Page images
PDF
EPUB

DC179

Historis
SATHER

Le titre de ce livre fera probablement naître cette question dans l'esprit du lecteur :

« Comment peut-il se faire que le nom des Girondins soit associé aux noms des assassins de Septembre, et que l'histoire d'un grand parti soit mêlée à l'histoire d'un grand crime ? )

La lecture du livre répondra à cette question, et résoudra ce problème.

Pris comme homme, chaque membre du parti de la Gironde aurait reculé d'horreur devant l'idée de faire massacrer, à prix d'argent, par quelques bandits, environ cinq cents nobles, prêtres, bourgeois, auxquels on n'avait rien à reprocher que leur opinion, et de couronner ce forfait par une boucherie générale des voleurs, des pauvres, des aliénés, des femmes et des enfants en correction, , enfermés dans les prisons de Paris : pris ensemble, et considérés comme parti, les Girondins qui

957117

étaient alors respectés, quoique sur le déclin de leur puissance, laissèrent les massacres s'accomplir librement au milieu de Paris, parce qu'ils avaient l'ambition et l'espoir d'élever leur domination sur les décombres sanglants de la monarchie.

Les Girondins, sur lesquels un grand poëte a répandu, de notre temps, les couleurs de sa palette et les illusions de son esprit, appartiennent à un type éternel des révolutions humaines : ils étaient de cette variété d'ambitieux qui vont chercher dans les forces extérieures et déréglées un bélier dont ils frappent et renversent le gouvernement de leur pays, lorsqu'ils n'ont pas réussi à le vaincre par le jeu régulier des institutions. Ils détruisent presque toujours les pouvoirs établis et ils ne les remplacent presque jamais, supplantés qu'ils sont habituellement par leurs auxiliaires, devenus rapidement leurs maîtres.

Aux époques spécialement militaires, les grands ambitieux de cette espèce s'appellent Coriolan ou le connetable de Bourbon; sous le régime des assemblées politiques, ils se nomment Caïus Gracchus ou Mirabeau.

Un exemple récent aurait dû éclairer et arrêter les Girondins dans leur cuvre insensée, si, en politique, les fautes d'un parti profitaient jamais aux autres.

Les Constituants, pressés de dominer, s'étaient appliqués à vaincre la monarchie, à l'aide de forces extérieures, toujours plus ou moins désordonnées ; ils avaient créé une garde nationale parisienne, pour l'opposer à l'armée, et des clubs pour les opposer aux ministres ; mais à peine avaient-ils détruit la puissance royale, qu'ils s'aperçurent que l'ordre, la sécurité et les lois étaient détruits avec elle. Les ambitieux de la Constituante étaient donc arrivés à ce résultat, en fait d'autorité politique: ils avaient remplacé Versailles par le club des Jacobins.

Héritiers des Constituants, les Girondins suivront la même voie et recommenceront les mêmes fautes. Seulement, comme tout s'était aggravé, l'abîme

lans lequel ils tomberont sera plus profond; les Constituants n'avaient été qu'exilés, les Girondins seront égorgés.

On pourrait, à côté de chaque page des fautes de la Constituante, placer une page exactement pareille des fautes de la Législative.

[ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][ocr errors]

Comme elle, on la vit rompre sans cesse le cercle de ses attributions constitutionnelles, usurper sur les pouvoirs de la royauté; et lorsque Louis XVI lui opposa son droit ou sa conscience, l'Assemblée-eut recours, pour le soumettre, aux violences de l'émente.

Un roi plus habile, plus rompu aux affaires, ayant à la fois une doucenr moins débonnaire et une fermeté plus soutenue, aurait usé et affaibli, en les mettant aux prises avec les difficultés du gouvernement, les principaux de ces ambitieux, rêveurs

pour la plupart, et dont la plus ardente passion était de servir.

C'est en effet dans un dernier et violent effort pour s'imposer, comme ministres, au monarque vaincu, que les Girondins renversèrent la monarchie; et comme ils n'avaient pour principes que l'esprit de domination, ils poursuivirent le pouvoir à travers le sang et les apostasies, sans réussir à atteindre autre chose que la proscription, la mort et la honte.

Les massacres de Septembre sont la plus haute expression de ce que des ambitieux peuvent faire ou laisser faire d’horrible, en vue d'ar

« PreviousContinue »