Le roman de Dumouriez

Front Cover
Plon, 1890 - France - 331 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 246 - La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l'homme : tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l'abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi.
Page 122 - Robespierre, sur les rapports des idées religieuses et morales avec les principes républicains, et sur les fêtes nationales.
Page 119 - Providence ! Nous avons entendu quelque temps après Hébert en accuser un autre pour avoir écrit contre l'athéisme ! N'est-ce pas...
Page 158 - Rousseau, il était accouru en France , croyant y trouver tous les hommes prosternés devant les autels de la liberté et de la philosophie. Quand il eut vu de près ceux qui la gouvernaient et dont la farouche politique commençait à la couvrir de sang et de deuil , il ne put retenir son indignation : il la fit éclater au milieu des éloges dont il honora le sublime dévouement de Charlotte Corday.
Page 146 - Mes parents et amis ne doivent point être inquiétés, personne ne savait mes projets. Je joins mon extrait de baptême à cette adresse, pour montrer ce que peut la plus faible main conduite par un entier dévouement. Si je ne réussis pas dans mon entreprise, Français! je vous ai montré le chemin , vous connaissez vos ennemis ; levez-vous ! marchez...
Page 127 - Belle, jeune, brillante, aux bourreaux amenée, Tu semblais t'avancer sur le char d'hyménée; Ton front resta paisible et ton regard serein. Calme, sur l'échafaud, tu méprisas la rage D'un peuple abject, servile et fécond en outrage, Et qui se croit encore et libre et souverain. La vertu seule est libre.
Page 121 - Nous vous conseillerons .donc de maintenir les principes que vous avez manifestés jusqu'ici. Que la liberté des cultes soit respectée, pour le triomphe même de la raison; mais qu'elle ne trouble point l'ordre public, et qu'elle ne devienne point un moyen de conspiration. Si la malveillance contre-révolutionnaire se cachait sous ce prétexte, réprimez-la; et reposez-vous du reste sur la puissance des principes et sur la force même des choses. Prêtres ambitieux, n'attendez donc pas que nous...
Page 146 - Sauvez-moi. Conservez un bras Qui lance votre foudre, un amant qui vous venge. Mourir sans vider mon carquois! Sans percer, sans fouler, sans pétrir dans leur fange Ces bourreaux barbouilleurs de lois! Ces vers cadavéreux de la France asservie, Égorgée! O mon cher trésor, O ma plume! fiel, bile, horreur, Dieux de ma vie!
Page 142 - ... à d'autres que lui. Dans le courant de juillet 1792 , la conduite et les dispositions de la cour annonçant des vues hostiles , chacun raisonnait sur les moyens de les prévenir ou de les déjouer. Chabot disait à ce sujet , avec l'ardeur qui vient de l'exaltation et non de la force, qu'il serait à souhaiter que la cour fît attenter aux jours de quelques députés patriotes; que ce serait la cause infaillible d'une insurrection du peuple , le seul moyen de le mettre en mouvement et de produire...

Bibliographic information