Les soupers de la Maréchale de Luxembourg: dédiés a M. le vicomte de Larochefoucauld, Volume 1

Front Cover

From inside the book

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 31 - Or sus, Mesdames, la compassion et la charité vous ont fait adopter ces petites créatures pour vos enfants. Vous avez été leurs mères selon la grâce, depuis que leurs mères selon la nature les ont abandonnés. Voyez maintenant si vous voulez aussi les abandonner. Cessez d'être leurs mères, pour devenir à présent leurs juges : leur vie et leur mort sont entre vos mains.
Page 30 - Landry, vingt sous la pièce, et on les donnait » par charité , disait-on , aux femmes malades qui * avaient besoin de ces innocentes créatures pour » leur faire sucer un lait corrompu. Ces enfans , » que le gouvernement abandonnait à la pitié » publique, périssaient presque tous, et ceux qui » échappaient par hasard à tant de dangers étaient \ » introduits furtivement dans des familles opu...
Page 195 - Pourquoy de mesmes n'estimons nous un homme par ce qui est sien ? Il a un grand train, un beau palais, tant de crédit, tant de rente : tout cela est autour de luy, non en luy. Vous...
Page 193 - ... c'est un monstrueux assemblage d'une morale fine et ingénieuse et d'une sale corruption. Où il est mauvais, il passe bien loin au delà du pire; c'est le charme de la canaille : où il est bon , il va jusqu'à l'exquis et à l'excellent, il peut être le mets des plus délicats.
Page 226 - A quoi bon tant d'efforts , de larmes et de cris , Cotin , pour faire ôter ton nom de mes ouvrages ? Si tu veux du public éviter les outrages , Fais effacer ton nom de tes propres écrits.
Page 198 - Le parler que j'aime, c'est un parler simple et naïf, tel sur le papier qu'à la bouche ; un parler succulent et nerveux, court et serré, non tant délicat et peigné comme véhément et brusque...
Page 33 - L'homme est exempt de la Parque; Et ce qui porte leur marque Demeure éternellement. Par elles traçant l'histoire De tes feûts laborieux, Je défendrai ta mémoire Du trépas injurieux; Et, quelque assaut que te fasse L'oubli, par qui tout s'efface, Ta louange, dans mes vers D'amarante couronnée, N'aura sa fin terminée Qu'en celle de l'univers. ODE A M.
Page 197 - Arrivez-y sur le point de leur office, vous n'oyez que cris, et d'enfants suppliciés, et de maîtres enivrés en leur colère. Quelle manière pour éveiller l'appétit envers leur leçon à ces tendres âmes et craintives, de les y guider d'une trogne effroyable, les mains armées de fouets! Inique et pernicieuse forme.
Page 32 - ... temps de prononcer leur arrêt, et de savoir si vous ne voulez plus avoir de miséricorde pour eux . Ils vivront si vous continuez d'en prendre un soin charitable, et ils mourront si vous les délaissez.
Page 31 - Cessez d'être leurs mères pour devenir à présent leurs juges; leur vie et leur mort sont entre vos mains; je m'en vais prendre les voix et les suffrages; il est temps de prononcer leur arrêt et de savoir si vous ne voulez plus avoir de miséricorde pour eux. Ils vivront si vous continuez d'en prendre un charitable soin; et, au contraire, ils mourront et périront infailliblement si vous les abandonnez; l'expérience ne vous permet pas d'en douter.

Bibliographic information