Oeuvres complètes de Cicéron, Volume 4

Front Cover
J.J. Dubochet et Compagnie, 1843
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 352 - De tous les peuples du monde, le plus fier et le plus hardi, mais tout ensemble le plus réglé dans ses conseils, le plus constant dans ses maximes, le plus avisé, le plus laborieux, et enfin le plus patient, a été le peuple romain. De tout cela s'est formée la meilleure milice et la politique la plus prévoyante, la plus ferme et la plus suivie qui fut jamais.
Page 380 - Je vois donc que le sentiment des plus sages a été que la loi n'est point une imagination de l'esprit humain, ni une volonté des peuples, mais quelque chose d'éternel, qui doit régir le monde entier par la sagesse des commandements et des défenses.
Page 181 - Après avoir reçu les ambassadeurs de César avec toute la politesse chinoise , il s'informe secrètement par ses interprètes des usages, des sciences et de la religion de ce peuple romain, aussi célèbre dans l'Occident que le peuple chinois l'est dans l'Orient.
Page 89 - ... c'est donc par des notions empreintes dans nos âmes ou plutôt innées que nous comprenons qu'il ya des Dieux. Or tout jugement de la nature, quand il est universel, est nécessairement vrai.
Page 129 - Supposons des hommes qui eussent toujours habité sous terre dans de belles et grandes maisons , ornées de statues et de tableaux , fournies de tout ce qui abonde chez ceux que l'on croit heureux : supposons que, sans être jamais sortis de là , ils eussent pourtant entendu parler des Dieux ; et que tout d'un coup , la terre venant à s'ouvrir, ils quittassent leur séjour ténébreux pour venir demeurer avec nous.
Page 166 - Nimirum recte ; propter virtutem enim iure laudamur et in virtute recte gloriamur, quod non contingeret, si id donum a deo non a nobis haberemus. At vero aut honoribus aucti aut re familiari aut si aliud quippiam nacti sumus fortuiti boni aut depulimus mali, turn dis gratias agimus, turn nihil nostrae laudi adsumptum arbitramur.
Page 79 - Ce n'est plus я lui que nous pensons dans ces dialogues : on a l'esprit occupé uniquement des personnages qu'il met sur la scène. Tantôt un épicurien , qui attaque d'un air fanfaron toutes les autres sectes , pour nous débiter après cela du même air les plus grandes folies ; tantôt un Stoïcien grave, savant, éloquent...
Page 345 - ... régulièrement des accords variés; car de si grands mouvements ne peuvent s'accomplir en silence, et la nature veut que, si les sons aigus retentissent à l'une des extrémités, les sons graves sortent de l'autre.
Page 32 - Quoiqu'il en soit, l'homme toujours modéré, toujours égal, toujours en paix avec lui-même, jusqu'au point de ne se laisser jamais, ni accabler par le chagrin, ni abattre par la crainte, ni enflammer par de vains désirs, ni amollir par une folle joie, c'est là cet homme sage, cet homme heureux que je cherche. Rien sur la terre, ni d'assez formidable, pour l'intimider; ni d'assez estimable, pour lui enfler le cœur. Que verrait-il dans tout ce qui fait le partage des humains, qu'y verrait-il...
Page 378 - Sabine; oui , c'est en ce lieu que je suis né. Aussi je ne sais quel charme s'y trouve qui touche mon cœur et mes sens, et me rend peut-être ce séjour encore plus agréable.