Page images
PDF
EPUB

se borner à des réglemens particuliers qui ne font que le ceintre de la voûte, dont les moeurs plus lentes à naitre, forment enfin l'inébranlable clef.

Entre ces diverses clasles, les lois politiques, qui constituent la forme du Gouvernement, sont la seule relative à mon sujet.

L I V R E II I. Avant de parler des diverses formes de Gouvernement, tâchons de fixer le sens précis de ce mot, qui n'a pas encore été fort bien expliqué.

CHAPITRE PREMIER

Du Gouvernenient en général. J'avertis le lecteur que ce chapitre doit être lu posément, et que je ne sais pas l'art d'être clair pour qui ne veut pas être attentif.

Toute action libre a deux caules qui concourent à la produire; l'une morale, savoir la volonté qui détermine l'acte;

F2

}

i'autre physique, savoir la puissance qai l'exécute.

Quand je marche vers un objet , il faut premièrement que j'y veuille aller; en second lieu, que mes pieds m'y portent. Qu'un paralytique veuille courir, qitun hoinme agile ne le veuille pas, tous deux resteront en place. Le Corps politique a les mêmes mobiles; on y distingue de même la force et la volonté; celle - ci sous le nom de puissance législative, l'autre fous le nom de puissance exécutive. s'y fait ott ne s'y doit faire - fans lcur concouT'S.

Nous avons que la priilánce legislative appartient au peuple, et ne peut appartenir qu'à lui. Il est aisé de voit au contraire, par les principes cidevant établis, qae la puissance exécute Live ne peut appartenir à la généralité comme législatrice ou souveraine, parce que celle puissance ne consiste qu'en des acres particuliers qui ne font point du resort de la loi, ni par conséquent de

Rien nie

[ocr errors]

oelui da Souverain, dont tous les actes ne peuvent être

que

des lois. Il faut donc à la force publique uni agent propre qni la réunisse et la mette en oeuvre selon les directions de la vo. lonté générale, qui serve à la communication de l'Etat et du Souverain, qui false' en quelque forte, dans la personne publique ce qué fait dans l'homme l'iza nion de l'ame et du corps. Voilà quel. le eft dans l'Etat la raison du Gouver: nement, confondu mal- à

- propos' avec le Souverain, dont il n'est que le mie niftre.

Qu'est-ce dona 'que le Gouvernement ? Un Corps intermédiaire établi entre les sujets et le Souverain pour leur mutnello correspondance, chargé de l'exécution des lois et du maintien de la liberté, tant civile quę politiatie.

Les membres de ce Corps s'appellent magistrats on rois, c'est-à-dire, gouverneurs, et le Corps, entier porte le

nom de prince a). Ainsi ceux qui prétendent que l'acte par leqnel un peuple se soumet des chefs n'est point un contrat, ont grande raison. Ce n'est abso. lument qu'une commillion, un emploi dans lequel, simples officiers du Souverain , ils exercent en son nom le poule voir dont il les a fait dépositaires, et qu'il peut limiter , modifier et reprendre quand il lui plait, l'aliénation d'un tel droit étant incompatible avec la nature du Corps. focial, et contraire au but de l'association.

J'appelle donc Gouvernement, ou filprême administration, l'exercice légio time de la puissauce exécutive, et prina te ou magistrat l'homme ou le. Corps chargé de cette administration.

a) C'est ainfi qu'à Venise on donne:

au Collége le nom de Sérénil-
fime Prince, même quand le
Doge n'y aliste pas.

[ocr errors]
« PreviousContinue »