Page images
PDF
EPUB

OU

PETITS TRAITÉZ.

Le I. De la Hardiesse, & de la Crainte.

Le II. De l'Ingratitude.

Le III. Du Commerce.

Le IV. De la grandeur, & petitesse des Corps.

Le V. Des Couleurs.

Le VI. Du Menfonge.
Le VII. Des Monstres.

QUATRIEME PARTIE.

Tome III. Part. I.

А

[merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors][merged small][merged small][merged small]

La bonté dont il plút à vôtre Eminence d'ufer en recevant les derniers Opuscules que je lui dédiai, m'obligeroit toute seule à vous en présenter la suite, quand

je n'y serois porté que de ce seul motif. Mais comme je me sens vôtre redévable au delà de toute expresfron, Pon m'auroit reprocher l'ingratitude que je rends fi criminelle dans l'un de ces Traités, ha n’aiant rien pour l'heure de plus considérable, je ne vous eusse offert ce petit Travail. Les Livres des Anciens nous apprennent , qu'en reconnoissance d'une santé par

faite de tout le corps, ils se contentoient de présenter à Dieu leur chevelure qu'ils mettoient sur ses Autels. Je les imite fans idolatrie, MONSEIGNEUR, quand je consacre dans vôtre incomparable Bibliotheque un Ouvrage de fi peu de considération ; donnant à celle de qui je tiens tout ce que je fai, une portion de mes études, qui ne vaut que ce que mon Zéle la peut faire valoir. Car je ne suis pas meraire jusques-, de présumer que mes veilles doivent tant soit peu arrêter une Ame incefSamment agilinte, comme celle de vôtre Emi

L'on ne sauroit Sans crime la diver. tir des soins continuels qu'elle prend pour la grandeur de cette Monarchie. Et c'est allés à ceux qui me resemblent, de lui demander (comme je fais avec toute forte de respect) la faveur que ce qu'ils mettent au jour puifse avoir lieu dans ce Temple des Muses , parmi le nombre innombrable de volumes qui le rendent le plus auguste qui soit aujourd'hui dans le Monde. C'est se chantent tous les jours les Hymnes dûs à la gloire de vôtre Nom, comme au lieu paroît le plus manifestement l'inclination de vôtre Eminence pour les

nence.

1. Ethic. cap. 12,

Sciences, qui ne font jamais bien estimées ni protegées que par ceux qui les connoissent & les possédent. Mais parce que j'ai appris du plus celébre Autheur qui s'y trouve, qu’encore Arift. I. que les Vertus ordinaires reçoivent avec raifon beaucoup de loiunge, il y en a d'autres si élevées qu'elles ne sont pas lviiables, à cause qu'elles sont au dessus de ces mêmes loüanges; Je m'empêcherai bien d'entreprendre ici le moindre discours qui puisse être pris pour un Eloge médité. En effet, il n'y a point de termes qui me fatisfassent dans cette pensée. Tous ces grands surnoms de Héros n'ont point de proportion avec ce que je conçois. Et à moins que d'en trouver un qui signifie toutes les Vertus reünies ensemble, comme on veut que la Pantaure contienne toutes celles des autres pierres, je penserai toûjours mieux faire de laisfer vôtre mérite fans recommandation, que de lui donner des attributs trop au dessous de lui. L'on a dit d'un des grands Génies de l'Antiquité, mais de beaucoup inferieur à celui de vộtre Eminence, que fa gloire étoit : arrivée au point de ne pouvoir plus croitre par des paroles obligeantes, ni diminuer

par

« PreviousContinue »