Histoire et mémoires de l'institut royal de France, classe d'histoire et de littérature ancienne [afterw.] Mémoires de l'Institut royal (national) de France, Académie des inscriptions et belles-lettres, Volume 19, Page 2

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 94 - ... de Xivrey,, que la passion dont Allatius fait lui-même preuve infirme jusqu'à un certain point son jugement, et peut-être n'at-il pas toute la clairvoyance d'une vue impartiale lorsqu'il fait observer, en outre, que Manuel se déchaîne dans cet ouvrage contre l'Église romaine et contre le Pape. Mais l'obstination religieuse des Grecs les plus éclairés, qui achève ainsi d'être démontrée d'une manière complète par l'exemple du plus haut placé et du plus savant d'entre eux, motive...
Page 297 - Cet hérésiarque, reprochant à ses adversaires de se servir du mot oixeloTtjs pour désigner le rapprochement intime (familiaritas) de la nature divine et de la nature humaine dans la personne du Sauveur, énumérait ainsi les conséquences qui résultaient, selon lui, de l'emploi de cette expression.
Page 230 - Ecclesia romana semper primatum habuit, « l'Eglise romaine a toujours eu la primauté. » Ainsi les légats du saint-siège établissaient le fait de la primauté du siège de Rome, nonseulement dans l'Occident, mais encore dans l'Eglise tout entière, sur le même texte dont les évêques rassemblés à Chalcédoine, en s'en tenant au grec, concluaient à une véritable égalité, sous le rapport des juridictions, entre l'évêque de Rome et les patriarches d'Alexandrie et d'Antioche, sans que...
Page 84 - Au seigneur Manuel Chrysoloras : « Bien des fois nous avions voulu t'écrire; mais la main retombait, faute d'avoir rien à te marquer qui te pût faire plaisir. Le voyage était pénible et les incidents n'avaient rien de gracieux. A cela ajoute la différence de langage, qui nous privait de lier conversation comme nous l'aurions voulu avec des hommes tout à fait bons et disposés à nous être agréables. Enfin, nous sommes en France, et notre main court d'elle-même, s'efforçant de t'écrire...
Page 75 - ... Sarrasins. Si ne sejourna pas là moult longuement le mareschal depuis qu'il fut arrivé : ains n'y avoit esté que quatre jours quand il feit assembler tous les gens de celle armée en une belle plaine pour les veoir. Et feut trouvé que ils estoyent en nombre de six cent hommes d'armes, six cent variez armez , et mille hommes de traict, sans l'ost et l'assemblée de l'Empereur, où il y avoit grand gent. Là leur ordonna comment il vouloit que ils allassent, et feit ses chevetains et capitaines,...
Page 239 - Nous avons souscrit pour notre évêque, qui est celui de Rome; il croit de la manière qu'il 'est écrit plus haut. » Ce n'est pas seulement parce que cette formule, par sa simplicité même, donne la confiance que les légats du pape n'avaient écrit rien de plus, rien de moins, au bas du Symbole de Nicée, qu'elle est précieuse à nos yeux; ce mot...
Page 88 - Roy et tous nos seigneurs les ducs allerent alencontre jusques dehors Paris à tout grand route de nobles gens , et à grand honneur le receurent et moult l'honnora le Roy comme -raison estoit. Car sans faillir moult est l'empereur Carmanoli prince de grand reverence , bon , prudent et saige , et est pitié dont il est en telle adversité. Et se reposa et aisa à Paris , et le Roy luy entreteint tout son estat et le deffroya de toute despence , tant comme il feut au royaume de France. Et quand il...
Page 75 - ... de l'Empereur , qui par sa force s'estoit saisi de l'Empire : et l'Empereur le debatoit pour autres causes. Si avoit esté celle guerre et contens comme cause de la destruction de Grèce, et tant estoyent obstinez l'un contre l'autre , et fermes en leurs propos, que nul n'y avoit peu mectre paix. Et s'estoit le nepveu allié avec les Turcs , avec lesquels il menoit guerre à son oncle. Entre ces deux, le mareschal considérant que celle guerre estoit préjudiciable...
Page 233 - Le motif historique qui a fait introduire ce canon est d'ailleurs facile à saisir. Le schisme, en même temps que l'hérésie, avait troublé le patriarchat d'Alexandrie : il s'agissait de faire reconnaître la suprématie de l'archevêque de la métropole sur les évoques de l'Egypte et des deux provinces voisines.
Page 243 - Nicaeam), et c'est en la transcrivant qu'on aura ajouté les noms des hérétiques condamnés. Une chose certaine, c'est que cette partie du texte s'allongeait à mesure qu'on en faisait des copies; car celle de Gélase de Cyzique porte à son tour le nom de Mânes ou...

Bibliographic information