L'École de Salerne: traduction en vers français

Front Cover
Charles Daremberg
Librairie J.-B. Baillière et Fils, 1880 - Hygiene - 609 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 569 - ceux qui » meurent, bien ou mal, meurent souvent plus » pour ceux qu'ils laissent dans le monde que pour
Page 321 - J'ai vu souvent le roi manger quatre assiettées de soupes diverses, un faisan entier, une perdrix, une grande assiettée de salade, du mouton au jus et à l'ail, deux bonnes tranches de jambon, une assiettée de pâtisserie et puis encore des fruits et des confitures.
Page 322 - Marmontel, son confrère, raconta ce qu'on va lire, au sujet des usages qui s'observaient à table dans la bonne compagnie. On parlait de la multitude de petites choses qu'un honnête homme est obligé de savoir dans le monde pour ne pas courir le risque d'y être bafoué. " Elles sont innombrables, dit M. Delille, et ce qu'il ya de fâcheux, c'est que tout l'esprit du monde ne suffirait pas pour faire deviner ces importantes vétilles. Dernièrement, ajouta-t-il, l'abbé Cosson, professeur de belleslettres...
Page 323 - Et que fîtesvous de la coquille — Comme tout le monde, je la laissai au laquais qui me servait. — Sans la casser ? Sans la casser. Eh bien, mon cher, on ne mange jamais un œuf sans briser la coquille. Et après votre œuf ? — Je demandai du bouilli.
Page 323 - Eh bien ! mon cher, vous êtes le seul qui ayez fait cela ; on n'étale point sa serviette, on la laisse sur ses genoux. Et comment fîtes-vous pour manger votre soupe ?— Comme tout le monde, je pense : je pris ma cuiller d'une main et ma fourchette de l'autre.
Page 323 - Et d'abord que fîtes-vous de votre serviette en vous mettant à table ? — De ma serviette? Je fis comme tout le monde; je la déployai, je l'étendis sur moi et l'attachai par un coin à ma boutonnière.
Page 457 - Le bon chocolat ne doit présenter dans sa cassure rien de graveleux. Il doit se fondre dans la bouche et y laisser une sorte de fraîcheur, ne point y laisser un goût pâteux, ne contracter enfin i.
Page 270 - Ejus et ornatus splendidus atque decens. Ornatu nitido conabere carior esse, Splendidus ornatus plurima dona dabit. Viliter inductus munus sibi vile parabit, Nam pauper medicus vilia dona capit.
Page 13 - Docteur n'apparaissant qu'au treizième siècle, dans la Chirurgie de Roger. Il ne serait pas impossible que Salerne, dont Horace vante déjà la salubrité, ait vu se former, à une époque très-voisine de la chute de l'empire romain , une véritable école médicale, où dominait l'élément laïque, mais où le clergé tenait également une grande place, puisque nous y voyons figurer des évêques, des prêtres et de simples clercs.
Page 324 - Quelques personnes redoutent à table une salière renversée et le nombre treize. Ce nombre n'est à craindre qu'autant qu'il n'y aurait à manger que pour douze. Quant à la salière, l'essentiel est qu'elle ne verse point dans un bon plat.

Bibliographic information