De l'esprit des lois, précédé de l'analyse de cet ouvrage par d'Alembert

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents

Force de la superstition
29
De la liberté des Arabes et de la servitude des Tartares
30
Du droit des gens des Tartares
32
Dune loi civile des peuples germains
33
De la longue chevelure des rois francs
43
Des mariages des rois francs Ib Chap XXV Childéric
44
De la majorité des rois francs
45
Continuation du même sujet
47
De ladoption chez les Germains
49
Esprit sanguinaire des rois francs
50
Des assemblées de la nation chez les Francs
51
De lautorité du clergé dans la première race
52
Chap J Du sujet de ce livre
54
De la tyrannie Page
56
Ce que cest que lesprit général
57
Combien il faut être attentif à ne point changer lesprit général dune nation
58
Quil ne faut pas tout corriger
59
Des Atbéniens et des Lacédémoniens
60
Effets de lhumeur sociable Ib Chap IX De la vanité et de lorgueil des nations
61
Du caractère des Espagnols et de celui des Chinois
63
Réflexions
64
Des manières et des mæurs dans létat despo tique
65
Des manières chez les Chinois
66
Quels sont les moyens naturels de changer les meurs et les manières dune nation
67
Influence du gouvernement domestique sur le politique
69
Propriété particulière au gouvernement de la Chine
71
Conséquence du chapitre précédent
73
Comment sest faite cette union de la religion des lois des mœurs et des manières chez les Chinois
74
Explication dun paradoxe sur les Chinois
76
Comment les lois doivent être relatives aux meurs et aux manières
78
Continuation du même sujet
79
Comment les lois suivent les meurs Ib Chap XXIV Continuation du même sujet
80
Continuation du même sujet
81
Conti tion du sujet
82
Comment les lois peuvent contribuer à former les meurs les manières et le caractère dune nation
83
Du commerce Page
99
De lesprit de commerce
100
De la pauvreté des peuples
103
Du commerce dans les divers gouvernements Ib Char V Des peuples qui ont fait le commerce déconomie
105
Quelques effets dune grande navigation
106
Esprit de lAngleterre sur le commerce
108
De lexclusion en fait de commerce
109
Établissement propre au commerce déconomie III
112
De la liberté du commerce 13
114
Des lois du commerce qui emportent la con fiscation des marchandises
115
De la contrainte par corps
116
Belle loi
117
Loi de Rhodes Ib Chap XVIII Des juges pour le commerce
118
Que le prince ne doit point faire le commerce
119
Continuation du même sujet I 20
123
Quelques considérations générales
127
Des peuples dAfrique
129
Principale différence du commerce des anciens davec celui daujourdhui Page
130
Autres différences
131
Du commerce des anciens
132
Du commerce des Grecs
142
DAlexandre Sa conquête
146
Du commerce des rois grecs après Alexandre
151
Du tour de lAfrique
160
Carthage et Marseille
164
Ile de Délos Mithridate
172
Du génie des Romains pour la marine
174
Du génie des Romains pour le commerce
175
Commerce des Romains avec les Barbares
177
Des monnoies idéales
210
De la quantité de lor et de largent
211
Continuation du même sujet
212
Par quelle raison le prix de lusure diminua de la moitié lors de la découverte des Indes
213
Comment le prix des choses se fixe dans la va riation des richesses de signes
214
De la rareté relative de lor et de largent
217
Du change
218
Circonstances dans lesquelles les Romaios firent leurs opérations sur la monnoie
236
Opérations sur les monnoies du temps des em pereurs
238
Comment le change gêne les états despotiques
240
Usage de quelques pays dItalie
241
Du secours que létat peut tirer des banquiers
242
Des dettes publiques Ib Chap XVIII Du paiement des dettes publiques
244
Des prêts à intérêt
247
Des usures maritimes
248
Du prêt par contrat et de lusure chez les Romains
249
Continuation du même sujet
250
Des hommes et des animaux par rapport à la mul tiplication de leur espèce
259
Des mariages 360
261
Des familles
263
Des båtards dans les divers gouvernements
264
Du consentement des pères au mariage
266
Continuation du même sujet
267
Des filles
268
Ce qui détermine au mariage Ib Chap XI De la dureté du gouvernement
269
Du nombre des filles et des garçons dans diffé rents pays
270
Des ports de mer
271
Des productions de la terre qui demandent plus
272
De létat des peuples avant les Romains
278
Chap XXII De lexposition des enfants
297
De la loi faite en France pour encourager
303
Paradoxe de Bayle
309
dune république Page
315
De la secte stoique
321
Comment les lois de la religion corrigent
327
Continuation du même sujet
333
Continuation du même sujet
339
Nouvelle raison de loubli des lois saliques des lois romaines et des capitulaires Page
472
Origine du point dhonneur
474
Nouvelle réflexion sur le point dhonneur chez les Germains
477
Des meurs relatives aux combats
478
Règles établies dans le combat judiciaire
481
Des bornes que lon mettoit à lusage du com bat judiciaire
484
Du combat judiciaire entre une des parties et un des témoins
488
Du combat judiciaire entre une partie et un des pairs du seigneur Appel de faux jugements
490
De lappel de défaute de droit
499
Époque du règne de saint Louis
506
Observations sur les appels
511
Continuation du même sujet Ib Chap XXXII Continuation du même sujet
512
Continuation du même sujet
514
Comment la procédure devint secrète
515
Des dépens
517
De la partie publique
519
Comment les Établissements de saint Louis tombèrent dans loubli
523
Continuation du même sujet
526
Continuation du même sujet
530
Comment on prit les formes judiciaires des dé crétales
532
Flux et reflux de la juridiction ecclésiastique et de la juridiction laie
534
Renaissance du droit romain et ce qui en résulta Changements dans les tribunaux
536
Continuation du même sujet
540
De la preuve par témoins
542
Des coutumes de France
543
Différence des peuples par rapport au courage
557

