Page images
PDF
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors]

mens & fans larmes, & fans le faire promettre sur les Autels, qu'il reviendroit achever ses jours auprès de lui.

Entre les Villes où il s'arrêta, Delphes fut une des principales. Les Delphiens l'écouterent fort volontiers, mais ils ne lui rendirent point d'honneurs. Efope, piqué de ce mépris , les compara aux Bâtons qui flotent sur l'onde : on s'imagine de loin que c'est quelque chose de considérable: de près on trouve que ce n'est rien. La comparaison lui coûta cher. Les Delphiens en conçurent une telle haine, & un si violent desir de vengeance (outre qu'ils craignoient d'être décriés par lui) qu'ils résolurent de l'ôter du monde. Pour y parvenir, ils cacherent parmi ses hardes un de leurs Vases sacrés , prétendant que par ce moyen ils convaincroient Esope de vol & de fa crilége, & qu'ils le condamneroient à la mort. '

Comme il fut sorti de Delphes, & qu'il eut pris le chemin de la Phocide , les Delphiens accoururent comme des gens qui étoient en peine. Ils l'accuserent d'avoir obé leur Vase. Esope le nia avec des fermens it chercha dans son équipage, & il fut trouvé. -out ce qu'Efope put dire, n'empêcha pri qu'on le traitât comme un criminel infâmerasil mené à Delphes, chargé de fers, mis dans chots, puis condamné à être précipité. Rien à servit de se défendre avec ses armes ordinaire de raconter des Apologues ; les Delphiens s'eni. querent.

La Grenouille, leur dit-il, ayoit invité le Rat.

« PreviousContinue »