Pensées de Pascal publiées dans leur texte authentique avec un commentaire suivi et une étude littéraire par Ernest Havet ...

Front Cover
Dezobry et E. Magdeleine, 1852 - Apologetics - 547 pages

From inside the book

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents

APÔTRES Nont pu être trompés ni trom de meilleure maison 65 note
6
TÉMÉRITÉ La témérité du hasard pour lhomme 91 Vanité des sciences
8
Chiffre Le chiffre à deux sens 213 82
13
ABOMINABLE Si cest toi cest un abomi ALLIANCE Dans la nature tout lombe sous
15
ÉGALER Deux sortes de gens égalent les Etre Chaque bomme a son étre imaginai
23
Acte Le dernier acte est sanglant quel Ami Comment on parle de ses amis 29
29
Raison La raison et les sens se trompent à RENVERSEMENT Renversement continuel
62
330 Voyez FANTAISIE et SUISSES Préfèrent la roture à la noblesse
65
Assiette La position dans laquelle on est Recherche du vrai bien 366 note 7
66
ATHÉES Les athées doivent dire des cho BORNES Il ny a point de bornes dans
72
Devoir On rend différents devoirs aux leau?
73
EGALITÉ Légalité des biens est juste Lêtre ne peut se définir p xl et 446
74
re 375 cf p XLVIII Cest le mystère
94
Laguais all a quatre laquais 64 cf 68 te 2
95
ELOQUENCE Léloquence continue en lemploi des exemples comme preuves
103
LE MAÎTRE M 320 MASQUER Des gens qui masquent la
109
ENNUI Est la condition naturelle de lhom poétique
112
Raison des effets 62 notes 1 et 5 63 no RIVIÈRES Les rivières sont des chemins
116
ATTACHE Je nai pu y prendre dattache que de faire le brave contre Dieu
141
disent quils ont des secrets pour rendre nous mais selon elle 362 Après
162
RÈGLE La raison même nen est pas une Rome ce que jy condamne est condam
174
ENTREDEUX Les esprits dentredeux 49 Figures 166 note 8 197 nole 2 211
211
Païens Les vertus des païens ne nous inté physionomie quen accordant toutes
217
DÉVotion Différence énorme entre la dé
224

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 93 - La cause en est un je ne sais quoi (CORNEILLE) ; et les effets en sont effroyables. Ce je ne sais quoi, si peu de chose qu'on ne peut le reconnaître, remue toute la terre, les princes, les armées, le monde entier. Le nez de Cléopâtre, s'il eût été plus court toute la face de la terre aurait changé.
Page 4 - Que l'homme contemple donc la Nature entière dans sa haute et pleine majesté ; qu'il éloigne sa vue des objets bas qui l'environnent ; qu'il regarde cette éclatante lumière mise comme une lampe éternelle pour éclairer l'Univers...
Page 9 - Qu'il y voie une infinité d'univers, dont chacun a son firmament, ses planètes, sa terre, en la même proportion que le monde visible...
Page 306 - Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta pensée. C'est le premier et le plus grand commandement. Et voici le second, qui lui est semblable : Tu aimeras ton prochain comme toi-même.
Page 130 - Nous connaissons la vérité, non seulement par la raison, mais encore par le cœur; c'est de cette dernière sorte que nous connaissons les premiers principes, et c'est en vain que le raisonnement qui n'ya point de part essaye de les combattre.
Page 23 - L'homme n'est qu'un roseau le plus faible de la nature, mais c'est un roseau pensant. Il ne faut pas que l'univers entier s'arme pour l'écraser. Une vapeur, une goutte d'eau, suffit pour le tuer. Mais quand l'univers l'écraserait, l'homme serait encore plus noble que ce qui le tue, parce qu'il sait qu'il meurt; et l'avantage que l'univers a sur lui, l'univers n'en sait rien.
Page 77 - II est juste que ce qui est juste, soit suivi, -il est nécessaire que ce qui est le plus fort soit suivi. La justice sans la force est impuissante ; la force sans la justice est tyrannique.
Page 53 - ... tout le malheur des hommes vient d'une seule chose , qui est de ne savoir pas demeurer en repos dans une chambre.
Page 135 - Toutes nos actions et nos pensées doivent prendre des routes si différentes, selon qu'il y aura ' des biens éternels à espérer ou non , qu'il est impossible de faire une démarche avec sens et jugement, qu'en la réglant par la vue de ce point, qui doit être notre dernier...
Page 147 - Parlons maintenant selon les lumières naturelles. S'il ya un Dieu, il est infiniment incompréhensible , puisque, n'ayant ni parties ni bornes, il n'a nul rapport à nous : nous sommes donc incapables de connaître ni ce qu'il est, ni s'il est.

Bibliographic information