Correspondance de Roger de Rabutin, comte de Bussy avec sa famille et ses amis (1666-1693) Nouvelle éd. revue sur les manuscripts et augmentée d'un très-grand nombre de letters inédites, Volume 5

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

User Review - Flag as inappropriate

Tome V : 1679-1686

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 548 - C'est un bâtiment qu'il faudrait reprendre par le pied ; il y aurait trop d'affaires à le réparer : et enfin, nous trouvions qu'il n'y avait qu'à prier Dieu pour eux; car nulle puissance humaine n'est capable de les éclairer. C'est le sentiment que j'aurai toujours pour un homme qui condamne le beau feu et les vers de Benserade , dont le roi et toute la cour a fait ses délices , et qui ne connaît pas les charmes des fables de la Fontaine.
Page 470 - J'aime toujours le P. Rapin; c'est un bon et un honnête homme. Il étoit soutenu du P. Bourdaloue, dont l'esprit est charmant, et d'une facilité fort aimable. Il s'en va, par ordre du Roi, prêcher à Montpellier, et dans ces provinces où tant de gens se sont convertis sans savoir pourquoi.
Page 203 - Je n'ai reçu , monsieur, que par le dernier ordinaire la lettre que vous m'avez fait l'honneur de m'écrire, car sans cela je vous aurois remercié plus tôt de la bonté que vous avez de prendre quelque part dans ce qui me regarde et mademoiselle de la Basinière ; si j'osois, je vous dirois que vous y êtes en quelque sorte obligé , puisqu'il ne se peut rien ajouter à l'estime qu'elle a pour vous non plus qu'à l'attachement avec lequel je serai toute ma vie votre très-humble et très-obéissant...
Page 30 - La cour est toute réjouie du mariage de M. le prince de Conti et de mademoiselle de Blois. Ils s'aiment comme dans les romans : le roi s'est fait un grand jeu de leur inclination : il parla tendrement à sa fille, et l'assura qu'il...
Page 485 - C'est à moi maintenant à travailler que cette grâce ne tourne point contre moi, en m'en rendant digne. Je vous assure que je ne plaindrai pas mes peines pour y réussir et me mettre en état de n'être point inutile à ceux qui me font l'honneur de...
Page 538 - Ne dites donc pas, s'il vous plaît, que M. de Benserade s'étoit acquis quelque réputation pendant le règne du mauvais goût; car outre que cette proposition est fausse, elle seroit encore criminelle. Pour les proverbes et les équivoques que vous lui reprochez, il n'en a jamais dit que pour s'en moquer. Enfin c'est un génie singulier qui a plus employé d'esprit dans les badineries qu'il a faites, qu'il n'y en a dans les poèmes les plus achevés.
Page 47 - ... et sur ce qu'il s'en défendit , ils lui donnèrent deux coups d'épée. Le roi ayant su cela a commandé à M. de Louvois de dire au duc de la Ferté de sa part toutes les infamies que mérite son action, et manda à M. de...
Page 134 - Paris, mes reproches ne vous auraient pas fait aller plus vite. La veuve heureuse ne l'a pas été à son ordinaire dans son affaire d'Auvergne. Elle partira d'ici le 10 juillet sans en avoir le jugement. Voyant la difficulté des audiences , elle a fait appointer son affaire et l'on lui va donner un rapporteur au premier jour. Il ya bien des gens qui disent qu'elle est plus heureuse que si elle avoit été jugée, car cela lui donne lieu de revenir à Paris cet hiver. Cependant comme elle n'a pas...
Page 470 - Les dragons ont été de très bons missionnaires jusqu'ici : les prédicateurs qu'on envoie présentement rendront l'ouvrage parfait. Vous aurez vu. sans doute, l'édit par lequel le roi révoque celui de Nantes. Rien n'est si beau que tout ce qu'il contient, et jamais aucun roi n'a fait et ne fera rien de plus mémorable
Page 474 - J'admire la conduite du roi pour ruiner les huguenots ; les guerres qu'on leur a faites autrefois et les Saint-Barthélemi ont multiplié et donné vigueur à cette secte. Sa Majesté l'a sapée petit à petit, et l'édit qu'il vient de donner, soutenu des dragons et des Bourdaloue, a été le coup de grâce.

Bibliographic information