Page images
PDF
EPUB
[ocr errors][merged small]

ARISTIONE, princesse, mère d'Ériphile.
ÉRIPHILE, fille de la princesse.
CLÉONICE, confidente d'Ériphile.
CHORÈBE, de la suite de la princesse.
IPHICRATE,
TIMOCLÈS, S a

amants magnifiques.
SOSTRATE, géneral d'armée, amant d'Ériphile.
CLITIDAS, plaisant de cour, de la suite d'Ériphile.
ANAXARQUE, astrologue.
CLÉON, fils d'Anaxarque.
UNE FAUSSE VÉNUS, d'intelligence avec Anaxarque.

La scène est en Thessalie, dans la délicieuse vallée de Tempe.

[ocr errors]
[graphic]
[ocr errors]
[ocr errors]

Dessin de F. Boucher.

Grave par Laur. Cars. LES AMANTS MAGNIFIQUES ARISTIONE. — Ma fille, les dieux imposent silence à tous nos raisonnements.

(Acte IV, sc. 11.)

MOLIÈRE - 1

LES AMANTS MAGNIFIQUES

- 1670

PREMIER INTERMÈDE

Le théâtre s'ouvre à l'agréable bruit de quantité d'instruments; et d'abord il offre aux yeux une vaste mer bordée de chaque côté de quatre grands rochers, dont le sommet porte chacun un fleuve accoudé sur les marques de ces sortes de déités. Au pied de ces rochers sont douze tritons de chaque côté, et dans le milieu de la mer quatre amours montés sur des dauphins, et derrière eux le dieu Eole, élevé au-dessus des ondes sur un petit nuage. Eole commande aux vents de se retirer; et, tandis que quatre amours, douze tritons et huit fleuves lui répondent, la iner se calme, et du milieu des ondes on voit s'élever une île. Huit pêcheurs sortent du fond de la mer avec des nacres de perles et des branches de corail, et, après une danse agréable, vont se placer chacun sur un rocher au-dessous d'un fleuve. Le chwur de la musique annonce la venue de Neptune ; et, tandis que ce dieu danse avec sa suite, les pêcheurs, les tritons et les fleuves accompagnent ses pas de gestes différents et de bruits de conques de perles. Tout ce spectacle est une magnifique galanterie dont l'un des princes régale sur la mer la promenade des princesses.

PREMIÈRE ENTRÉE DE BALLET : NEPTUNE ET SIX DIEUX MARINS.

DEUXIÈME ENTRÉE DE BALLET : HUIT PÊCHEURS DE CORAIL,

Vers chantés.

Récit d'ÉOLE.
Vents qui troublez les plus beaux jours,
Rentrez dans vos grottes profondes,
Et laissez régner sur les ondes
I.es zéphyrs et les amours.

UN TRITON.
Quels beaux yeux ont percé nos demeures humides ?
Venez, venez, tritons ; cachez-vous, néréides.

TOUS LES TRITONS.
Allons tous au-devant de ces divinités,
Et rendons par nos chants hommage à leurs beautés.

UN AMOUR.
Ah ! que ces princesses sont belles ! .

[ocr errors]

UN AUTRE AMOUR.
Quels sont les cours qui ne s'y rendraient pas ?

UN AUTRE AMOUR,
Là plus belle des immortelles,
Notre mère, a bien moins d'appas.

CHEUR.
Allons tous au-devant de ces divinités,
Et rendons par nos chants hommage à leurs beautés.

UN TRITON.
Quel noble spectacle s'avance !
Neptune le grand Dieu, Neptune avec sa cour

Vient honorer ce beau jour
De son auguste présence.

CHEUR.

Redoublons nos concerts, Et faisons retentir dans le vague des airs

Notre réjouissance.

POUR LE ROI, représentant Neptune. Le ciel, entre les dieux les plus considérés, Me donne pour partage un rang considérable Et, me faisant régner sur les flots azurés, Rend à tout l'univers mon pouvoir redoutable. Il n'est aucune terre, à me bien regarder, Qui ne doive trembler que je ne m'y répande, Point d'Etats qu'à l'instant je ne puisse inonder Des flots impétueux que mon pouvoir commande. Rien n'en peut arrêter le fier débordement, Et d'une triple digue à leur force opposée On les verrait forcer le ferme empêchement Et se faire en tous lieux une ouverture aisée. Mais je sais retenir la fureur de ces flots Par la sage équité du pouvoir que j'exerce, Et laisser en tous lieux, au gré des matelots, La douce liberté d'un paisible commerce. On trouve des écueils parfois dans mes Etats, On voit quelques vaisseaux y périr par l'orage ; Mais contre ma puissance on n'en murmure pas. Et chez moi la vertu ne fait jamais naufrage

Pour Monsieur le Grand ', représentant un dieu marin. L'empire où nous vivons est fertile en trésors, Tous les mortels en foule accourent sur ses bords, Et, pour faire bientôt une haute fortune, Il ne faut rien qu'avoir la faveur de NEPTUNE.

1. Monsieur le Grand est le grand écuyer.

« PreviousContinue »