Page images
PDF
EPUB
[blocks in formation]

L'Abbé Darrigol,

Supérieu du grand Séminaire de Bayoune.

Monsieur,

Si la vérité et la bonne foi étoient perdues sur la terre, disoit, le Pooi Jean, ce seroit dans le coeur et dans la bouche des Peois qu'il faudroit les chercher. Elles ne sont pas encore perdues ces vertus héroïques, et (sans élever

nos

regards jusques à la majesté du trône), pour se former l'idée d'un coeur noble et excellent, éloigné de toute difsimulation, incapable de donner des marques

d'affection,

qu'il n'en soit réellement pénétré, il suffit, Monsieur, de vous

envisager.

Cel est le premier hommage que je me plais à vous rendre. Il en est un second que je me crois également fondé à vous adresser. C'est que si jamais le flambeau de la langue des Cantabres venoit à s'éteindre (et il faut avouer qu'il palet de jour en jour), ce seroit aux lumières du Clergé qu'il faudroit le rallumer. C'est le Clergé qui

a

conserve

é jusqu'ici ce précieux dépôt; témoin la Grammaire et le Dictionnaire du R. P. Larramendi, la traduction de l'Imitation par le savant cure Chourio, le Gueroco quero de l'eloquent Axular, etc.

dejä

Mais pourquoi remonter à des temps si recules! En vous confiant la direction de ces jeunes Levites, qui doivent fournir un jour à l'Eglise de pieux et savans défenseurs, le venerable Prélat la Providence a que

n

sous

a été

placé à la tête de votre Diocèse, n'a-t-il pas voulu, juste appréciateur du mérite, recompenser vos vertus et vos talens! Sans parler de vos autres travaux; personne ignore que, peu satisfait du point de vue lequel la Grammaire basque considérée jusqu'ici, vous vous publier sur cet objet un aperçu nouveau et lumineux, qui, si de plus sérieuses occupations 'en eussent pas retardé l'impression, seulement m'eût été d'un très-grand. dans mes recherches, mais encore m

proposez de

n en

non

m auroit

sans doute fait renoncer à l'idée de composer Grammaire basque.

une

secours

Plusieurs de vos compatriotes regarderont peut-être comme un phenomene l'apparition d'une Grammaire basque composée par Parisien; je les prie de croire que, que, si dérobé quelques instans à mes études grecques et hébraïques, pour m'occuper du basque,

J

un

αί

mon

principal but a été de répandre le goût de cette belle langue trop peu connue; et que, si mon travail obtient l'approbation des personnes dont j'honore les vertus et les lumières, ce sera pour moi la récompense la plus flatteuse.

Agréez,

Monsieur,

l'assurance de ma considération distinguée..

Fil. Lécluse, de Paris.

Coulouse, Août 1826.

cr 4.

« PreviousContinue »