L'Hermite de la Guiane ou observations sur les moeurs et les usages français au commencement du XIXe siècle, Volume 1

Front Cover
Pillet, 1816 - France
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 172 - FIGARO, vivement. Moi, j'entre ici, où, par la force de mon art, je vais, d'un seul coup de baguette, endormir la vigilance, éveiller l'amour, égarer la jalousie, fourvoyer l'intrigue, et renverser tous les obstacles.
Page 299 - L'entretien de Paris, le souhait des provinces, Le divertissement le plus doux de nos princes, Les délices du peuple, et le plaisir des grands...
Page 286 - L'orage a brisé le chêne Qui seul était mon soutien ; De son inconstante haleine Le zéphyr ou l'aquilon Depuis ce jour me promène De la forêt à la plaine, De la montagne au vallon . Je vais où le vent me mène; Sans me plaindre ou m'effrayer ; Je vais où va toute chose, Où va la feuille de rose, Et la feuille de laurier.
Page 341 - Il n'ya pas de pays où l'on pense plus de bien des femmes , et où l'on en dise plus de mal qu'en France; il est vrai qu'il n'ya pas de pays où l'on puisse trouver plus d'exemples pour justifier les éloges des uns et les satires des autres. Quand le mot femme signifie épouse, il est toujours précédé d'un pronom possessif. Les paysans seuls ont la bonne foi de dire noire femme.
Page 341 - Il ya des vieilles femmes des deux sexes. » FILLES. — Par un raffinement de corruption , ou ( pour parler le langage du monde) par un raffinement de politesse, ce mot fille signifie , ad libitum, ce qu'il ya de plus pur , ce qu'il ya de plus doux , ce qu'il ya de plus bas , ce qu'il ya de plus vil dans le sexe féminin.
Page 309 - Antoinette , qu'il l'est aujourd'hui d'oublier le beau siècle de Louis XIV ; et peut-être les favoris d'Euterpe diront-ils un jour le Siècle de Marie-Antoinette lorsqu'ils parleront de l'époque à laquelle parvint à sa plus grande gloire , Ce spectacle magique Où les beaux vers , la danse et la musique , De cent plaisirs font un plaisir unique. Hélas ! le grand maître qui avait dirigé le goût de Marie-Antoinette , le sensible Gluck était loin de penser , lorsqu'il faisait soupirer les...
Page 286 - DE ta tige détachée, Pauvre feuille desséchée, Où vas-tu? Je n'en sais rien. L'orage a brisé le chêne Qui seul était mon soutien. De son inconstante haleine, Le zéphyr ou l'aquilon, Depuis ce jour me promène De la forêt à la plaine, De la montagne au vallon.
Page 157 - Ires-familier et qu'il soutient avec autant d'esprit que de logique , c'est que la langue française est , sans aucune comparaison , la plus belle des langues modernes; peu s'en faut même qu'il ne lui donne la préférence sur le latin qui manque , à son avis, d'euphonie et de clarté; la langue française est, selon lui, celle qui se rapproche le plus du grec , c'est-à-dire , de la langue la plus parfaite qu'aient jamais parlée les hommes : je ne m'engagerai...
Page 300 - Schiller et les rapsodics de Kotzebuë. Notre supériorité à cet égard est incontestable ; cette partie de notre gloire nationale n'a reçu aucun échec : nous avons , par cela même , d'autant plus d'intérêt à la conserver. C'est dans cette vue , et dans ses différens rapports avec l'état actuel de la société, que j'examine aujourd'hui l'institution théâtrale , où je vois trois objets bien distincts : le théâtre ( pris dans son acception la plus étendue ) , les acteurs et les spectateurs....
Page 88 - ... solide, et fais choix d'un état Qu'ainsi que le talent le bon sens autorise, Qui te distingue, et non qui te singularise, Où le génie heureux brille avec dignité ; Tel qu'enfin le barreau l'offre à ta vanité. DAMIS. Le barreau ? M.

Bibliographic information