Page images
PDF
EPUB

enfin celui qui réunit la confiftance d'un ancien peuple avec la docilité d'un peu. ple nouveau. Ce qui rend pénible l'ou. vrage de la Législation, est moins ce qu'il faut établir que ce qu'il faut détruire; et ce qui rend le succes si rare, c'est l'impossibilité de trouver la fimplicité de la nature jointe aux besoins de la société. Toutes ces conditions, il eft vrai, se trouvent difficilement ras, semblées. Auli voit-on peu d'Etats bien constitués.

Il est encore en Europe un pays capable de Législation; c'est l'Isle de Corse. La valeur et la constance avec laquelle ce brave peuple a su recouvrer et défendre la liberté, mériteroit bien que quelqu'homme sage lui apprit à la

piége caché sous cette libéralité. Ils se conservèrent libres, et ce petit Etat, enfermé dans ce grand Empire, fut enfin l'instrument de fa ruine.

conserver. J'ai quelque pressentiment qu'un jour cette petite Isle étonnera l'Europe.

CHAPITRE X I.

Des divers systèmes de Législation. Si l'on recherche en quoi confifte pré-" cisément le plus grand bien de tous, qui doit être la fin de tout lyftême de législation, on trouvera qu'il se réduit à ces deux objets principaux, la liberté et l'égalité. La liberté, parce que toute dé. pendance particulière est antant de force ôtée au corps de l'Etat; l'égalité, parce que la liberté ne peut sublister sans elle.

J'ai déja dit ce que c'est que la liberté civile; à l'égard de l'égalité, il ne faut pas entendre par ce mot que les degrés de puissance et de richelle soient absolument les mêmes, mais que, quant

à la puissance', elle soit au - dessous de toute violence et ne s'exerce jamais qu'en vertu du rang et des lois; et quant à la richesse, que nul citoyen ne foit ailez opulent pour en pouvoir acheter un autre, et nul affez

pauvre pour être contraint de fe vendre a): ce qui fuppose du côté des grands, modération de bien et de crédit, et du côté des petits modération d'avarice et de convoitise.

m) Voulez-vous donc donner à l'E

tat de la consistence ? Tapprochez les' degrés extrêmes autant qu'il est polħble; ne foulfrez ni des gens opulens ni des gucux. Ces deux états, naturellement insépafables, sont également funesies uu bien commun; de l'un sortent les fauteurs de la tyranie, et de l'autre les tyrans ;. c'est toujours entrò eux que se fait le trafic de la lie berté publique; l'un l'achete et l'autre, la venda

[ocr errors]

Cette "égalité, disent-ils; est une chimère de fpéculation qui ne peut exister dans la pratique. Mais si l'abus est inévitable, s'ensuit-il qu'il ne faille

pas đu moins le régler ? C'eft précisément parce que la force des choses tend toujours à détruire l'égalité, qne la force de la Législation doit toujours tendre à In maintenir.

Mais ces objets généraux de tonte bonne institution, doivent être modifiés en chaque pays, par les rapports qui naissent thirt de la fituation locale, que du caractère des habitans; et c'est sur ces rapports qu'il faut aligner à chaque peuple un système particulier d'institution, qui soit le meilleur, non peut-être en lui-même, mais

pour l'Etat auquel il est destiné. Par exemple, le sol est-il ingrat et stérile, ou le pays, trop serré pour les habitans ? Tournez-vous du côté de l'industrie et des arts , dont vous échangerez les pro. ductions contre les denrées qui vous manquent. Au contraire,

occupez-vous des riches plaines et des côteaux fertiles ? Dans un bon terrain manquez-vous d'habitans ? , Donnez. tous vos soins à l'agriculture qui multiplie les hommes, et challez les arts qui ne feroient qu'achever de dépeupler le pays, en attrou: pant sur quelques points du territoire le peu

d'habitans qu'il a a), Occupezvous des rivages étendus et commodes? Couvrez la mer de vaisseaux, cultivez le commerce et la navigation, vous aurez une existence brillante et courte. La mer ne baigne-t-elle sur vos côtes que des rochers presqu'inacceMibles ?

a) Quelque branche de commerce este

térieur, dit le M. d'A., ne répand guère qu'une fausse utilité pour un royaume en général ; elle peut enrichir quelques, particuliers, même quelques, villes, mais la nation en. tière n'y gagne rien, et le Pouples n'en est pas mieux.

« PreviousContinue »