Mémoires de Gaspard de Saulx, seigneur de Tavannes, Volume 3

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 305 - ... principal de l'action , il les falloit « couper, à ce que les racines ne restassent; aussi, «s'il n'estoit juste, il falloit s'en distraire du tout, « et n'entreprendre rien ; au contraire que si on «rompoit les lois, il falloit les violer entièrement « pour sa seureté, le péché étant aussi grand pour «peu que pour beaucoup.
Page 186 - CHARLES , par la grace de Dieu , roy de France , à tous ceux qui ces presentes lettres verront, salut. Comme...
Page 279 - ... feufs roys , dont le Roy d'à present est heretier, non seulement des biens , mais des affections, et quitter ses vrays amis , les Anglais , Huguenots , Flamands et Allemands , avec lesquels son pere a reconquis son royaume, et sauvé des practiques espagnolles , pour s'allier aux Espagnols où il n'ya grande seurté; que les princes proposent leur profit et utilité aux alliances qu'ils prennent, et que la guerre estant commencée nonobstant icelle alliance , il seroit dangereux que les Espagnols...
Page 205 - SI le roy Henry IV eust vescu , ayruant les bastiments comme il faisoit, il pouvoit en faire un remarquable , achevant le corps de logis du Louvre, dont le grand escalier ne marque que la moitié , et au bout d'iceluy faire une mesme gallerie que celle qui est à la sortie de sa chambre en tirant vers...
Page 388 - ... vous sans peril ; casser la moitié des officiers, vous auriez plus d'argent et de bonne justice. Si vous entreteniez quatre mil hommes d'armes sous les plus fideles capitaines de vostre Estat , qui commanderoient par commission aux compagnies , sans en avoir pas une affectée à eux, vous ne demeureriez en proye à vos ennemis par faute d'aguerriment , et contenteriez plus de gentils-hommes que de donner les quatre cens pensions que vous donnez. Si vous ne secouriez les rebelles voisins, les...
Page 114 - A quoy fut respondu par ledict sieur de Tavannes, que le logis ne luy estoit donné sinon pour sa commodité, et non pour combattre ; que le lieu du combat estoit avec les autres en bataille, et que (sauf son meilleur...
Page 282 - ... encore qu'elle se fist sur le Turc ou More , estimant les Français plus rudes ennemis qu'eux : ainsi seroit tousjours ouvrir la guerre s'il entreprend quelque chose plus loing, comme du royaume de Fetz , où autrefois les Espagnols estans allez en gros y ont esté battus , et ores qu'ils y prinssent pied en se fortifiant sur le bord de la mer, les vivres manqueront s'ils ne sont secourus, et faut une autre armée pour cela. Le capitaine Piton avec le jeune Tardes y allerent aussi avec des forces...
Page 297 - Le tocsain du palais point avec le jour, tout se croise, tout s'esmeut, tout s'excite, et cherchent colere : le sang et la mort courent les rues en telle horreur , que Leurs Majestez mesmes , qui en estoient les auteurs, ne se pouvoient garder de peur dans le Louvre : tous Huguenots indifferemment sont tuez, sans faire aucune defence.
Page 198 - Sainct-Barthelemy, qui n'estoit pas seulement pourpensée, et dont la naissance vint de l'imprudence huguenotte. La petite faveur de Lignerolles chassée par la plus grande de Villequier de chez M. d'Anjou, il se donne au roy Charles imprudemment, discourt aux despens de la Roy ne -mere, luy propose de sortir de tutelle.
Page 144 - ... à force de coups d'espées que ledict sieur de Tavannes donne sur le casque d'un enseigne, il les fait charger, et passant les uns parmy les autres , tous les escadrons français , reistres et italiens estoient fort rompus ; et luy, treuvant un escadron d'Huguenots entier, un de ses gens dit : « Monsieur, il faudroit charger ceux-cy. « N'estant que luy quatriesme passé au travers de la charge , il se prit à rire et respondit : « Sera donques toy et « moy qui les chargerons, car nous ne...

Bibliographic information