Les femmes et la société au temps d'Auguste

Front Cover
Didier, 1875 - Rome - 398 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Contents

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 285 - Dieu dont l'arc est d'argent, dieu de Claros, écoute, O Sminthée-Apollon, je périrai sans doute, Si tu ne sers de guide à cet aveugle errant.
Page 267 - Regrettez-vous le temps où le ciel sur la terre Marchait et respirait dans un peuple de dieux; Où Vénus Astarté, fille de l'onde amère, Secouait, vierge encor, les larmes de sa mère, Et fécondait le monde en tordant ses cheveux...
Page 278 - L'épigramme, plus libre en son tour plus borné, N'est souvent qu'un bon mot de deux rimes orné.
Page 335 - Penatibus et magnis dis, stans celsa in puppi, geminas cui tempora flammas 680 laeta vomunt patriumque aperitur vertice sidus. parte alia ventis et dis Agrippa secundis arduus agmen agens ; cui, belli insigne superbum, tempora navali fulgent rostrata corona.
Page 335 - ... in medio classis aeratas, Actia bella, 675 cernere erat, totumque instructo Marte videres fervere Leucaten auroque effulgere fluctus. hinc augustus agens Italos in proelia Caesar cum patribus populoque, penatibus et magnis dis, stans celsa in puppi, geminas cui tempora flammas laeta vomunt patriumque aperitur vertice sidus.
Page xviii - ... figuraient les personnages du roman , l'aspect politique du pays , les mœurs diverses et les relations mutuelles des classes d'hommes, tout était d'accord avec les lignes du plan qui s'ébauchait alors dans mon esprit. Je l'avoue, au milieu des doutes qui accompagnent tout travail consciencieux, mon ardeur et ma confiance furent doublées , par l'espèce de sanction indirecte qu'un de mes aperçus favoris recevait ainsi de l'homme que je regarde comme le plus grand maître qu'il y ait jamais...
Page 333 - Nunc est bibendum, nunc pede libero pulsanda tellus, nunc Saliaribus ornare pulvinar deorum tempus erat dapibus, sodales.
Page 225 - Que ses narrations soient naifves et droictes, il se pourroit à l'avanture argumenter de cecy mesme qu'elles ne s'appliquent pas tousjours exactement aux conclusions de ses jugements, lesquels il suit selon la pente qu'il ya prise, souvent outre la matière qu'il nous montre, laquelle il n'a daigné incliner d'un seul air.
Page xvii - ... de l'historien. Ce qu'il y avait de réel au fond de son œuvre', les caractères généraux de l'époque où se trouvait placée l'action fictive et où figuraient les personnages du roman, l'aspect politique du pays, les mœurs diverses et les relations mutuelles des classes d'hommes, tout était d'accord avec les lignes du plan qui s'ébauchait alors dans mon esprit. Je l'avoue, au milieu des doutes qui accompagnent tout travail...
Page xvii - Scott venait de jeter un de ses regards d'aigle sur la période historique vers laquelle , depuis trois ans , se dirigeaient tous les efforts de ma pensée. Avec cette hardiesse d'exécution qui le caractérise, il avait posé, sur le sol de l'Angleterre, des Normands et des Saxons , des vainqueurs et des vaincus , encore frémissants l'un devant l'autre, cent vingt ans après la conquête. Il avait coloré en poète une scène du long drame que je travaillais à construire avec la patience de l'historien.

Bibliographic information