Fables choisies, à l'usage des enfans [ed.] par L. Chambaud

Front Cover
Louis Chambaud, James Roscoe Mongan
1861

From inside the book

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Common terms and phrases

Popular passages

Page 93 - Un trésor est caché dedans. Je ne sais pas l'endroit; mais un peu de courage Vous le fera trouver, vous en viendrez à bout. Remuez votre champ dès qu'on aura fait l'oût. Creusez, fouillez, bêchez, ne laissez nulle place Où la main ne passe et repasse.
Page 91 - LA CIGALE ET LA FOURMI La Cigale, ayant chanté Tout l'Été, Se trouva fort dépourvue Quand la bise fut venue. Pas un seul petit morceau De mouche ou de vermisseau. Elle alla crier famine Chez la Fourmi sa voisine, La priant de lui prêter Quelque grain pour subsister Jusqu'à la saison nouvelle. Je vous paierai, lui dit-elle, Avant l'Oût, foi d'animal, Intérêt et principal.
Page 92 - S'enfla si bien qu'elle creva. Le monde est plein de gens qui ne sont pas plus sages : Tout Bourgeois veut bâtir comme les grands Seigneurs, Tout petit Prince a des Ambassadeurs, Tout Marquis veut avoir des Pages.
Page 93 - Creusez, fouillez, bêchez; ne laissez nulle place Où la main ne passe et repasse. » Le père mort, les fils vous retournent le champ, Deçà, delà, partout; si bien qu'au bout de l'an II en rapporta davantage. D'argent, point de caché. Mais le père fut sage De leur montrer, avant sa mort, Que le travail est un trésor.
Page 91 - Que faisiez-vous au temps chaud?' Dit-elle à cette emprunteuse. 'Nuit et jour, à tout venant, Je chantais, ne vous déplaise.' — 'Vous chantiez? J'en suis fort aise. Eh bien, dansez maintenant!
Page 102 - Et qu'elle eût voulu profiter. Enfin aucun oiseau n'avait l'art de lui plaire, Et, dès qu'ils commençaient leurs joyeuses chansons, Par des coups de sifflet répondant à leurs sons, Le perroquet les faisait taire. Lassés de tant d'affronts, tous les oiseaux du bois Viennent lui dire un jour : « Mais parlez donc, beau sire, Vous qui sifflez toujours, faites qu'on vous admire. Sans doute vous avez une brillante voix ; Daignez chanter pour nous instruire.
Page 98 - L'insecte vainement cherche à leur échapper; II devient bientôt leur conquête. L'un le saisit par l'aile, un autre par le corps; Un troisième survient, et le prend par la tête.
Page 93 - Travaillez, prenez de la peine. C'est le fonds qui manque le moins. Un riche laboureur, sentant sa mort prochaine, Fit venir ses enfants, leur parla sans témoins. Gardez-vous, leur dit-il, de vendre l'héritage Que nous ont laissé nos parents : Un trésor est caché dedans. Je ne sais pas l'endroit ; mais un peu de courage Vous le fera trouver : vous en viendrez à bout. Remuez...
Page 96 - Un jeune prince , avec son gouverneur, Se promenait dans un bocage , Et s'ennuyait , suivant l'usage ; C'est le profit de la grandeur. Un rossignol chantait sous le feuillage . Le prince l'aperçoit, et le trouve charmant; Et comme il était prince , il veut dans le moment L'attraper et le mettre en cage. Mais pour le prendre il fait du bruit, Et l'oiseau fuit.
Page 99 - D'abord il aima son image ; Et puis par un travers bien digne d'un enfant , Et même d'un être plus grand , II veut outrager ce qu'il aime , Lui fait une grimace , et le miroir la rend. Alors son dépit est extrême ; II lui montre un poing menaçant , II se voit menacé de même.

Bibliographic information