ne s'efface. »

Pasc.

« L'amour de soi-même, poussé jusqu'au mé« Ses vertus lui méritoient la vénération et

Pasc. » l'amour de tous les peuples. »

» pris de Dieu. »

Boss. « Cette bonté qui attire l'amour des peuples.»

« Ne vous emportons pas contre les liommes Fléch.

» en voyant l'amour d'eux-mêmes, et l'oubli des » autres. »

LA BRUY. « L'amour et la confiance de vos voisins. »

FÉNÉL.

AMOUE POUR, AMOUR ENVERS.

« Dieu a créé l'homme avec deux amours ; « Ce charme secret qui lui attire l'amour en

» l'un pour Dieu, et l'autre pour soi-même. >> core plus que l'admiration des hommes. »

D'AGUESSEAU.

» Ne quittons donc pas cet amour que la nature « Mazarin fut tenté de laisser agir l'amour du

» nous a donné pour la vie. - L'amour qu'elle >> roi. »

Dans l'amour qu'elle a Pasc.

» a pour ses enfans.

» pour le monde. — Ceux qui ont quelqu'amour Et quand il n'en perdroit que l'amour de son père. R. » pour la vertu. Ceux qui ont un véritable Les poëtes l'emploient quelquefois au pluriel. » amour pour l'Eglise. »

Pasc. Voulez-vous du public mériter les amours.

« Il étend sur eux l'amour infini qu'il a pour BOIL.

» son fils.- L'amour qu'il avoit pour la justice. Quelquefois la particule de sert à marquer de Elle redouble son amour maternel envers quelle nature est l'amour dont on parle. Amour » ses enfans. »

Boss. u bienveillance. Amour de charité. Amour de « L'amour qu'il a pour le changement. » concupiscence, Amour d'intérét, pour dire un

LA BRUYÈRE. amour qui procède d'un sentiment de bienveil

« Cet amour si tendre et si vif qu'il avoit lance, de charité, d'intérêt.

Dict.

» pour sa famille. — Voilà quel étoit son amour AMOUR-PROPRE. C'est, dans le sens absolu » pour la vérité. — Il y a, dans le cæur des rois et philosophique, le sentiment d'amour et de » mêmes les plus pieux, certain amour secret préférence que chacun a pour soi, et qui est » pour leurs grandeurs. »

FLÉCH. laturel à tous les hommes ; mais, dans le sens « Il sen toit renaitre son courage et son amour le plus ordinaire, il se prend pour ce même sen » pour la vertu. »

FÉN. timent porté jusqu'à l'excès qui en fait un vice, « Des témoignages éclatans de son amour pour et il signifie l'opinion trop avantageuse qu'un » la France. »

Mass. homme a de lui-même, le trop grand attache « Leur amour pour la maison d'Autriche s'est ment à tout ce qui lui est personnel. Il y a bien » conservé pendant deux générations; mais cet de l'amour-propre dans cette prétention, dans ce » amour étoit, au fond, celui de leur liberté. lungage, dans celle réponse. L'amour-propre est » -- Malgré leur amour extrême pour leur lile mobile de toutes ses actions. Dict. DE L'Ac. >> berté. »

VOLT.. « La nature de l'amour-propre est de n'ai AMOUR DIVIN. »mer que soi, de ne considérer que soi. « Racontez-nous les ardeurs de ce cæur blesse » Pour ne pas tomber dans cet amour-propre. » de l'amour divin. - Elle se donne en proie à » -Diau seul peut la guérir de cet amour propre. >> l'amour divin. »

Boss.

RAC.

[ocr errors]

Crelle doucenr extreme,

» les fulles amour: et la mollesse ; du côté de D'engager à ce dieu son amour et sa soi.

» la Grece étoit Junon, c'est-à-dire, la gravité David pour le Seigneur plein d'un amour fidèle. RAG. » avec l'amour conjugal. »

Boss. AMOUR, la passion d'un sexe pour l'autre. Je redoutojs du roi les cruelles amours.

« La comédie fait naitre dans notre cæur les » passions, surtout celle de l'amour. » PAsc. quefois en bonne part.

Ayour , féminin au singulier, se prend quel« Son infame amour lui conta la vie. II » s'emportoit à des amours de lionnêtes. — On

Et se laissant ravir à l'amour maternelle. COR. » adoroit Vénus, parce qu'on se laissoil domi

Dieu venoit à ce people heureux, » ner à l'amour.

RAC. Les histoires impures des

Ordonner de l'aimer d'une amour éternelle. » dieux,' leurs impudiques amours. – Cest par

Peut-on lui refaser une amour étergelle. ROUSS. » là que l'amour impudique ent tant d'autels. AMOUR, divinité fabuleuse à qui les anciens » - L'amour peut bien remuer le cænr des héros païens attribuoient le pouvoir de faire aimer. » du monde; il peut bien y soulever des tem- On peint ordinuirement l'amour avec un arc, >> jetes, y exciter des mouvemens qui fassent un bandeau et des flèches. Les traits de l'amour. » irembler les politiques, et qui donnent des Le fiambeau de l'amour. Les ailes de l'amour. » espérances aux insensés ; mais il y a des ames Les anciens ont donné des frères à l'amour, et » d'un ordre supérieur à ses lois, à qui il ne c'est dans ce sens qu'on dit : Les amours, les » peut inspirer des sentimens indigues de leur tendres amours. Les jeux, les ris , les amours et » rang. » Boss. les graces.

