Histoire de la société française au Moyen-Age (987-1483).

Front Cover
A. Laisney, 1882 - Civilization, Medieval - 1078 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 78 - France triomphante et policée , et à être en tout le modèle des hommes. Sa piété, qui était celle d'un anachorète, ne lui ôta aucune vertu de roi. Une sage économie ne déroba rien à sa libéralité. Il sut accorder une politique profonde avec une justice exacte ; et peut-être est-il le seul souverain qui mérite cette louange : prudent et ferme dans le conseil , intrépide dans les combats sans être emporté , compatissant comme s'il n'avait jamais été que malheureux. Il n'est pas...
Page 77 - IX paraissait un prince destiné à réformer l'Europe, si elle avait pu l'être ; à rendre la France triomphante et policée , et à être en tout le modèle des hommes. Sa piété, qui était celle d'un anachorète, ne lui ôta aucune vertu de roi. Une sage économie ne déroba rien à sa libéralité. Il sut accorder une politique profonde avec une justice exacte ; et peut-être est-il le seul souverain qui mérite cette louange : prudent et ferme dans le conseil , intrépide dans les combats...
Page 335 - C'est le devoir des rois de réprimer de leur main puissante , et par le droit originaire de leur office, l'audace des tyrans qui déchirent l'État par des guerres sans fin, mettent leur plaisir à piller, désolent les pauvres, détruisent les églises , et se livrent à une licence qui, si on ne l'arrêtait, les enflammerait d'une fureur toujours croissante *. Certes, Messieurs, ceci n'est plus la royauté molle, inerte, de Philippe I...
Page 555 - Clermont, cette terre, fermée de tous côtés par des mers et des montagnes, tient à l'étroit votre trop nombreuse population ; elle est dénuée de richesses et fournit à peine la nourriture à ceux qui la cultivent. C'est pour cela que vous vous déchirez et dévorez à l'envi, que vous vous combattez, que vous vous massacrez les uns les autres. Apaisez donc vos haines et prenez la route du Saint-Sépulcre...
Page 386 - A quel dessein , lui demandait le seigneur, désirez-vous entrer dans l'ordre ? si c'est pour être riche , pour vous reposer et être honoré sans faire honneur à la chevalerie, vous en êtes indigne , et seriez à l'ordre de chevalerie que vous recevriez, ce que le clerc simoniaque est à la prélature.
Page 149 - ... eux. • Derechef, ils jureront qu'ils ne donneront ni n'enverront nul don à homme qui soit de notre conseil , ni aux femmes, ni aux enfants, ni à âme qui leur appartienne, ni à ceux qui recevront leurs comptes de notre part, ni à nul que nous enverrons en leurs baillies , ou en leurs prévôtés, pour leur faire enquête.
Page 247 - Le samedi fist le roy voille, et touz les autres vessiaus. aussi , qui moult fu belle chose à veoir ; car il sembloit que toute la mer, tant comme l'en pooit veoir à...
Page 267 - de temps les archers de France furent tellement « duits à l'arc, qu'ils surmontoient à bien tirer les « Anglois, et, en effet, si ensemble se fussent mis, « ils eussent été plus puissants que les princes et les « nobles, et pour ce fut enjoint par le roi qu'on ces« sât » , après de vives représentations des seigneurs et des nobles , dit le religieux de Saint-Denis.
Page 36 - Le sire peut leur prendre tout ce qu'ils ont, à mort et à vie, et leur corps tenir en prison toutes les fois qu'il lui plaît, soit à tort, soit à droit, qu'il n'en est tenu à répondre fors à Dieu (3).
Page 340 - ... pour nous et nos hoirs , aux comtés d'Auxerre et de Tonnerre , aux nobles et aux communs desdits comtés, leurs alliés et adjoints, que nous, en la subvention de la présente année et tous autres griefs et...

Bibliographic information