Grammaire des dames, ou nouveau traité d'orthographe françoise

Front Cover
Barde, Manget & Compagnie, 1787 - French language - 239 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 238 - Mais dans cette autre phrafe , je fuis votre ferviteur , où j'attends nécelfairement le fubftantif de votre , ce fubftantif eft deftiné à foutenir ma voix , parce qu'il ne m'eft pas permis de mettre le moindre intervalle entre votre & ferviteur. Peut-être n'y at-il point de principe qui ait plus d'étendue que celui-là dans notre Profodie. On en a déjà vu beaucoup d'autres applications. Une fyllabe douteufe, & qu'on abrège dans le cours de la phrafe , eft allongée fi elle fe trouve à la...
Page 22 - Peut-on la présenter? oh! très bien, j'en réponds. Tout lui plaît, tout convient à son vaste génie : Les livres, les bijoux, les compas, les pompons, Les vers, les diamants, le biribi, l'optique, L'algèbre, les soupers, le latin, les jupons, L'opéra, les procès, le bal, et la physique '. 1 RÉPONSE DE MADAME DU CHATELET.
Page 42 - Tes vers sont beaux quand tu les dis, Mais ce n'est rien quand je les lis ; Tu ne peux pas toujours en dire, Fais-en donc que je puisse lire.
Page 82 - Que je vaille Que tu vailles Qu'il vaille Que nous valions Que vous valiez Qu'ils vaillent Futur.
Page 160 - Les philosophes, et Sénèque sur tous, n'ont point ôté les crimes par leurs préceptes : ils n'ont fait que les employer au bâtiment de l'orgueil.
Page 146 - Le trait d'union ( — ) fert à joindre deux mots , pour les prononcer comme s'il n'y en avoit qu'un. On le met entre...
Page 232 - Une obfervation , que l'on a déjà pu faire, mais qui devicndroit encore plus fenfible dans les trois voyelles dont il refte à parler , c'eft que le nombre des brèves l'emporte de beaucoup fur celui des longues. Pour abréger donc , je fupprimerai déformais toutes les terminaifons fous lefquelles il ne fe trouve que des brèves...
Page 172 - ... pour moi que ne le fut mon père: Les dieux te puniront un jour de mes malheurs. Tu détournes les yeux ! je vois couler .tes pleurs ! Hélas ! et que me sert que ton cœur s'attendrisse , Tandis que ta fureur me condamne au supplice? Quel opprobre, grands dieux! et quelle indignité! Au supplice! qui? moi! l'avois-je mérité? De tant de noms fameux en ce moment funeste Le nom de parricide est le seul qui me reste ! Je me sens, à ce nom, agité de fureur. Ah , cruel ! s'il se peut , épargne-m'en...
Page 207 - Mais l'efprit a toujours une nouvelle grâce, Ces mots, une nouvelle, doivent être prononcés dans ce vers comme faifant cinq fyllabes; Dans la profe au contraire; les mots une nouvelle , fe prononcent comme s'ils ne fcifoient que trois fyllabes."1 Dans la profe, les voyelles ia, ie, H>, ian , ion , &c.
Page 42 - Que me veut donc cette importune ? Que je la compare au Soleil ? Il est commun, elle est commune: Voilà ce qu'ils ont de pareil.

Bibliographic information