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 312 - Chose admirable ! la religion chrétienne, qui ne semble avoir d'objet que la félicité de l'autre vie , fait encore notre bonheur dans celle-ci.
Page 10 - Je l'appellerai plutôt la fabrique des instruments qui brisent les fers forgés au midi. C'est là que se forment ces nations vaillantes qui sortent de leur pays pour détruire les tyrans et les esclaves, et apprendre aux hommes que, la nature les ayant faits égaux, la raison n'a pu les rendre dépendants que pour leur bonheur.
Page 184 - Dans ces temps-là s'établirent les droits insensés d'aubaine et de naufrage : les hommes pensèrent que, les étrangers ne leur étant unis par aucune communication du droit civil, ils ne leur dévoient d'un côté aucune sorte de justice , et de l'autre aucune sorte de pitié.
Page 448 - Les lois saliques, bourguignonnes et visigothes furent donc extrêmement négligées à la fin de la secon'de race; et au commencement de la troisième on n'en entendit presque plus parler. Sous les deux premières races, on assembla souvent la nation , c'est-à-dire les seigneurs et les évêques ; il n'étoit point encore question des communes.
Page 402 - Qu'il ne faut pas décider par les principes des lois civiles les choses qui appartiennent au droit des gens. LA liberté consiste principalement à ne pouvoir être forcé à faire une chose que la loi n'ordonne pas ; et on n'est dans cet état que parce qu'on est gouverné par des lois civiles : nous sommes donc libres , parce que nous vivons sous des lois civiles.
Page 71 - ... à maintenir parmi le peuple la paix et le bon ordre, et à ôter tous les vices qui viennent d'un esprit dur. En effet, s'affranchir des règles de la civilité , n'est-ce pas chercher le moyen de mettre ses défauts plus à l'aise ? La civilité vaut bien mieux à 'cet égard que la politesse. La politesse...
Page 360 - Vous nous faites mourir, nous qui ne croyons que ce que vous croyez, parce que nous ne croyons pas tout ce que vous croyez. Nous suivons une religion que vous savez vous-mêmes avoir été autrefois chérie de Dieu; nous pensons que Dieu l'aime encore, et vous pensez qu'il ne l'aime plus; et parce que vous jugez ainsi, vous faites passer par le fer et par le feu ceux qui sont dans cette erreur si pardonnable, de croire que Dieu aime encore ce qu'il a aimé.
Page 316 - M. Bayle , après avoir insulté toutes les religions, flétrit la religion chrétienne : il ose avancer que de véritables chrétiens ne formeroient pas un état qui pût subsister. Pourquoi non? Ce seroient des...
Page 268 - ... oreilles qui n'osent entendre ; qui ne se présentent que pour se montrer stupides ; condamnées sans relâche à des bagatelles et à des préceptes , sont assez portées au mariage : ce sont les garçons qu'il faut encourager. CHAPITRE X. Ce qui détermine au mariage. Partout où il se trouve une place où deux personnes peuvent vivre commodément , il se fait un mariage.
Page 362 - Si le Ciel vous a assez aimés pour vous faire voir la vérité, il vous a fait une grande grâce; mais est-ce aux enfants qui ont eu l'héritage de leur père, de haïr ceux qui ne l'ont pas eu ? « Que si vous avez cette vérité, ne nous la cachez pas par la manière dont vous nous la proposez. Le caractère de la vérité, c'est son triomphe sur les cœurs et les esprits, et non pas cette impuissance que vous avouez lorsque vous voulez la faire recevoir par des supplices.

Bibliographic information