DicT. DE L'ACAD. « L'amour nait brusquement sans autre ré- « S'il falloii adorer l'amour, ce devoit être » flexion, par temperament ou par foiblesse; » du moins l'amour honnête. - Solon établit » un trait de beauté nous fixe, nous détermine. » à Athènes le temple de Vénus la prostituée,

L'amour qui nait subitement est le plus » ou de l'amour impudique. - Toure la Grèce » long à guérir. + Les amours meurent par le » étoit pleine de temples consacrés à ce Dieu , » dégoût, et l'oubli les enterre. Renoncer » et l'amour conjugal n'en avoit pas un, » » aux amours illégitimes.- Le temps, qui fer

BOSSUET. > tifie les amitiés, affoiblit l'amour. * La Br. En nn mot je suis l'amour même ,

« Aveuglé par un violent amour pour elle.-- Qui de mes propres trails m'étois blessé pour vous. C. » Chanter ses amours sur sa lyre. - On ne peut Respectons l'amour, ». vaincre l'amour qu'en fuyaut.

Si la sagesse

Tandis qu'il sumreille. )) en vous surmonte l'amour. L'amour est lui Dormez, amours inesorables, seul plus à craindre que tous les naufrages. Laissez respirer l'univers.

Le lache Paris jouil de ses infames amours Voyez les grâces fideles, » avec Hélène, »

FÉN.

Malgré yous, suivre vos pas ; « La duchesse de Longueville, si connue

It voltiger aoinur d'elles
par
L'umour qui vous tend les bras.

Rous. » ses guerres civiles et pur ses amours.---L'amour » faisoit et rompoit les cabales. — Occupé d'in- Pova L'AMOUR DE, à cause de. » trigues d'amour. Il sentoit surtout ce scru- « Pour l'amour de la vérité, et à la honte de » pule, depuis qu'il ne sentoit plus d'amour. » ceux qui la méconnoissent, écoutez encore » Vaincre son amour.-Les foiblesses de l'amour.» » ce beau léinoignage qu'il lui rendit en mon

VOLTAIRE.

Dieu frappe son fils innocent pour On dit : Brúler d'amour, languir d'umour, » l'amour des hommes coupables, et pardonne mourir d'amour , etre transporté d'amour. » aux hommes coupables pour l'amour de son Si l'amour vit d'espoir, il périt avec lui.

» fiis innocent. »

Boss.

« Il faut servir les hommes moins pour l'amour J'ai fait céder mon amour au devoir.

COR.
Si ce caur magnanime,

» d'eux, que pour l'amour des dieux qui l'orD'un véritable amour a brûlé pour Monime.

» donnent. »

FEN. Il te manquoit encor ces perfides amours.

( Voyez les verbes affermir, aller, emollir, Et repoussant les traits d'un amour dangereux. RĄC.

amorcer, animer, arracher, assurer, s'assurer,

chunter, conduire, commencer, couler, craindre, L'ambition , l'amour , l'avarice , la haine.

croítre, culte, embruser, dégager, s'endormir, Bientôt l'amour , fertile en tendres sentimens ,

enflammer, enivrer, enseigner, enterrer, enS'empara du theatre , ainsi que des romans.

trainer , exciter, exclure , faire, fonder , gun Et que l'amour , souvent de remords combattu, Paroisse une foiblesse et non une vertu.

gner, graver, guerir, imprimer, infecter, ins

pirer, intéresser, marquer , nourrir, passer Amour, tu perdis Troie.

LA FONT.

payer, plonger, perdre , pousser, préférer, se L'Amour, le tendre amour flatte en vain mes désirs.

préparer, prévaloir, refermer, répandre,

ponilre , réveiller, sérluire, sentir , tenir, touché, Et l'amour que j'abjure.

towher, vivler. ) J'abjure les umours , et leurs folles erreurs. VOL. (Voyez aussi les noms ame , courage, délicat,

Amour, dans le sens qu'on vient d'exposer, délices , dépositaire, étendur , exempl, fond, for est quelquefois féminin au singulier, en poesie, dement, hommage, hors, impression, jalousie, et presque toujours féminin au pluriel, même lien, lvi , margue, objet, règle , secret, sentien prose. De nouvelles amours. D'ardentes umours. ment, source, tribut. ) De folles amours.

Dict.

AMOUREUSEMENT, ade. , avec amour. Sou(Les amours brutales. »

Pasc. pirer amoureusement. Regarder amoureusement. * Du côté de l'Asje etoit Vénus, c'est-à-dire,

PICT. DE L'ACAD.

)) rant.

BOTL.

L. RAC.

« PreviousContinue »