Oeuvres choisies: Politique tirée des propes paroles de l'Escriture Sainte. Histoire des variations des églises protestantes

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Common terms and phrases

Popular passages

Page 113 - Ramassez tout ce qu'il ya de grand et d'auguste, voyez un peuple immense réuni en une seule personne; voyez cette puissance sacrée, paternelle et absolue ; voyez la raison secrète qui gouverne tout le corps de l'État, renfermée dans une seule tête : vous voyez l'image de Dieu, et vous avez l'idée de la majesté royale.
Page 2 - Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta pensée. C'est le premier et le plus grand commandement. Et voici le second, qui lui est semblable : Tu aimeras ton prochain comme toi-même.
Page 3 - Et Dieu créa l'homme à son image; il le créa à l'image de Dieu: il les créa mâle et femelle.
Page 111 - Le prince, en tant que prince, n'est pas regardé comme un prince particulier : c'est un personnage public, tout l'État est en lui ; la volonté de tout le peuple est renfermée dans la sienne. Comme en Dieu est réunie toute perfection et toute vertu, ainsi toute la puissance des particuliers est réunie en la personne du prince.
Page 289 - Je vois, disoit-il, que la cognée est à la racine, l'arbre penche; et au lieu de le soutenir pendant qu'on le pourrait encore, nous le précipitons à terre.
Page 111 - Quelle grandeur qu'un seul homme en contienne tant ! La puissance de Dieu se fait sentir en un instant de l'extrémité du monde à l'autre : la puissance royale agit en même temps dans tout le royaume. Elle tient tout le royaume en état, comme Dieu y tient tout le monde. Que Dieu retire sa main , le monde retombera dans le néant : que l'autorité cesse dans le royaume, tout sera en confusion.
Page 283 - Après cela, d'aller faire le neutre et l'indifférent à cause que j'écris une histoire, ou de dissimuler ce que je suis quand tout le monde le sait, et que j'en fais gloire, ce serait faire au lecteur une illusion trop grossière...
Page 20 - Si l'on est obligé d'aimer tous les hommes , et qu'à vrai dire il n'y ait point d'étranger pour le chrétien , à plus forte raison doit-il aimer ses concitoyens. Tout l'amour qu'on a pour soi-même , pour sa famille , et pour ses amis , se réunit dans l'amour qu'on a pour sa patrie , où notre bonheur et celui de nos familles et de nos amis est renfermé.
Page 182 - Il est absolu par rapport à la contrainte, n'y ayant aucune puissance capable de forcer le souverain qui, en ce sens, est indépendant de toute autorité humaine.
Page 11 - Selon ce droit primitif de la nature, nul n'a de droit particulier sur quoi que ce soit et tout est en proie à tous.

Bibliographic information