Oeuvres de François de La Mothe La Vayer, Volume 3

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 403 - On mesurera mieux l'effet d'ironie produit par l'accumulation des trente-trois syllogismes - ponctués chacun de cette conclusion lapidaire : l'âme est immortelle - si l'on songe que Le Vayer fait ici ce qu'avait fait Niphus, l'adversaire de Pomponazzi : Pomponace le gausse là-dessus, disant qu'il avoit imité un Médecin de Milan, qui ordonna qu'on mit dans un bain de toutes les herbes d'un pré, se promettant qu'il s'y en trouveroit quelqu'une propre à guérir son malade ; & qu'il s'étoit servi...
Page 302 - ... la sceptique bien entendue fasse des blessures mortelles au Christianisme , puisqu'elle fait profession de tenir ses principales certitudes de la foi. Quant aux miracles , les pyrrhoniens étant accusés de les abolir tous , en défendant de déférer au rapport des sens , qui en sont les témoins , ils n'opèrent dans la religion que par la foi , aidée de la grâce , tant s'en faut qu'ils dépendent absolument des sens. Toutes les religions n'ont-elles pas publié leurs miracles ? Le moyen...
Page 389 - ... de l'Ame par tout ce qu'il en a écrit. ,,C'eft ce qui m'a toujours fait penfer qu'on ,.n'en pouvoit parler avec trop de...
Page 330 - Chagrine that un estomac debauche ne saurait faire son profit des meilleures viandes, qu'il corrompt au lieu de les tourner en bonne nourriture...
Page 129 - Fable couvre de trèsimportantes vérités, ne les cache pas tant d'un côté, qu'elle les rend plus considérables d'un autre ; de même que les ombres d'un tableau souvent servent moins à l'obscurcissement de ce que le Peintre ne veut pas faire voir tout à nud, qu'à donner de la clarté au reste de son ouvrage, & à le mettre dans une plus sensible lumière.
Page 403 - Le bon eft , qu'il n'étoit queftion, que de l'opinion d'Ariftote, laquelle en tout cas ne peut pas être plus préjudiciable à la vérité, que ce qu'il a écrit de l'éternité du monde, ou de la quinte -efTence des Cieux, dont on fe moque dans les Collèges.
Page 367 - Fabulinus en faveur de leurs enfants aussitôt qu'ils commençaient à parler, prévoyant bien que tout ce qu'ils diraient à l'avenir tiendrait plus de l'invention d'une fable divertissante que de la certitude d'une solide vérité.
Page 388 - Philofophes en ont bien parlé, c'a été feulement par une heureufe ignorance, & par une félicité aveugle, comme il arrive à ceux que la tempête jette heureufement dans le port.
Page 402 - Poftel, qu'on lait avoir eu de fort dangereux intervalles d'efprk, ce qu'il a oie dire , que le premier ne s'étoit engagé dans cette difpute, que pour complaire à un Souverain Pontife, dont il parle en de £#• »• très mauvais termes.
Page 14 - ... que les philofophes moraux nomment civile, reconnoit pour mobile la crainte de la honte. Telle étoit celle d'Hector quand il n'ofa rentrer avec...

Bibliographic information