Anecdotes historiques et littéraires, French anecdotes, with notes by V. Kastner

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents

Le lion magnanime
17
Les bonnes manières en Afrique
18
La plus grande ganache de lempire
19
Anec
20
Le déserteur
21
Le singe du cardinal
22
Le trésorier de Frédéric II
24
Le jury de Strasbourg
25
Junot et Bonaparte
26
Malcolm
27
Napoléon et le paysan de lEscaut
28
Mort de Vatel
29
La poule au
30
Funérailles magnifiques
31
Un sermon du docteur South
32
Les expéditionnaires
33
Simplicité de Louis XIV
34
Réponse de Pope
35
Plaidoirie dun abbé
36
Justice de SaintLouis
37
Le cocher de Frédéric le Grand
40
Les vagues à un shilling
46
Le page de lempereur de Russie
52
Fontenelle à lAcadémie
59
Prédicateur précoce
65
Feu Duponchel
71
Le général Souwarow et M de Lameth 39 Evasion de Grotius
75
Moyen de voyager à laise 41 Civilité relative
77
Vanité punie
79
Le chien dAubri de Montdidier
80
Voleurs dupés
81
Un repas de Louis XVI
82
Lépée de M Ampère
83
Le roi de Prusse et le Hongrois
85
La veuve de Malabar
86
Bolivar 50 Ce que J J Rousseau pensait de Fénelon
87
Le sabre de bois
88
Thomas Morus 53 Le banquier Suderland
89
Lart de se faire 4000 francs de rente en garnissant
91
Page
96
Le perroquet de Cuvier
97
Le meunier Sanssouci
98
Livre Troisième 1 Naïveté dun domestique
101
Une injure
102
Un prince complaisant
103
Louis XIV et Molière
104
Impartialité
105
Comment on devient maréchal de France
106
Dot imprévue
107
Avarice du président Rose
108
Le peintre David et le cocher
109
Linscription carthaginoise
110
Swift et le domestique
111
La harangue interrompue
112
Recette contre le froid
113
Le souffieur
114
Plus fort que son oncle
115
Mémoire extraordinaire
116
Charbonnier est maître chez lui
117
Le déjeûner de Napoléon
118
Economie et bienfaisance
120
Lempereur et le muletier
121
Le docteur Abernethy
122
Piron et les passants
123

Common terms and phrases

Popular passages

Page 201 - Mon camarade y grimpa seul et se coucha tout endormi, la tête sur la précieuse valise. Moi déterminé à veiller, je fis bon feu et m'assis auprès. La nuit s'était déjà passée presque entière assez tranquillement, et je commençais à me rassurer, quand sur l'heure où il me semblait que le jour ne pouvait être loin, j'entendis au-dessous de moi notre hôte et sa femme parler et se disputer; et prêtant l'oreille par la cheminée qui communiquait avec celle d'en bas, je distinguai parfaitement...
Page 201 - L'appeler, faire du bruit, je n'osais; m'échapper tout seul, je ne pouvais; la fenêtre n'était guère haute, mais en bas deux gros dogues hurlant comme des loups... En quelle peine je me trouvais, imaginez-le, si vous pouvez. Au bout d'un quart d'heure qui fut long...
Page 201 - ... où nous allions, qui nous étions; Français, imaginez un peu! chez nos plus mortels ennemis , seuls, égarés , si loin de tout secours humain! et puis pour ne rien omettre de ce qui pouvait nous perdre , il fit le riche , promit à ces gens pour la dépense, et pour nos guides le lendemain, ce qu'ils voulurent.
Page 69 - Point du tout, dit M. le Prince, ne vous fâchez point, tout va bien. » Minuit vint ; le feu d'artifice ne réussit pas, il fut couvert d'un nuage ; il coûtait seize mille francs. A quatre heures du matin Vatel s'en va partout, il trouve tout endormi ; il rencontre un petit pourvoyeur, qui lui apportait seulement deux charges de marée ; il lui demande : • Est-ce là tout ? — Oui, monsieur.
Page 202 - Au bout d'un quart d'heure qui fut long, j'entends sur l'escalier quelqu'un, et par les fentes de la porte, je vis le père, sa lampe dans une main, dans l'autre un de ses grands couteaux. Il montait , sa femme après lui ; moi derrière la porte : il ouvrit ; mais avant d'entrer il posa la lampe que sa femme vint prendre; puis il entre pieds nus, et elle de dehors lui disait à voix basse, masquant avec ses doigts le trop de lumière de la lampe : doucement, va Doucement.
Page 90 - ... pas si désolé. La confiance peut revenir; une place peut être rendue. — Eh bien ! s'agit-il de me renvoyer dans mon pays? — Ce serait une contrariété; mais avec vos richesses on est bien partout.
Page 204 - Quelles gens ? lui repartis-je ; et dans le vrai je croyais que tout le monde eût perdu le sens. Il me répondit: « Effectivement je crois que ce pourrait bien être des diables. » Comme nous avions déjà fait cinq ou six pas du côté de la Savonnerie et que nous étions par conséquent plus proches du spectacle, je commençai à entrevoir quelque chose et ce qui m'en parut fut une longue procession de fantômes noirs qui me donna d'abord plus d'émotion qu'elle n'en avait donné à M. de Turenne,...
Page 121 - ... conter sa vie, ses plaisirs, ses peines, comme un voyageur oisif qui n'a pas mieux à faire. Ce conducteur qui était tout jeune, lui exposa naïvement les particularités de son obscure existence, et surtout le chagrin qu'il éprouvait de ne pouvoir, faute d'un peu d'aisance, épouser l'une des filles de cette vallée. Le premier consul, tantôt l'écoutant, tantôt questionnant les passants dont la montagne était remplie, parvint à l'hospice, où les bons religieux le reçurent avec empressement....
Page 214 - Il voit briller partout les flambeaux et les armes, Son palais embrasé, tout un peuple en alarmes, Ses serviteurs sanglants dans la flamme étouffés, Les meurtriers en foule au carnage échauffés, Criant à haute voix: "Qu'on n'épargne personne: "C'est Dieu, c'est Médicis, c'est le roi qui l'ordonne!
Page 69 - Monseigneur, votre bonté m'achève ; je sais que le rôti a manqué à deux tables.» « Point du tout, dit M. le Prince ; ne vous fâchez point : tout va bien.

Bibliographic information