Page images
PDF
EPUB

qui ait moins de discernement que de lecture, et qu'elle s'exerce sur de certains chapitres, elle corrompt et les lecteurs et l’écrivain.

Je conseille à un auteur né copiste, et qui a l'extrême modestie de travailler d'après quelqu’un , de ne se choisir pour exemplaires que ces sortes d'ouvrages où il entre de l'esprit, de l'imagination , ou même de l'érudition : s'il n'atteint pas ses originaux, du moins il en approche, et il se fait lire. Il doit au contraire éviter comme un écueil de vouloir imiter ceux qui écrivent par humeur, que le cæur fait parler, à qui il inspire les termes et les figures , et qui tirent , pour ainsi dire , de leurs entrailles tout ce qu'ils expriment sur le papier : dangereux modèles et tout propres à faire tomber dans le froid , dans le bas , et dans le ridicule, ceux qui s'ingèrent de les suivre. En effet, je rirois d'un homme qui voudroit sérieusement parler mon ton de voix, ou me ressembler de visage.

Un homme né chrétien et françois se trouve contraint dans la satire : les grands sujets lui sont défendus ; il les entame quelquefois , et se détourne ensuite sur de petites choses, qu'il reléve par la beauté de son génie et de son style.

Il faut éviter le style vain et puéril, de peur de ressembler à Dorilas et Handburg'. L'on peut au contraire en une sorte d'écrits hasarder de certaines expressions, user de termes transposés et qui peignent vivement, et plaindre ceux qui ne sentent pas le plaisir qu'il y a à s'en servir ou à les entendre.

Celui qui n'a égard en écrivant qu'au goût de son siècle, songe plus à sa personne qu'à ses écrits. Il faut toujours tendre à la perfection ; et alors cette justice qui nous est quelquefois refusée par nos contemporains , la postérité sait nous la rendre.

Il ne faut point mettre un ridicule où il n'y en a point : c'est se gâter le goût, c'est corrompre son jugement et celui des autres. Mais le ridicule qui est quelque part, il faut l'y voir, l'en tirer avec grace, et d'une manière qui plaise et qui instruise.

1 On prétend que, par le nom de Dorilas , La Bruyère désigne Varillas , historien assez agréable , mais fort inexact. Quant au nom de Handburg , il n'y a pas la moin dre incertitude : il est la parodie exacte de Maimbourg ; hand voulant dire main en allemand et en anglois. Madame de Sévigné a dit du P. Maimbourg, qu'il a ramassé le delicat des mauvaises ruelles. Ce jugement s'accorde fort bien avec celui de La Bruyère.

50 DES OUVRAGES DE L'ESPRIT.

Horace, ou Despréaux , l'a dit avant vous. Je le crois sur votre parole, mais je l'ai dit comme mien. Ne puis-je pas penser après eux une chose vraie , et que d'autres encore penseront après moi ?

[ocr errors][merged small][merged small]

Qui peut avec les plus rares talents , et le plus excellent mérite, n'être pas convaincu de son inutilité, quand il considère qu'il laisse, en mourant, un monde qui ne se sent pas de sa perte, et où tant de gens se trouvent pour le remplacer?

De bien des gens il n'y a que le nom qui vaille quelque chose. Quand vous les voyez de fort près, c'est moins que rien : de loin, ils imposent. Tout persuadé que je suis que ceux que

l'on choisit

pour de différents emplois , chacun selon son génie et sa profession , font bien, je me ha

sarde de dire qu'il se peut faire qu'il y ait au monde plusieurs personnes connues ou inconnues, que l'on n'emploie pas , qui feroient très bien ; et je suis induit à ce sentiment par le merveilleux succès de certaines gens que le hasard seul a placés, et de qui jusques alors on n'avoit pas attendu de fort grandes choses.

Combien d'hommes admirables, et qui avoient de très beaux génies , sont morts sans qu'on en ait parlé! Combien vivent encore dont on ne parle point , et dont on ne parlera jamais !

Quelle horrible peine à un homme qui est sans prôneurs et sans cabale , qui n'est engagé dans aucun corps, mais qui est seul , et qui n'a que beaucoup de mérite pour toute recommandation, de se faire jour à travers l'obscurité ou il se trouve, et de venir au niveau d'un fat qui est en crédit!

Personne presque ne s'avise de lui-même du mérite d'un autre.

Les hommes sont trop occupés d'eux-mêmes pour avoir le loisir de pénétrer ou de discerner les autres : de là vient qu'avec un grand merite et une plus grande modestie , l'on peut être longtemps ignoré.

Le génie et les grands talents manquent souvent, quelquefois aussi les seules occasions : tels peuvent être loués de ce qu'ils ont fait , et tels de ce qu'ils auroient fait.

Il est moins rare de trouver de l'esprit que des gens qui se servent du leur, ou qui fassent valoir celui des autres, et le mettent à quelque usage.

Il y a plas d'outils que d'ouvriers , et de ces derniers plus de mauvais que

d'excellents:

que pensez-vous de celui qui veut scier avec un rabot, et qui prend sa scie pour

raboter? il n'y a point au monde un si pénible métier que celui de se faire un grand nom : la vie s'achéve

que

l'on a à peine ébauché son ouvrage. Que faire d'Égésippe qui demande un emploi? Le mettra-t-on dans les finances, ou dans les troupes ? Cela est indifférent, et il faut que l'intérêt seul qui en décide ; car il est aussi capable de manier de l'argent, ou de dresser des comptes, que de porter les armes. Il est propre à tout, disent ses amis ; ce qui signifie toujours

pas plus de talent pour une chose que pour une autre, ou, en d'autres termes , qu'il n'est propre à rien. Ainsi la plupart des hommes,

ce soit

qu'il n'a

« PreviousContinue »