Page images
PDF
EPUB

DE

STENDHAL

(HENRY BEYLE)

En vente :

1 vol.

2

1

DE L'AMOUR.
PROMENADES DANS ROME.
LA CHARTREUSE DE PARME.
LE ROUGE ET LE NOIR.
HISTOIRE DE LA PEINTURE EN ITALIE.
ROMANS ET NOUVELLES.
VIE DE Rossini.
VIES DE HAYDN, DE MOZART ET DE MÉTASTASE.
MÉMOIRES D'UN TOURISTE. Préface et la plus grande partie d'un

volume inédite. .

[ocr errors][merged small][merged small][merged small]

.

[ocr errors]

Sous presse :

1 vol.

[ocr errors]

ROME, NAPLES ET FLORENCE. Préface inédite.
CHRONIQUES ITALIENNES. L’Abbesse de Castro, Les Cenci,

- La Duchesse de Paliano, Vittoria Accoramboni, NOUVELLES, Vanina Vanini, Le Philtre, - Le Coffre et le

Revenant, etc., etc.
NOUVELLES INÉDITES..
MÉLANGES D'ART ET DE LITTÉLATURE, en grande partie inédits.
Et deux volumes de CORRESPONDANCE publiés pour la

[ocr errors][merged small][merged small]

première fois.

L'ARIS.- tur. shutos RAÇON ET COMP., 1, RUE D'ERCURT!!.

[merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors]

Les éditeurs propriétaires de cet ouvrage se réservent le droit de traduction

et de reproduction à l'étranger.

RẮCINE

ET

SHAKSPEARE

PREMIÈRE PARTIE

PRÉFACE.

Rien ne ressemble moins que nous aux marquis couverts d'habits brodés et de grandes perruques noires, coutant mille écus, qui jugèrent, vers 1670, les pièces de Racine et de Molière.

Ces grands hommes cherchérent à flatter le goût de ces marquis et travaillèrent pour eux.

Je prétends qu'il faut désormais faire des tragédies pour nous, jeunes gens raisonneurs, sérieux et un peu envieux, de l'an de grâce 1823. Ces tragédies-là doivent être en prose. De nos jours, le vers alexandrin n'est le plus souvent qu'un cache-sottise.

Les règnes de Charles VI, de Charles VII, du noble François ler, doivent être féconds pour nous en tragédies nationales d'un intérêt profond et durable. Mais comment peindre avec quelque vérité les catastrophes sanglantes narrées par Philippe de Comines, et la chronique scandaleuse de Jean de Troyes, si le mot pistolet ne peut absolument pas entrer dans un vers tragique ?

La poésie dramatique en est en France au point ou le célèbre David trouva la peinture vers 1780. Les premiers essais de ce génie audacieux furent dans le genre vaporeux et fade des Lagrénée, des Fragonard et des Vanloo. Il fit trois ou quatre tableaux fort applaudis. Enfin, et c'est ce qui lui vaudra l'immortalité, il s'aperçut que le genre niais de l'ancienne école française ne convenait plus au goût sévère d'un peuple chez qui commençait à se développer la soif des actions énergiques. M. David apprit à la peinture à déserter les traces des Lebrun et des Mignard, et à oser montrer Brutus et les Horaces. En continuant à suivre les errements du siècle de Louis XIV, nous n'eussions été, à tout jamais, que de påles imitateurs.

« PreviousContinue »