Philosophie de l'inconscient, Volume 2

Front Cover
G. Baillière et cie, 1877 - Consciousness

From inside the book

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 185 - Et une créature est plus parfaite qu'une autre en ce qu'on trouve en elle ce qui sert à rendre raison à priori de ce qui se passe dans l'autre , et c'est par là qu'on dit qu'elle agit sur l'autre.
Page 211 - Que l'Inconscient change la combinaison des actions ou des actes de sa volonté qui me constituent, et je deviendrai un autre; qu'il interrompe son action, et je cesserai d'être. Je suis un phénomène semblable à l'arc-en-ciel dans les nuages. Comme lui, je ne suis qu'un ensemble de rapports; je change à chaque seconde comme ces rapports eux-mêmes, et m'évanouirai avec eux.
Page 139 - Il n'ya que les atomes de substance, c'est-à-dire les unités réelles et absolument destituées de parties, qui soient les sources des actions et les premiers principes absolus de la composition des choses, et comme les derniers éléments de l'analyse des substances.
Page 212 - II, p. 212. en-ciel dans les nuages. Comme lui, je ne suis qu'un ensemble de rapports ; je change à chaque seconde comme ces rapports eux-mêmes et m'évanouirai avec eux. A la même place, un autre arc-en-ciel pourra s'élever, absolument semblable au premier, sans être pourtant le même que lui : il faudrait pour cela la continuité dans la durée. Ainsi, à ma place, un autre être absolument semblable à moi peut se montrer ; mais ce ne sera plus moi.
Page 349 - Car, que quelqu'un choisisse une nuit ainsi passée dans un sommeil profond, que n'aurait troublé aucun songe, «t qu'il compare cette nuit avec toutes les nuits et tous les jours qui ont rempli le cours entier de sa vie; qu'il réfléchisse et qu'il dise en conscience combien dans sa vie il ya eu de jours et de nuits plus heureux et plus doux que celle-là; je suis persuadé que (1) L'Ecclésiaitt, II, 17.
Page 488 - ... nécessité ou le hasard viendrait peut-être quelque jour arrêter aveuglément. La vie serait absolument désolée et comme un enfer sans issue. « Pour nous, s'écrie Hartmann, qui reconnaissons dans la nature et dans l'histoire le mouvement grandiose et admirable d'un développement progressif, qui croyons au triomphe final de la raison de plus en plus éclairée sur les résistances et l'aveuglement du vouloir déraisonnable, nous confessons notre foi dans la réalité d'une fin, qui sera...
Page 40 - L'idée est émancipée de la volonté, elle pourra s'opposer à elle dans l'avenir comme une puissance indépendante, et la soumettre à ses lois après avoir été jusque-là son esclave. L'étonnement de la volonté devant cette révolte contre son autorité jusque-là reconnue ; la sensation que fait l'apparition de l'idée au sein de l'Inconscient, voilà ce qu'est la conscience.
Page 457 - Phénoménologie, p. 43-45. morale ésotérique du bouddhisme, non la base de la morale chrétienne. Persuadez-vous fermement et intimement de cette vérité qu'un seul et même être sent ma douleur et la vôtre, mon plaisir et le vôtre, et n'est associé qu'accidentellement à tel ou tel cerveau : alors seulement l'égoïsme exclusif sera extirpé en vous jusqu'à la racine. » — Le moyen est-il aussi sûr que le croit Hartmann?
Page 350 - PREMIER. 5 toutes les nuits et tous les jours qui ont rempli le cours entier de sa vie; qu'il réfléchisse et qu'il dise en conscience combien dans sa vie il ya eu de jours et de nuits plus heureux et plus doux que celle-là ; je suis persuadé que non-seulement un simple particulier, mais que le grand roi.
Page 414 - — D'ailleurs, on démontre que, tandis que l'injustice augmente la souffrance dans le monde, la justice est impuissante à la diminuer. Elle ne fait que travailler au maintien du statu quo ; elle n'édifie rien qui n'existât déjà : son œuvre est de réparation, non de construction. Le bien que la charité fait dans le monde n'est rien auprès de la somme de maux que la violation de la justice y produit. « En tout cas, la moralité positive de l'homme charitable ne doit être considérée...

Bibliographic information