Page images
PDF
EPUB

DE

LA FONTAINE;

SUIVIES D'ADONIS, POEME.

TOME PREMIER.

ÉDITION STÉRÉ O TYPE,
D'après le procédé de l'Irmin Dinot.

[ocr errors]

NEW-YON

A PARIS,
DE L'IMPRIMERIE ET DE LA FONDERJE STÉRÉOTYPES
DE PIERRE DIDOT L'AÎNÉ, ET DE FIRMIN DIDOT.

AN V 11. 1799.)

KBS

Le mérite principal des éditions stéréotypes étant lear extrême correction, nous insisterons particulièrement ici sur cet inappréciable avantage. On ne sadroit s'imaginer avec quelle funeste facilité les tex: tes des meilleurs auteurs s'alterent par la négligence des éditeurs, et par le nombre des réimpressions presque toujours copiées servilement l'une sur l'autre, et successivement chargées de quelques fautes noda velles. Ces exemples ne sont que trop fréquents, sans doute : néanmoins on pourra s'étonner encore en voyant jusqu'à quel degré peut parvenir un tel déss ordre.

Nous citerons à cette occasion (et pour n'y plus revenir) une édition des Fables de La Fontaine, qui, d'après son annonce ,

a dû induire en errenr ceux qui sans examen ont cru pouvoir y prendre quelque confiance; c'est l'édition de Paris, 1779, in-12. On lit à la fin de l'avis qui se trouve à la tête :

« Je n'ai rien épargné pour la typographie ; les épreuves ont été corrigées sur la grande édition ; et j'ose espérer qu'il ne me sera pas échappé de fautes. « La vénération dont je me suis toujours senti péné

tré pour La Fontaine a exigé ce soin de ma part, « pour sa réputation. »

Dans un avertissement qui se trouve en tête de la seconde partie de ses fables, La Fontaine dit: « Il s'est

glissé quelques fautes dans l'impression. J'en ai fait « faire un errata; mais ce sont de légers remedes pour « un défaut considérable. »

A ce sujet l'éditeur ajoute une note conçue en ces termes :

* La Fontaine avoit raison; et son style perd sou« vent de son élégance, de sa clarté, et de sa force ,

[ocr errors]

a.

[ocr errors]

« par les plus légeres incorrections. Les éditions mul:

tipliées de ses fables, qui fourmillent de fautes, « sans en excepter aucune, sont une preuve de la lé

gitimité de ses craintes, et de la nécessité de son « avertissement. Aussi a-t-on veillé très soigneuse« ment à la correction de celle-ci. »

D'après cela , comment se fait-il qu'une semblable édition soit elle-même des plus incorrectes? Nous ne dirons rien des fautes communément appelées typographiques : nous ferons seulement remarquer quelques unes de celles qui défigurent et alterent davans, tage le sens du poëte, ou qui rompent totalement la mesure de ses vers.

2.

99, V. 20.

P. 93, v.

Un homme de moyen âge,

En tirant sur le grison;

lisez, Et tirant, etc. 97, v. 28. Que des Turcs en cela l'on suivît la mode; lisez, la méthode.

les Troyens, Après dix ans de guerre autour de leurs murailles,

Avoient laissé les Grecs;,

lisez, lassé. 114, v. 5. Sans que nous puissions autre chose inférer;

lisez, Sans que nous en puissions, etc.

Entretient seul tout l'état; lisez, Entretient seule, etc. 133, v. 19.

Où la laie est en gesine ; lisez, Où la laie étoit, etc. 143, v. 11. Quelque soit la pente et l'inclination;

lisez, Quelle que soit, etc.
160, v. 3. S'apprivoise avec notre vue,

Quand ce vint à la continue ; 'lisez, Quand ce vient, etc. 163, v. 4. La caravaneenfin rencontre en un passage

Monsieur le lion. Cela ne leur plut point; lisez, Monseigneur, etc.

129, v. 5.

« PreviousContinue »