Oeuvres de Massillon: ci-devant prêtre de l'ortoire, évêque de Clermont l'un des quarante de l'Académie Françoise, Volume 2

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 423 - ... royaume devint ensuite l'héritage de leurs successeurs; mais ils le durent originairement au consentement libre des sujets. Leur naissance seule les mit ensuite en possession du trône ; mais ce furent les suffrages publics qui attachèrent d'abord ce droit et cette prérogative à leur naissance. En un mot , comme la première source de leur autorité vient de nous, les rois n'en doivent faire usage que pour nous. Les flatteurs , Sire, vous rediront sans cesse que vous êtes le maître, et...
Page 387 - ... ce n'est de ses malheurs et de ses inquiétudes. Ce n'est pas tout : de l'ambition naissent les jalousies dévorantes ; et cette passion si basse et si lâche est pourtant le vice et le malheur des grands. Jaloux de la réputation d'autrui , la gloire qui ne leur appartient pas est pour eux comme une tache qui les flétrit et qui les déshonore. Jaloux des grâces qui tombent à côté d'eux , il semble qu'on leur arrache celles qui se répandent sur les autres.
Page 135 - ... plus qu'un songe, qu'un éclair qui a disparu, et que chaque jour efface même de votre souvenir. Qu'est-ce donc que le peu de chemin qui vous reste à faire ? croyons-nous que les jours à venir aient plus de réalité que les passés? les années paraissent longues quand elles sont encore loin de...
Page 387 - Aujourd'hui, hélas ! l'impiété est presque devenue un air de distinction et de gloire : c'est un titre qui honore , et souvent on se le donne à soi-même par une affreuse ostentation, tandis que la conscience n'ose encore secouer le joug, et nous le refuse.
Page 16 - Massillon à l'harmonie la plus séduisante et la plus douce, en emprunte encore des graces naturelles ; et, ce qui met le comble au charme que fait éprouver ce style enchanteur, on sent que tant de beautés ont coulé de source , et n'ont rien coûté à celui qui les a produites.
Page 444 - Cour, sur-tout , où cette vérité n'a pas besoin de preuve. Quelle est la vie la plus brillante où l'on ne trouve des taches? Où sont les victoires, qui n'aient une de leurs faces peu glorieuse au vainqueur? Quels sont les succès, où les uns ne prêtent au hasard les mêmes événemens , dont les autres font honneur aux talens et à la sagesse?
Page 400 - ... c'est un plaisir qui ne s'u>e point : plus on le goûte, plus on se rend digne de le goûter. On s'accoutume à sa prospérité propre, et on y devient insensible; mais on sent toujours la joie d'être l'auteur de la prospérité...
Page 422 - SIHE, un Grand, un Prince n'est pas né pour lui seul ; il «e doit à ses sujets ; les peuples en l'élevant lui ont confié la puissance et l'autorité, et se sont réservé en échange ses soins, son temps, sa vigilance. Ce n'est pas une idole qu'ils ont voulu se faire pour l'adorer ; c'est un surveillant qu'ils ont mis à leur tête pour les protéger et pour les défendre : ce n'est pas de ces divinités inutiles...
Page 397 - ... qui excuse leurs chagrins bizarres et leurs caprices ; qu'il leur soit plus permis d'être fâcheux, inquiets, inabordables, parce qu'ils sont plus heureux-; qu'ils regardent comme un droit acquis à la prospérité d'accabler encore du poids de leur humeur des malheureux qui gémissent déjà sous le joug de leur autorité et de leur puissance...
Page 501 - J'admire ses talents, j'en déteste l'usage; Sa parole est un feu , mais un feu qui ravage , Dont les sombres lueurs brillent sur des débris. Tout , jusqu'aux vérités , trompe dans ses écrits ; Et du faux et du vrai ce mélange adultère Est d'un sophiste adroit le premier caractère.

Bibliographic information